Renault Scénic “J84” : le projet du changement de millénaire

LIGNES/auto, c’est aussi une page Facebook : https://www.facebook.com/lignesauto/?modal=admin_todo_tour

Souvenez-vous : l’an 2000 ! Souvenez-vous de cette date qui faisait frémir les informaticiens craignant le plus grand bug de l’histoire… Ce n’était pas seulement un changement d’année, ni même un changement de décennie… Non, pas plus qu’un changement de siècle, mais un changement de millénaire qui débuta le 1er janvier 2001. Dans ce contexte assez spécial, les stylistes de Renault doivent donner naissance à la seconde génération de Scénic.


Ci-dessus, deux dessins du designer Florian Thiercelin pour le projet J84.

Et ce nouveau monospace compact doit rompre avec les attributs de son aîné. Le marché est désormais porteur. Ce dont le premier Scénic ne se doutait pas puisqu’il fut un moment question de le produire avec une carrosserie en matériaux composites, comme son grand frère Espace… Ce marché porteur a attiré depuis l’apparition de la première génération de Scénic en 1996 une concurrence avec laquelle il faut désormais compter en imaginant de nouveau une avance substantielle. Après tout, c’est bien Renault qui a lancé ce concept du monospace de gamme moyenne.

Cette deuxième génération de Scénic, connue sous le nom de code J84, arrive sur le marché en 2003 et c’est donc bien au passage du XXe au XXIe siècle -et accessoirement à l’entame du troisième millénaire- que ce projet a été conçu. Et pour évoquer cette deuxième génération de Scénic, partons pour le studio de Design Renault de Barcelone qui, à l’époque, est flambant neuf et sur lequel règne Thierry Métroz…


Dessin du designer Florian Thiercelin datant du mois de juin 1999 pour passer à l’étape de la maquette au 2/5e. On devine une identité déjà vue sur certains concept-cars et qui sera celle de la berline VelSatis.

Patrick Le Quément alors responsable du design industriel du Groupe Renault, que nous avions rencontré à l’occasion de la présentation de l’un des derniers modèles conçu sous son règne (Scénic III), affirmait concernant la deuxième génération de Scénic que “nous étions alors dans un contexte où le design était puissant. Nous avons décidé pour cette génération J84 de partir sur l’idée d’un concept désormais compris et abouti, pour oser un style fort.”
Dessin du designer Vincent Pedretti qui dévoile une variante 4×4 du projet J84. C’est ce designer qui remporta le concours pour le Scénic II.

C’est également l’occasion pour Patrick Le Quément de prouver le bien-fondé de son organisation, s’appuyant sur des studios de design satellites, comme celui implanté en 1999 à Barcelone et qui a, depuis, fermé ses portes sous la gouvernance de Laurens van den Acker.  Patrick Le Quément se souvient que c’est le projet de ce studio qui fut retenu pour le programme J84. “A l’époque, Anne Asensio était devenue responsable de la gamme M1 et gérait le projet à Guyancourt, au Technocentre. En concurrence, nous avions le projet de Barcelone qui était très audacieux, mais aussi très heurté, taillé à la serpe. C’était un dessin volontariste de Vincent Pedretti. Nous avons retenu ce projet car, dès lors que le concept de monospace était assumé, je voulais un design très fort. Il faut pourtant reconnaître aujourd’hui que ce concept était assez audacieux et c’était culotté de notre part ! Et c’est une nouvelle fois Louis Schweitzer qui prend la décision !”


Maquette du studio de Renault de Barcelone, à l’échelle 2/5e, pour une présentation en septembre 1999.

LES TROIS MAQUETTES ECHELLE 1 POUR LE CHOIX DU THEME DE STYLE : 


Photo ci-dessus : Car Design Archives (https://www.facebook.com/cardesignarchives/)

 

MAQUETTES DU STUDIO RENAULT DE GUYANCOURT :

En juin 2000, les premières maquettes (pleines) échelle 1 sont confrontées pour le choix du style. Voici la proposition du studio de Guyancourt qui ne fut finalement pas retenue. C’est Anne Asensio qui était alors responsable des produits de la gamme M1, qui englobait donc la silhouette du Scénic. On retrouve l’effet de vague latérale que l’on découvrira en 2004 sur le projet Modus. Les deux flancs (ci-dessus et ci-dessous) diffèrent légèrement. On relève surtout une architecture avec un large fenestron en position avant, inspirée par la Citroën Picasso. Une solution qui sera peu à peu abandonnée avec les autres propositions.

Cette deuxième maquette opte pour une architecture avec un fenestron avant bien plus réduit. Le volume reste cependant très monocorps et on est encore loin de la solution finale qui imposera une rupture plus franche entre la ligne de pare-brise et le capot. Sur cette maquette, le vitrage de custode diffère sur les deux profils. On note également des optiques aux dimensions très généreuses, une option que retiendra… Peugeot sur sa 207 qui apparaitra en 2006, trois ans après le Scénic J84 !

 

MAQUETTE DU STUDIO RENAULT DE BARCELONE :

Voici ci-dessous la maquette de gel du thème de style. C’est un dessin de Vincent Pedretti qui a été retenu. On découvre sur cette proposition (maquette pleine) datant de septembre 2000, le style définitif du programme J84 dans sa version 5 places. Effectivement, c’est avec cette deuxième génération de Scénic qu’apparaîtra la version longue. Une version compliquée à dessiner à cause du resserrement naturel de la carrosserie au niveau du hayon arrière qu’il a fallu conserver sur la silhouette 7 places.


Patrick Le Quément dit à propos de la version sept places du Scénic J84 que “j’ai mal vécu son développement. Nous avons pourtant été fiers du résultat final et même si on n’a pas gagné le concours du design avec lui, on a gagné des clients !”


Cette vue en élévation (ou profil) dévoile une architecture avec une rupture entre la ligne de pare-brise et le capot. L’idée était de “berliniser” le concept monospace. Quant au style de la poupe, on retrouve l’idée d’une vitre de hayon quasi-verticale comme le sera celle de la berline Mégane de 2002. Cette architecture vient en droite ligne d’une série de concept-cars qui a défloré ce thème avant-gardiste.
Avant même de geler le style de cette deuxième génération de Scénic, celle qui a été conçue au basculement du millénaire (!), une maquette clay est mise en concurrence avec la première génération. On visualise très clairement le changement d’orientation stylistique qui délaisse les lignes elliptiques au profit de lignes de carre tendues.


En mars 2001, un an avant l’arrivée de la seconde génération de berline Mégane, le style de son dérivé monospace est gelé. Il s’agit d’une maquette définitive de confirmation du design exter-inter. Une maquette qui passerait même pour un modèle de série tellement sa finition est proche de la voiture qui sera finalement produite. Il faut rappeler qu’à cette date, le design dispose également d’un service de “qualité” qui permet dès ce stade d’affronter les problématiques de production industrielle, de la qualité perçue, du pilotage plan de forme et de respect du style jusqu’à la fin de ligne de montage !

Quel que soit le bilan final de cette génération de Scénic, les designers qui y ont participé peuvent se dire qu’ils sont une poignée seulement à avoir conçu un nouveau produit à la charnière de deux millénaires. Il faudra attendre la fin de l’année… 3000 pour pouvoir faire de même ! Quant à Vincent Pedretti, auteur des lignes de cette génération de Scénic, il a rejoint Nissan juste après ce projet J84 pour signer là-bas le Nissan Note puis, après un détour par le Japon, a rejoint le centre de design Renault au Brésil où après plusieurs périodes, il est aujourd’hui chef de studio design à “Renault Design America Latina”.

(*) retrouvez la genèse du concept-car Scénic de 1991, publié en 2018, ici : http://lignesauto.fr/?p=2037

BONUS : avec la nouvelle ère du design Renault, Laurens van den Acker a suivi une démarche identique à celle qui prévalait avant son arrivée : la voie du concept-car qui amène au véhicule de série. Ainsi, retrouvez avec la vidéo ci-dessous le making-of de la Renault R-Space qui a influencé le dessin de l’actuel Renault Scénic :

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *