La Renault 9 de Gandini, inspirée d’une Ferrari !

Il n’est pas nécessaire de présenter Marcello Gandini (ci-dessous à gauche en 2019 à l’occasion de la reconstruction de son concept-car BMW Garmisch: http://lignesauto.fr/?p=10072 ), entré chez Bertone au milieu des années 1960, en succédant à Giorgetto Giugiaro, jusqu’à la fin des années 1970 pour laisser la place au français Marc Deschamps.

Inutile sans doute d’évoquer l’Alfa Romeo Carabo ou la Lamborghini Marzal et encore la Stratos Zero. Moins excitantes mais plus profitables, citons aussi les françaises Citroën BX et Renault Supercinq. Mais cette dernière fut menée en dehors du bureau de design Bertone car, en 1980, Gandini vole de ses propres ailes, bien aidé par le constructeur français alors nationalisé, qui le consulte sur tous les projets, notamment, on va le voir ici, pour la « Macadam Star », la Renault 9.

Sans doute l’une des voitures les plus banales de la production française. D’où l’étonnement de savoir que Gandini a proposé plusieurs maquettes, dont celle-ci, inspirée de son concept-car Ferrari Rainbow dessiné en 1976 alors qu’il œuvrait encore chez Bertone.


Ci-dessus, la copie du document original et ci-dessous, l’illustration de Monholo Oumar.

Le 25 juin 1978, pour l’un de ses derniers travaux cosigné Bertone-Renault (le projet 142), Gandini et son compagnon de travail Pagliano, sont interrogés par le groupe d’analyse Style mené par Serge Van Hove (ci-dessous, le rapport interne). En voici quelques extraits complétés par les vues de la maquette de la « Renault 9 by Gandini » et des illustrations signées Monholo Oumar, un illustrateur indépendant que vous pouvez retrouver ici : à https://www.behance.net/Monholo?tracking_source=search-all%257CMonholo%2520oumar

Ce document retranscrit l’interview des deux italiens, mot à mot et l’illustre à la fois par les photos de la maquette du projet 142 vu par Gandini et des concept-cars réalisés par ce dernier.


Ci-dessus, un extrait du rapport : “Mais cette 142 est une voiture normale ! C’est une voiture terre-à-terre, vraiment.” (Pagliano interrogé par Renault)

De toute évidence, et le maître italien ne le cache pas, la proposition de R9 réalisée pour la Régie de l’époque, casse les codes et s’inspire très ouvertement de la Ferrari Rainbow dessinée elle aussi par l’italien (ci-dessous)

La Ferrari Rainbow de Marcello Gandini (1976) ci-dessus et la proposition de la berline R9, du même designer, proposée à Renault deux ans plus tard. 

On retrouve plusieurs thèmes de la Ferrari sur la maquette Renault :

– le pan coupé et incliné du panneau arrière,
– les feux rectangulaires qui sont du coup implantés sur cette façade inclinée,
– le large coup de gouge qui ceinture toute la caisse,
– les passages de roues de formes géométriques,
– le panneau de custode totalement fidèle à celui de la Ferrari…

De face, les éléments communs sont aussi flagrants. Certes, on passe d’une “berlinette” à une véritable petite berline, mais les thèmes sont bien là : large bandeau de protection strié, passage de roue à nouveau géométrique et non circulaire, lignes taillées à la serpe.


La Ferrari Rainbow ci-dessus (1976) et la maquette du programme Renault ci-dessous : toutes deux issue de la même main…

Si le document montre un intérêt particulier pour cette proposition osée du projet 142, l’auteur de l’interview ne cache pas son scepticisme devant autant d’audace. Il tente malgré tout de comprendre les tendances futuristes qui pourraient être récupérées, plus tard, sur d’autres modèles.

Dans les pages, on peut lire la réflexion de Serge Van Hove : “Si je prends la 142 faite par Gandini pour la Régie, cette voiture a été jugée trop avancée par les responsables. Donc, si l’on veut schématiser, elle est trop du côté du rêve ! Pas assez du côté de la réalité quotidienne. Et elle a donc été écartée purement et simplement.” (ci-dessous, un extrait)

A quoi servent les analystes ? Ah ! Très bonne question… Le problème du refus de cette maquette Gandini ne provient pas de son design, jugé en lui même intéressant par l’analyse de ce mois de juin 1978. Le problème vient de bien plus haut, du directeur du produit Renault, Bernard Hanon qui deviendra patron de la Régie en décembre 1981, quatre ans plus tard.

Bernard Hanon ne veut pas d’originalité pour ce programme 142. Pour plusieurs raisons dont on peut citer :
– la volonté de Renault d’aller aux États-Unis avec cette future berline qui deviendra l’Alliance et la Encore dans sa version bicorps
– la nécessité d’oublier le mauvais démarrage commercial de la Renault 14 lancée en 1976 et jugée trop audacieuse
– la volonté ensuite de concurrencer la nouvelle Peugeot 305 qui est apparue en 1977, quelques mois seulement avant les premières maquettes du projet Renault 9.

Ce brief est d’ailleurs clairement visible ici (ci-dessus et ci-dessous) avec l’une des maquettes du projet Renault 9 mise en concurrence avec la Renault 18 (apparue en 1978, l’année même du démarrage du projet 142 sous forme de maquettes) et la Peugeot 305 qui a été commercialisée en 1977.

Si le projet du 21 janvier 1978 de Marcello Gandini n’est finalement pas retenu pour le choix du thème du style, le studio C du style Renault (voir l’historique du design Renault avec l’hommage à Gaston Juchet ici : http://lignesauto.fr/?p=5718 ) ose également des volumes bien plus originaux que celui qui sera finalement industrialisé. On le devine ci-dessous avec une maquette datée du mois de février 1978

Mais rien n’y fera, la Renault 9 doit être banale, alors elle le sera. Il est temps de passer aux dernières phases du choix du style dans les ateliers de maquettage Renault. Ci-dessous, l’une des dernières maquettes de configuration du style de la Renault 9, où l’on observe quelques différences avec le produit finalement industrialisé, notamment au niveau de sa proue, ci-dessous:

 

A noter qu’en cette année 1978, outre la maquette de la future Renault 9, l’atelier comptait d’autres travaux bien plus secrets et qui n’aboutiront hélas pas : la petite Renault et l’Alpine NGA (ci-dessous)

Au final, même si la Renault 9 a fait rougir de honte quelques designers, sa carrière sera rentable avec 3,2 millions d’exemplaires auxquels il faut ajouter presqu’autant de Renault 11. N’oublions pas que ces deux modèles remplaçaient la R14 qui, elle, n’a pas dépassé le million d’exemplaires produits…

Retrouvez Marcello Gandini en 2019 au côté de “sa” BMW Garmisch recréée par BMW…

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *