EXALTante Peugeot 508

Capture d_écran 2018-02-22 à 03.04.59

Alors cette nouvelle 508, révolutionnaire ? Non, ce n’était pas le but. Encore que le service produit-marketing vous dira avoir pris un risque concernant son concept de base, comme on le verra plus loin. Une 508 très attendue ? oui. Déjà appréciée et, sur le papier, bourrée de talents. Voilà enfin Peugeot doté d’une vraie arme de conquête sur le difficile marché “D” ou “M2” européen, celui de la belle routière capable d’intéresser tout à la fois les clients de berline autant que les sociétés. Un vivier où tout le monde est présent, des constructeurs généralistes aux constructeurs dits “premiums” : de la Talisman de Renault à l’Audi A5 d’Audi, de la Volkswagen Passat à la BMW Série 3, de la Kia Optima à la Mercedes Classe C. Notons que pour l’heure, avec la fin de la production française de la Citroën C5, le constructeur français s’est (momentanément ?) retiré de la compétition. Très regrettable.

PEUGEOT_508_2202STYP_009

La nouvelle 508 est au niveau technologique et au niveau de connectivité requis pour le segment. Elle n’a pas encore de variante hybride – ce sera le cas à la fin 2019 -, pas de jumelle 100% électrique mais elle n’aura sans doute pas trop de peine à faire oublier sa devancière. Le projet de cette seconde génération de 508 est né d’un constat : le développement du marché des “coupés 4/5 portes fastback”, racés, élégants, relativement compacts à l’image de l’Audi A5 Sportback. Mais Peugeot s’est trouvé devant un dilemme : fallait-il suivre ces nouveaux venus et aller conquérir ce marché avec un modèle aux caractéristiques architecturales bien différentes de celles d’une vraie berline ou alors fallait-il adopter les codes classiques du segment de la routière, comme l’ont fait Renault (Talisman) et Volkswagen (Passat) par exemple ?

2018-Peugeot-508-18

N’ayant pas encore la force de frappe d’un Volkswagen qui s’est permis de développer deux produits distincts (Passat et Arteon) pour répondre aux deux marchés évoqués ci-dessus, Peugeot a pris le risque calculé de développer l’option “coupé 5 portes”. La 508 de 2018 (4,75 m) est ainsi plus courte de huit centimètres par rapport à la précédente 508. Elle est également plus basse de six centimètres avec une hauteur de seulement 1,40 m. Et c’est donc avant tout le style plus élancé qui bénéficie de ce concept.

A

L’architecture retenue pour ce projet est donc celle d’un “coupé à cinq portes” avec hayon, au design plus typé que celui d’une berline. Mais comme il fallait quand même séduire l’autre frange de clientèle avec une seule silhouette (deux si l’on ajoute le break), Peugeot nous offre une 508 qui se présente comme une berline très élancée, aux frontières du thème du coupé. Elle devient même la première Peugeot de ce segment à être dotée d’un hayon.

LA2

La 508 confirme son esprit “coupé” avec des portières sans encadrement (la Citroën C6 avait choisi la même solution) et, à bord, outre le i-cockpit, les designers vous plongent dans un habitacle où rien n’est commun à l’univers des berlines classiques du segment. La position de conduite vous régale, notamment grâce à la présence d’une console haut perchée. Quant aux matériaux choisis pour habiller l’habitacle, ils respirent la qualité et sont dignes du niveau supérieur.

LA1

Le style intérieur Peugeot a pris une avance certaine sur ses concurrents directs grâce à la vision de Gilles Vidal et de la direction du design PSA comme il nous le confie : “tous les bureaux de design du monde entier ont appris à exploiter 100% du potentiel du design extérieur. Nous savons tous tirer tout ce qu’on peut pour faire le mieux possible dans ce domaine. Dans l’univers du style intérieur, ça n’était pas le cas pour tous les constructeurs. Chez Peugeot, nous avons très tôt mis l’accent sur ce point pour voir ce qu’il était possible de faire en créativité, intelligence de conception pour nos habitacles.”

36198-vkjfx1nwt2-whr
Gilles Vidal dans l’habitacle du concept Exalt alors à l’étude.

Le résultat ? Une architecture de planche de bord novatrice avec un ensemble en deux parties fort élégamment superposées. La console “sportive” du concept Exalt est bien présente également. L’ensemble est véritablement un ton au dessus de ce que propose la concurrence en terme d’architecture, d’idées et d’ergonomie. Casser les codes pour améliorer la condition de vie du conducteur et des passagers, voilà ce qu’est le design au sens premier du terme. Une réussite.

36192-mer6k5uaxs-whr
5Tout était déjà en place sur le concept-car Exalt : la console, le petit levier et la planche de bord à deux niveaux…

LA4Boîte automatique huit rapports sur toutes les versions, sauf celle de base.

Si certains estiment que la 508 est issue du concept-car Instinct du Mondial de 2016, nous préférons dire que les gènes stylistiques et conceptuels de cette nouvelle Peugeot proviennent en grande majorité du concept Exalt de 2014. Et pour être encore plus précis, de la seconde définition de ce concept avec un choix de matériaux intérieurs différents de celui du premier Exalt.

36180-1ct4uyp14q-whr36048-r4ivq5k3gp-whr
On retrouve pratiquement les mêmes volumes du côté de caisse de l’Exalt de 2014 sur la 508 : le creux qui ajuste la tôle à la structure de la porte avant et qui se fond dans le muscle de l’aile arrière.C

2L’un des premiers rough du concept-car Exalt.

2018-Peugeot-508-34

Esthétiquement la 508 doit tout à l’Exalt, avec notamment des volumes de côtés de caisse directement copiés sur ceux du concept-car. Le bandeau de feux arrière caractéristiques était également présent sur le prototype de 2014. On regrette seulement l’absence de la découpe latérale entre l’aile avant et le capot qui aurait apporté encore plus de sportivité à l’ensemble.

8

Notons aussi que le panneau de custode reçoit un enjoliveur en arrière du fenestron de la porte, lui aussi déjà proposé sur l’Exalt (ci-dessous). Il aura donc fallu quatre ans pour passer d’un joli rêve à une belle réalité.

7

Pour le dessin des optiques, le thème défriché sur le concept-car Instinct a été privilégié avec les “guirlandes” qui descendent dans le bouclier, telles des épines lumineuses. Ou des crocs d’un lion d’un âge où les lions n’étaient pas ceux que l’on connait aujourd’hui ! Un thème très en vogue aujourd’hui et que l’on retrouve (hélas ?) sur toutes les nouvelles créations automobiles.

1383440-ref5bmyexu-whrPeugeot Instinct 2016 (ci-dessus)36030-wiu0ewyhv6-whrPeugeot Exalt 2014 (ci-dessus)&
Peugeot 508 2018 (ci-dessus)

En essence, nous retrouvons ainsi deux nouvelles propositions (selon destinations) élaborées autour du moteur 1.6L PureTech :

  • PureTech 180 S&S EAT8 ;
  • PureTech 225 S&S EAT8 (version GT uniquement). Associée au mode sport de la suspension pilotée, cette proposition assure le brio et la réactivité dignes de l’appellation GT.

En Diesel, quatre offres sont disponibles à la gamme (selon destinations) construites autour des motorisations 1.5L et 2,0L BlueHDi :

  • BlueHDi 130 S&S BVM6, constituant l’entrée de gamme et la seule offre avec boîte mécanique à six rapports ;
  • BlueHDi 130 S&S EAT8 ;
  • BlueHDi 160 S&S EAT8 ;
  • BlueHDi 180 S&S EAT8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *