1989-1991 : dans les coulisses du design de l’Alpine W71

En 1989, le programme W71 est lancé pour donner naissance à une berlinette Alpine. Avec des documents inédits, retraçons son parcours au niveau du centre de design Renault, en resituant bien ce projet dans son contexte.

C’est une phrase lourde de sens, extraite des nombreux interviews menés avec Patrick Le Quément lors de la rédaction du livre « Concept-cars et prototypes d’études Renault », disponible très prochainement (ah ! le confinement…). Le responsable de Renault Design Industriel de 1988 à 2009 nous explique que « dans mon esprit, le concept-car Laguna de 1990 faisait partie de ma campagne pour raviver Alpine. J’ai échoué à la relance de la marque. » L’ère Gaston-Juchet s’était déjà cassé les dents avec le programme NGA du milieu des années 1970…

MAQUETTE ALPINE NGA SIGNÉE MARC DESCHAMPS – 1977

Le Quément va tenter dès son arrivée  – fin de l’année 1987 – d’aider au développement d’un nouveau projet Alpine, le W71, lancé par le bureau d’études dieppois du Berex pour épauler l’A610 en gestation. Ce nouveau modèle doit permettre de créer une gamme Alpine cohérente. Le bureau du design Renault est à l’époque fragmenté en différents lieux, dont une entité située rue du Port à Nanterre. Elle est dirigée par Jean-François Venet et prend en charge plus spécifiquement les projets avancés. Le cahier des charges du W71 arrive ici. On trouve dans l’équipe des designers en culotte courte, comme Jean-Pierre Ploué, Hideky Nagashima, Michel Velay, Axel Breun ou encore Ian Matthews.

AXEL BREUN, NOUVEL ARRIVANT AU DESIGN RENAULT EN 1988,
TOUT DROIT VENU DE CHEZ VOLKSWAGEN

Tout à côté de ce bureau, Jean-Paul Manceau prend en charge le design de la diversification, car Renault dessine encore des camions ! Dans l’équipe de Manceau, un designer au nom de Guy Greffier va étonnamment être le premier à se lancer dans l’étude stylistique du programme W71. Il exécute une maquette très originale, avec un équilibre des masses porté sur l’avant et un volume monocorps. « Cet équilibre des masses avec la cellule habitacle portée vers l’avant est caractéristique de la tendance du moment. Souvenez-vous des concept-cars Chrysler avec le thème du Cab Foward ! » explique Axel Breun.

MAQUETTE W71 DE GUY GREFFIER. PREMIÈRE RÉALISATION DU PROGRAMME.

On citera évidemment le concept-car Chrysler Lamborghini Portofino dévoilé en septembre 1987 au salon de Francfort, un an avant que les designers Renault se mettent au travail. Cette Chrysler a été conçue sur la plateforme d’une Lamborghini Jalpa allongée et réalisée chez Coggiola en Italie, un an avant que ce dernier ne s’occupe de façonner le concept-car… Renault Mégane de 1988 !

Pourtant, Axel Breun dit se souvenir que le regretté Guy Greffier avait plutôt puisé son inspiration pour son dessin de la W71 dans un prototype japonais, l’Isuzu COA III, de 1987 également. Celui-ci donnera l’idée d’une grande verrière coiffant l’habitacle, une verrière que Greffier modèle à la perfection dans un volume plutôt compact.

ISUZU COA III : L’INSPIRATRICE DE GUY GREFFIER

Derrière cette verrière, sa maquette adopte un compartiment moteur coiffé d’un volume teinté en blanc du plus bel effet. La berlinette de Greffier est quasi-monocorps, lumineuse et pourtant, elle ne convainc pas la direction du design.

MAQUETTE DE GUY GREFFIER ET SON HABITACLE COIFFÉ D’UNE VERRIÈRE

Axel Breun quant à lui avait fait son choix : « j’ai trouvé la maquette de Guy magnifique, mais le problème de ce concept était son habitabilité réduite et surtout, une ligne de ceinture de caisse haut placée ! A bord, on se sentait engoncé, et si aujourd’hui ce type d’habitacle confiné comme celui d’une Audi TT plait, ce n’était pas la philosophie du design Renault de l’époque, plus ouvert vers l’extérieur, avec des habitacles clairs et lumineux. »

GUY GREFFIER A PRÉVU UN ROADSTER POUR LE PROJET W71

La verrière en lieu et place du pavillon n’y fera rient car « il y avait un réel souci de faisabilité avec la maquette de Guy » ajoute Axel. En 1989, Chrysler dévoile son concept Millenium, une longue berline qui reprend elle aussi le concept du Cab Foward, cette cabine avancée qui est définitivement retenue pour le programme W71.

DESSIN DU PROJET W71 SIGNÉ AXEL BREUN.
LES GRANDES LIGNES DU PROJET DÉFINITIF SONT DÉJÀ PRÉSENTES

Axel Breun fournit ses propres dessins avec une Alpine qui reprend le maximum de thèmes du concept-car Laguna, alors dessiné par Jean-Pierre Ploué. La Laguna sera dévoilée en 1990.

CONCEPT-CAR RENAULT LAGUNA DESSINÉ PAR JEAN-PIERRE PLOUÉ

Après le rejet de la proposition de Guy Greffier, Axel Breun œuvre en duo avec Christophe Dupond sur le W71. C’est le style enfanté par Christophe qui est finalement sélectionné pour porter le projet vers une seconde maquette échelle 1.

SECONDE MAQUETTE W71. DESIGNER CHRISTOPHE DUPOND

On retrouve sur ce projet l’esprit du concept-car Laguna. « Sa face avant est très inspirée de celle du concept » confirme Axel « c’était clairement le souhait de Patrick le Quément qui adorait la berlinette. Sa volonté était de réussir, mais dès que l’on parlait d’Alpine à l’époque, la politique s’en mêlait ! Nous n’étions pas forcément bien vus avec nos projets badgés Alpine… C’était difficile, mais tous les projets Alpine ont été difficiles, jusqu’au dernier ! »

VUE DE LA MAQUETTE DE GRFFIER REALISÉE EN EPOWOOD

En 1990, alors que le concept Laguna est révélé, une maquette d’habitabilité du W71 est alors réalisée, et vous la découvrirez dans l’ouvrage sur les concept-cars Renault  aux côtés des deux maquettes de Greffier et de Dupond et… des premières esquisses de la première Renault Mégane. Une Mégane qu’Axel Breun connait bien : « oui, car au moment du projet W71, je travaillais également sur le programme X64 de cette première génération de Mégane. Je suis arrivé en octobre 1988 après avoir suivi Le Quément de Volkswagen à Renault. A l’époque, je ne parlais pas français mais j’étais passionné par le projet d’Alpine. J’en ai possédé une et même pilotée une à mes débuts !”

PROFIL DU W71. MAQUETTE CHRISTOPHE DUPOND

Avec Guy Greffier, nos contacts s’appuyaient souvent sur l’illustration, un domaine qu’il appréciait autant que moi. Avec Christophe Dupond, c’était plus simple car il parlait parfaitement l’anglais. S’il m’a servi parfois de traducteur, il a aussi été un sérieux rival sur ce projet ! Et puis il y avait aussi Jean-Pierre Ploué mais il était très occupé à cette époque par le projet X06 de la Twingo… »

PREMIÈRE MAQUETTE X06 DE 1988, QUATRE ANS AVANT LA PRÉSENTATION DE LA TWINGO

En fin d’année 1991, deux prototypes ont été réalisés pour les tests de roulage. Le moteur en position centrale arrière est celui de la Renault 19 16 soupapes alors que les trains roulants sont eux aussi puisés dans la banque d’organes de la Régie d’alors. C’est le designer Ian Matthews qui dessine l’habitacle de cette nouvelle berlinette. « Cet intérieur était simple, efficace, tout simplement beau avec beaucoup de caisse apparente sur les panneaux de portes ou sous la planche de bord » confirme Axel Breun.

L’esprit Alpine était bien là. Pourtant, Raymond Lévy qui passera le flambeau à Louis Schweitzer à la tête de la Régie en 1992, ne valide pas ce programme. Le Quément compte alors sur Christian Contzen pour relancer un projet, le W94, qui donne naissance au Spider en 1995 sur la base technique du W71. Là encore, les premiers croquis sont siglés Alpine mais le projet est dévoilé sous le label Renault Sport. Exit Alpine.

Il faudra attendre 2017 pour la véritable renaissance d’Alpine après que les projets Z11 de 2001, W16 de 2005 et W19 de 2007 (*) ont tenté cette résurrection. Le dernier mot est à Axel Breun : « à l’occasion du développement de l’un des projets que vous citez, j’ai emmené mon équipe à Flins voir les deux prototypes de W71 conservés par Renault Histoire. Lorsque je les ai revus, je les ai trouvés pas trop mal, mais malheureusement à l’époque, tous les projets Renault reposaient sur des roues bien trop petites. C’était un vrai problème pour les designers, et nos propositions ont souffert de ça. Aujourd’hui, je trouve encore que la maquette de Guy Greffier était magnifique, différente et avant-gardiste. On peut regretter que cette maquette n’ait pas abouti… »
(*) Projets à découvrir en avant-première dans le livre « Concept-cars Renault et prototypes d’études » pour lequel il est encore temps de souscrire ici : http://lignesauto.fr/?p=17179

ALPINE A110 DE 2017

Merci à Axel Breun pour son témoignage et sa disponibilité.

Vous avez aimé ce post ? Vous aimerez celui-là : http://lignesauto.fr/?p=5422

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *