Essai Peugeot 508. Lettre à Monsieur Carlos Tavares


Monsieur Carlos Tavares, bonjour.

PEUGEOT_508_TESTDRIVE_0618TC106

Je rentre d’une session d’essais de la nouvelle Peugeot 508 sur les belles routes de l’arrière-pays monégasque et, comment dire… tout y est. Le dynamisme et le fameux “toucher de route” de la marque est bien présent. Même si je ne fais pas partie des « culs pointus », j’ai ressenti au volant de la 508 cette quasi absence de roulis, ce côté incisif de la direction sans que tout cela nuise au confort. Peut-être suis-je légèrement mieux maintenu dans les sièges de ma Citroën DS4 – personne n’est parfait…- que dans ceux de la 508. Les équipements, les aides à la conduite, la finition, l’audace d’une incroyable planche de bord assurent une impression globale largement positive.

PEUGEOT_508_TESTDRIVE_0618TC151

Vous confirmez par la même occasion qu’investir près d’un million d’euros dans un concept-car (en l’occurrence l’Exalt de 2014 qui a servi d’avant-phase projet) est finalement une opération très rentable. N’hésitez pas à la renouveler. Plusieurs fois par an, il n’y a pas de contre-indication…

LIGNESAUTO01Ci-dessus, la planche de bord du concept-car Exalt de 2014 (ci-dessous)36048-r4ivq5k3gp-whr

Voilà même que la 508 se dote d’un hayon, grande première pour une Peugeot de ce segment, même si des dessins d’une 405 à cinq portes ont été exécutés par l’équipe de design de l’époque. Pensée émue pour Gérard Welter… Monsieur Pierre Bercot, votre alter-ego d’une autre époque chez Citroën, ne voulait pas de cette cinquième porte qu’il pensait réservée aux véhicules utilitaires. Chacun possède une vision de l’automobile qui lui est propre.

PEUGEOT_508_TESTDRIVE_0618TC187

La vôtre semble efficace si l’on veut bien regarder les chiffres et la santé d’un groupe qui, voici à peine cinq ans, s’est retrouvé dans une configuration identique à celle du début des années 1980 jusqu’à ce qu’une vaillante 205 remette les pendules à l’heure. Aujourd’hui, ce sont plutôt les chinois et un peu l’État qui ont permis le sauvetage ; votre politique dynamique a fait le reste. Avec l’ensemble de vos salariés.

PEUGEOT_508_TESTDRIVE_0618TC121

Car derrière chaque dessin, chaque embouti de tôle, derrière chaque choix stratégique, projet ou questionnement, il y a une femme, un homme qui assume et prend ses responsabilités pour conduire au succès – ou non – un produit. Ce sont ces femmes et ces hommes que je me permets de saluer ici. Parfaite la 508 ? Non, évidemment… Je regrette par exemple que sa proue adopte les codes de celle de votre nouveau “ludospace” Rifter. À moins que cela soit l’inverse. Vous me répondrez que l’identité de marque est primordiale. Je vous dirais que je n’apprécierais pas forcément que le Rifter de 75 ch de mon voisin ait le même visage que ma 508. Avec tout le respect que je dois aux équipes qui ont conçu avec talent ce “ludospace”.

PEUGEOT_508_TESTDRIVE_0618TC261

Votre lointain prédécesseur Frédéric Saint-Geours, à qui je faisais alors remarquer que j’avais du mal à distinguer dans la rue une 207 d’une 307, m’avait répondu fort justement que « je préfère qu’on reconnaisse avant tout une Peugeot, partout où elle se trouve sur la planète. »
Je me suis aussi demandé pourquoi cette grande surface plane devant le passager n’avait pas reçu un petit rangement. Vos équipes m’ont confirmé qu’elles y avaient pensé mais que les contraintes de tenue à la chaleur et des joints multiples que cette idée imposait aurait nuit à la qualité d’exécution de la planche. Louable réflexion.

PEUGEOT_508_TESTDRIVE_0618TC189

Et puis évidemment, des confrères ont mis le doigt sur l’absence de (très ?) gros moteurs. Je ne les suis pas dans cette voie car j’ai trouvé au contraire que c’est dans ses définitions de puissance(s) moyenne(s) que, tant en essence qu’en diesel, la 508 semble la plus agréable et homogène. Et puis Porsche n’a-t-elle pas gagné le Mans trois fois de suite avec un V4 de 2.0 ? Quant à la supercar BMW, c’est un petit 3 cylindres 1.5 qui la propulse. Avec en plus un bidule électrique, je sais… Un bidule qui viendra dès 2019 renforcer l’offre avec une 508 hybride rechargeable à deux roues motrices.

LIGNESAUTO02Les trois hommes clés du projet Exalt qui seront aussi ceux de la 508 : de gauche à droite, Gilles Vidal, patron du style Peugeot, Pierre-Paul Mattei, responsable gamme design et Jean-Pierre Ploué, patron du design groupe PSA.

Côté design (Ah! quand même…) la 508 hérite du fameux capot « carrossier » qui impose la perfection au niveau des joints. Je n’avais pas mes jauges pour jauger, mais les équipes industrielles savent faire, de toute évidence. Ce fut plus compliqué m’a-t-on dit pour les ailes arrière – intégrées aux gigantesques côtés de caisse – pour lesquelles les emboutisseurs ont galéré pour intégrer les différents plis, courbes et volumes de cet élément pourtant capital pour le style de l’ensemble.

20180306_125846

Je regrette un peu cette face avant compliquée qui assume sa singularité ou plutôt, comme nous l’expliquent vos équipes de la communication, sa « radicalité ». Étant par ailleurs un obsédé du joint (rassurez-vous, je parle de caoutchouc), j’ai bien assimilé que vous êtes allés chercher les spécialistes du genre de l’autre côté du Rhin. Bravo. Hélas, les portes sans cadre interdisent l’option de vitrage feuilleté, mais toutes les concurrentes de la 508 sont logées à la même enseigne, non ?

LA2

Justement, les rivales. Parlons-en. La référence que vous avez ciblée s’appelle A5 Sportback. Oui, le concept de l’Audi et celui de votre 508 sont similaires mais c’est un peu gênant d’entendre que la 508 est une « A5 Sportback française ». Gênant, car vous avez une véritable légitimité dans le domaine du concept de la berline-coupé à 4 (ou 5) portes. Notamment avec votre concept-car RC Hybrid 4 de 2008 (que l’on doit à une équipe menée par Jérôme Gallix) dont vous ne faites pourtant pas mention dans votre communication. Sans même parler d’un projet de coupé RCZ à quatre portes qui est resté dans l’ombre et qui aurait même pu griller la politesse à la Mercedes CLS, première du genre !

LIGNESAUTO06
Concept RC Hybrid 4 de 2008, berline “coupé” quatre portes avec moteur central arrière !

Et voici donc la question qui fâche : vous n’avez plus de coupé dans votre gamme. Plus de RCZ notamment. Je sais les équipes du produit Peugeot assez affûtées pour avoir pensé offrir une silhouette de coupé au programme R8 (la nouvelle 508). Seulement voilà, des silhouettes, vous en avez ratiboisées un certain nombre en expliquant que seuls les produits rentables (rentabilité à deux chiffres ?) sur toutes les plaques mondiales devaient être validés. Qui pourrait du reste soutenir le contraire ?

LIGNESAUTO10Peugeot RCZ : un OVNI qui a valorisé l’image de la marque Peugeot mais qui n’a hélas pas été renouvelé…

Mais l’image d’un produit comme le RCZ vaut plus que tous les calculs issus des tableaux Excel. Là encore faut-il féliciter vos équipes d’avoir conçu des produits « à tout faire » conquérants : une 508 qui doit affronter tout à la fois la berline Audi A4 et le coupé 5 portes A5 Sportback, une 3008 qui doit valoriser les codes du SUV tout en remplaçant un monospace. Pas toujours simple de vouloir intégrer de multiples concepts en un seul produit !

LIGNESAUTO07
Peugeot SR1 : coupé avec la nouvelle identité de style de la marque dévoilé en 2010. Le projet “R8” de la future 508 est déjà dans les têtes des hommes “produits” !

Maintenant que le groupe a recouvré la santé, n’est-il pas venu le temps des produits phares, capables d’illuminer une marque bien plus efficacement encore qu’une 508, certes réussie jusqu’au bout des boucliers, mais qui n’est que la remplaçante de votre offre dans un segment dédié pour plus de la moitié de ses ventes aux sociétés… Vous savez mieux que quiconque que le succès d’un produit ne tient pas uniquement en ses qualités techniques intrinsèques. Le coup de foudre peut éclater de mille feux entre un bel objet automobile et le cœur d’un – ou d’une – automobiliste.

LIGNESAUTO04
Imaginez la 508 à la place de la 407 avec, aux côtés de cette silhouette de berline, trois autres offres (au fond) : un coupé biplace, une limousine haut de gamme et une berline “coupé” 4 portes. Un rêve, seulement un rêve…

Lorsqu’on regarde peu d’années en arrière, on se remémore votre concept RC Hybrid 4 mais aussi votre coupé SR1 ! Alors, jusqu’à quand devrons nous patienter pour découvrir un vrai coupé « image » dans votre gamme ?  À Paris ? À Genève ? À Shanghai ?
À jamais ? Cette dernière alternative étant impensable lorsqu’on connaît votre amour pour l’automobile…
Très cordialement.
Christophe Bonnaud

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *