MONDIAL – BMW Série 3 : si vous avez manqué le début…

 

BMW a annoncé la mise en production de la 7e génération de Série 3, le best-seller de la marque. Elle va débarquer en cette fin d’année sous le nom de projet G20.
Vous pouvez d’ores et déjà la voir en filigrane sur cette vidéo sur notre chaîne LIGNES/auto : https://www.youtube.com/channel/UCtd0i6ZUwsguWsDwwfiK3cA


Ci-dessus, la planche de bord de la nouvelle Série 3 (28/09/2018)

En 2011 lors de la présentation de la sixième génération F30, BMW saluait cette descendante d’une lignée qui a évolué à petits pas, un peu comme une Golf dans le segment des compactes de grande diffusion avec ces mots : ” la BMW Série 3 est la plus typique de toutes les BMW et occupe depuis des années le rôle de leader incontesté du segment “premium” de cette catégorie. Depuis ses débuts en 1975, plus de douze millions de clients à travers le monde ont opté pour une BMW de la Série 3″.

 

1975 : première génération (E21)

Design : Paul Bracq
Alors qu’en France on assiste médusé à la bataille que se livrent Renault et Peugeot pour les présentations respectives de leur R30 et 604 à moteur V6 PRV(*), BMW ouvre un nouveau chapitre dans l’histoire automobile avec la présentation de la première Série 3 en juillet 1975.

(*) Renault n’avait pas digéré que Peugeot lève le voile dès la fin de 1974 sur ses versions de 504 coupé à moteur V6 PRV avant elle. Du coup, la “Régie Nationale des Usines Renault” de l’époque précipite un peu l’arrivée de sa berline R30 en mars 1975 à l’occasion du Salon de Genève. Mais rebelote, Peugeot débarque en Suisse avec sa 604 en toute dernière minute !

On doit le style de sa carrosserie à seulement deux portes au français Paul Bracq. Apparue motorisée avec des quatre cylindres, la BMW deviendra 323i avec un six cylindres de 2.3 litres qui accompagnera un autre six cylindres – plus modeste – de 2.0 litres dès 1977.
On ne parle pas encore de M3…

A propos de design, BMW expliquait en 2011 “qu’hier comme aujourd’hui, le concept de la BMW Série 3 est unique en son genre : une carrosserie compacte à l’allure élégante, des moteurs modernes et puissants, une propulsion classique et un train de roulement au réglage sportif.”


Giorgetto Giugiaro avait proposé ci-dessus, sa propre vision de cette nouvelle génération de “berlines 1600/2002”
du milieu des années 1970, sans avoir été retenu.

Comme Volkswagen l’a donc fait avec sa Golf, la direction de BMW a imposé une continuité évidente dans le développement des différentes générations de Série 3 : “BMW a su capter l’air du temps et les souhaits individuels de ses clients. C’est ainsi que plusieurs silhouettes ont par la suite été créées. Après la berline – silhouette la plus vendue à l’échelle mondiale – la
 BMW Série 3 Cabriolet, la BMW Série 3 Touring, la BMW Série 3 Coupé et la BMW Série 3 Compact ont vu le jour au fil des ans. BMW a de plus développé la BMW M3, berline sport hautes performances.”

 


1982 : deuxième génération (E30)

Design : Claus Luthe
Lancée en 1982, la Série 3 nouvelle génération arrive sur le marché avec sa seule carrosserie deux portes.
Deux ans plus tard, en 1984, elle offrira une version quatre portes puis un cabriolet et un break !
Mais c’est bien sûr avec cette génération qu’apparaît la M3 en 1986, l’année où cette seconde génération est la plus produite avec près de 330 000 exemplaires sur douze mois !

“En lançant le break Touring, BMW fournit en 1987 la preuve que dans le milieu de gamme sportif, plaisir au volant et aspect pratique ainsi qu’espace et fonctionnalité sont parfaitement compatibles. De plus, le premier diesel et la première transmission intégrale font leur entrée dans la BMW Série 3. Une stratégie qui réussit : avec plus de 2,3 millions d’unités vendues, la deuxième génération dépasse d’un million le score de sa devancière.”


1990 : troisième génération (E36)

Design : Claus Lutte et Boyke Boyer
En 1990, la berline à quatre portes enfantée par Claus Luthe marque le lancement de la troisième génération du modèle. La silhouette deux portes suit en 1992, mais cette fois, c’est un coupé d’une élégance plus racée que la berline.
Quelques mois plus tard, BMW ajoute deux autres jalons à la gamme : le cabriolet ainsi que la nouvelle BMW M3.
En 1994, les ingénieurs présentent un concept supplémentaire fort innovant : la BMW Série 3 Compact.
“Elle se fait des adeptes parmi les conducteurs en quête d’une voiture économique sans vouloir renoncer au dynamisme ni au confort.”

 

1998 : quatrième génération (E46)

Design : Ulf Weidhase et Eric Goplen
La quatrième génération de Série 3 est commercialisé en mai 1998. Elle offre un nouveau surcroît de puissance, de confort et de sécurité.
À la fin de l’année 1999, la BMW Série 3 se hisse à la troisième place des ventes en Allemagne, un exploit encore jamais atteint par aucune représentante de sa catégorie.
Le premier diesel à injection directe fait ses débuts sur la 320d.
Parmi les modèles de la quatrième édition, il faut aussi citer la BMW Série 3 Coupé et la BMW Série 3 Cabriolet disponibles avec un moteur diesel. Une autre époque !


2005 : cinquième génération (E90)

Design : Peter Gabath avec Joji Nagashima et Karl John Elmitt  pour le coupé M3 et Christoph Nordmann pour le M3 Touring.
C’est au Salon international de l’Automobile de Genève que la BMW Série 3, cinquième du nom, débarque.
Voici les quatre roues motrices avec le nouveau système xDrive et la récupération d’énergie au freinage.
La M3 se pare quant à elle d’une carrosserie de berline !
Au fusains, on trouve le japonais Nagashima (sa proposition ci-dessous)

 

2011 : sixième génération (F30)

Trente-six ans après l’apparition de la “E21”, la “F30” signe la sixième génération, toujours respectueuse (ou prisonnière) d’un cahier des charges stylistique draconien.
La Série 3 sait mettre en avant ses origines sportives quelques soient les silhouettes ou la puissance.
En 2011, pour supporter davantage encore sa nouvelle venue, BMW investit 400 millions d’euros dans l’usine de Munich et pérennise 9 000 emplois.
Il est vrai que cette série culte est le modèle de grande diffusion le plus important de BMW et construite à l’usine de Munich depuis 1975.

A noter que c’est avec cette génération que l’on voit naitre une scission entre la berline et le coupé qui prend l’appellation de Série 4.

Dans quelques jours, BMW lèvera le voile officiellement sur la septième génération dont on sait au moins qu’elle conservera la ligne caractéristique de son encadrement de porte arrière mais on attend avec impatience de connaître la taille de la calandre : grande, gigantesque, gargantuesque ?

Ces derniers mois, la Série 3 de 2018 a peaufiné sa mise au point dans tous les laboratoires et sur les pistes d’essais de la planète (ci-dessous)

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *