LECTURE(S) ET REFLEXION(S)

VINS & VINTAGE : UN FANA DE JEEP SUR BOURGUEIL 

Retrouvez comme chaque mois la conjonction de deux univers pour épicuriens avertis : l’automobile et le vignoble.
Ce mois-ci, Philippe Genet nous emmène sur le vignoble du Chêne Arrault à Bourgueil où il a rencontré pour nous ChristopheDeschamps.
Deuxième passion du bonhomme après son vignoble : les Jeep !  “Depuis tout petit, j’ai toujours été attiré par les Etats-Unis et les belles américaines en avance techniquement sur les voitures européennes des années 50-60. Mais la Jeep était pour moi la plus emblématique. A la fois par sa conception géniale et son rôle historique au moment du débarquement en Normandie. Mais surtout dans les versions civiles, par son côté life style décontracté.” A retrouver sur le site Vin & Vintage en cliquant sur la photo ci-dessous :

VIVE LA RENTREE AVEC THOMAS MORALES ET SON AMOUR DE LA VOITURE !

Retenez bien cette date. Mieux, notez-là dès maintenant sur votre agenda : le mercredi 19 septembre les Éditions du Rocher publient le nouvel opus de Thomas Morales, journaliste, critique, auteur d’essais littéraires et amoureux de cinéma et… d’automobiles. Porteur surtout d’une nostalgie assumée et d’une plume délicate. Alors que quotidiennement l’automobile est mise au rebus, voilà que notre compère loue au contraire ses mérites et rédige une cinquantaine de billets d’amour destinés aux modèles phares de son enfance. Amoureux d’automobiles mais aussi de cinéma – et de l’AMC Pacer, sans doute la préférée de Thomas -, vous ne serez pas déçus et prendrez plaisir à lire – au hasard ou à la suite – les 250 pages de ce bouquin qui devrait traîner dans la boîte à gants de toutes les cassandres “autophobes”. Un régal !
Thomas Morales. “Éloge de la voiture. Défense d’une espèce en voie de disparition”
Éditions du Rocher.
Parution le 19 septembre. 250 pages. 18 euros.

 

 

UN NOUVEL EDITEUR AUTOMOBILE : BJB EDITIONS

Les ouvrages automobiles sont assez rares pour saluer le développement d’un nouvel éditeur : BJB Editions. En plus de publier les polars de l’ami Patrice Vergès, les Editions BJB éditent plusieurs ouvrages automobiles. Parmi eux, le “beau livre” :  Automobiles de rêve et rêves d’automobiles de Serge Bellu (couverture ci-dessous). C’est également cet éditeur qui publiera avant la fin septembre un ouvrage dont LIGNES/auto a assuré la rédaction : “1968 – 2018 : les 50 ans qui ont changé l’automobile” avec une belle surprise à l’intérieur ! Nous vous tiendrons évidemment informés dès parution de ce nouveau livre. En attendant, et pour commander les ouvrages existants, rendez-vous sur le site officiel : https://www.bjbeditions.com

Bonne lecture 🙂

” 

 

BROCHURES CORVETTE 53′ 54′ ET 55

Capture d_écran 2018-03-19 à 10.21.39

 

Petit cadeau du lundi matin, voici trois PDF des brochures commerciales américaines de la Chevrolet Corvette des millésimes 53′, 54′ et 55′. Des brochures qui datent de 65 ans, ça vaut le coup d’œil nostalgique. Mais une nostalgie positive !

Brochure 1953 : Corvette-Historical-Brochure-1953b

Brochure 1954 : Corvette-Historical-Brochure-1954

Brochure 1955 : Corvette-Historical-Brochure-1955

 

 

XAVIER DE NOMBEL ET CHRISTIAN DESCOMBES VONT REMETTRE LE COUVERT…

Xavier de NOMBEL

Le premier est connu pour son regard particulier sur l’automobile, des circuits de F1 qu’il a fréquentés aux remises des plus grands collectionneurs. La plume du second a fait les beaux jours du regretté magazine Automobiles classiques. Tous les deux ont signé l’année dernière « Berlinetta 50′ » à commander d’urgence s’il n’est pas encore mis en valeur dans votre bibliothèque. Tous les deux nous réservent une nouvelle surprise pour cette fin d’année, nous en reparlerons.

B50_Livre+coffretBerlinetta 50′ est un ouvrage de grande qualité photographique et textuelle. S’y ajoute une mise en page à la Peter Schreyer (« il n’y a plus rien à enlever, l’élégance est là ») et quelques touches originales comme ses feuilles de papier calque qui embellissent l’ensemble. « De la plus populaire des Fiat à la plus exclusive des Maserati, les carrossiers italiens ont exercé leur art et leur talent sur les plates-formes les plus diverses au lendemain de la Seconde Guerre. De ce foisonnement de créativité, tant technique qu’esthétique, émergent des marques prestigieuses, Ferrari, Lancia, Maserati, Alfa Romeo qui prennent le large devant Abarth, Cisitalia, Nardi, Siata, Stanguellini… Chez les carrossiers Bertone, Ghia, Pinin Farina, Vignale, Zagato prennent le virage de la construction en série, laissant derrière eux Balbo, Boano, Farina, Moretti, Motto, tandis qu’émergent les premiers stylistes indépendants, Mario Revelli de Beaumont, Giovanni Michelotti ou Franco Scaglione… »

HOMMAGE A GERARD WELTER

ADN 2007-1

Un montage sobre sur YouTube tente de raconter la vie de Gérard Welter en seulement cinq minutes. L’occasion de revoir en accéléré les deux facettes de cet homme discret. Il aura laissé une empreinte indélébile dans l’univers du design automobile et dans la course mythique des 24 Heures du Mans.
A voir ici :  https://www.youtube.com/watch?v=yldC-4aYTmE

 

LE JAUNE COULEUR DE LA VIE !

P09_0844_fine

L’univers automobile a perdu ses belles couleurs crues ou pastel des années 1970. Il y avait de la joie bon sang ces années-là, malgré la crise ! Même (et surtout ?) les constructeurs allemands y allaient de leurs teintes criardes et joyeuses. Comme le jaune. Le site code-couleur.comnous explique que le jaune est la couleur de la vie.

P01_1071_a4

“Couleur du soleil, de la fête et de la joie, elle permet d’égayer un univers et de le faire rayonner. Il est vrai que le jaune est une couleur chaleureuse et stimulante. Tout comme le soleil qui diffuse ses rassurants rayons porteurs de vie sur terre, le jaune est la couleur de la vie et du mouvement.”Et oui, c’est joyeux une 4L des PTT en mouvement…

Doppelsieg zwei Volkswagen gewinnen das Goldene Klassik-Lenkrad

“Pourtant, derrière cet aspect joyeux, le jaune peut parfois se révéler négatif. Associé aux traîtres, à l’adultère et au mensonge, le jaune est une couleur qui mêle les contrastes. Le jaune pâle contrairement au jaune vif s’écarte de ce chemin régénérateur pour plutôt pointer la maladie, la morosité et la tristesse.”

Scirocco 1975

“Le jaune est également associé à la puissance, au pouvoir et à l’ego (c’était la couleur de l’Empereur de Chine). On retiendra avant tout que le jaune est la couleur de l’ouverture et du contact social : on l’associe à l’amitié et la fraternité ainsi qu’au savoir. “

Passat 1975

 

ANDRE CITROËN PAR CHRISTINE HEMAR

20180206_075638

Si vous avez la chance de retrouver ce petit opus sur André Citroën, n’hésitez pas à le dévorer. Publié en janvier 2002 par Hatier dans la collection « Figures de l’Histoire », cet ouvrage de petit format raconte en moins de cent pages fort justement illustrées la vie de cet homme exceptionnel. Un ouvrage qui débute par une citation d’André Citroën : « L’homme digne de ce nom fait sa vie. Il la fait par la santé, par un travail appliqué, la création d’un foyer, et la ferme volonté de monter toujours. »
Le n°ISBN de ce livre est le 2-218-73643-8

 

AUTOMOBILE DESIGN GRAPHICS 1900-1973

Voici un livre peu coûteux (40 euros), en multi-langues – donc aussi en français – publié par les éditions Taschen. L’automobile côté graphisme et design, de l’âge d’or des années 1900 à la crise pétrolière de 1973. Riches en détails techniques, échantillons et nuanciers, offrant le meilleur des illustrations et du graphisme du siècle, les brochures de vente et autres catalogues de voitures publiés au XXe siècle étaient de vrais petits chefs-d’œuvre en matière de publicité parallèle. Pour la première fois, Automobile Design Graphicsrassemble plus de 500 reproductions de ces précieux documents de vente, celles des marques méconnues Tucker, Ajax commes des emblématiques General Motors, Ford et Chrysler.

va-automobile_design_graphics-cover_05228
Automobile Design Graphics
. Relié, 25 x 31,7 cm, 368 pages
ISBN 978-3-8228-5371-9
Édition multilingue: Allemand, Anglais, Français. 40 euros.

A commander ici : https://www.taschen.com/pages/fr/catalogue/graphic_design/all/05228/facts.automobile_design_graphics.htm?gclid=EAIaIQobChMI68WztLT22gIVFY0bCh2AnQZ0EAQYASABEgIvFvD_BwE

va-automobile_design_graphics-image_03_05228

 

 

QU’ETES-VOUS DEVENUE ULRIKA ?

Quel âge aviez-vous en ce début des années 1950 ? Il est quinze heures sur la pendule de votre Porsche en ce jour incertain dans un décor qui l’est tout autant. Savez-vous qu’aujourd’hui Ulrika (permettez-moi de vous appeler ainsi) j’aimerais bien prendre votre place ! Remonter le temps et courber ma grande silhouette pour entrer dans cette petite voiture. Dans cette grande Porsche historique !

HNE-5428

Mais pour prendre votre place, encore faudrait-il le faire élégamment. Voire galamment. Vous portez une bague, mais pas à l’annulaire. On devine un brillant qui épouse parfaitement le contour de votre lèvre supérieure. De quelle couleur cet artifice de beauté ? Et votre robe, quelle teinte pour ses rayures ? A la demande du photographe sans doute, vous vous tournez vers lui, même pas impressionnée par le matériel photo assez volumineux de l’époque. Votre main est nonchalamment posée sur ce volant si caractéristique avec ses trois branches à quatre fils si fins que l’on peut facilement admirer à travers eux les 160 km/h annoncés par le tachymètre. Pas de compte-tours ici. C’est une balade que vous me proposez en écoutant la complainte de cet impressionnant poste au son nasillard. Vous étiez mannequin Ulrika en ce début des années 1950 ? Ou salariée de la maison Porsche en devenir ? Compagne du photographe ?

HNE-5594

Sans doute serait-il aisé de dater cette scène. Avec la plaque de police ? Situons-là en été. Vous maniez si bien vos lunettes de soleil, deux frêles ronds noirs au creux de votre main gauche. Quelle ambiance ! Et pourtant il manque le principal : l’odeur. En plein soleil, à quinze heures, l’habitacle de la 356 doit gauchement mélanger les odeurs du tissu, les relents d’huile chaude d’un moteur finalement presque voisin de la banquette et la fragrance d’un parfum aujourd’hui disparu. Le vôtre. Quelle chaleur, et pourtant votre front ne perle pas sous une coiffure figée par une laque aussi pesante que la moiteur ambiante. Fallait-il à ce point que la 356 vous attire dans ses douces griffes Ulrika pour se travestir en voiture féminine ? Elle dont la descendance est devenue si masculine et bestiale…

HNE-5429


 

LA VIE DE SID MEAD PAR SID MEAD

XLRK433, Mead

Sans doute êtes-vous passionnés par la vision des designers des années 1970 – 1980 et notamment par Sid Mead. Cet illustre illustrateur plonge depuis toujours ses admirateurs dans un futur innovant et qui a un petit goût… vintage aujourd’hui bien sympathique ! N’hésitez pas à visiter son site : http://sydmead.com/v/12/ notamment pour y commander son autobiographie au prix de 75 dollars. Un livre non disponible sur Amazon tient-il à préciser :

Capture d_écran 2018-03-28 à 09.55.31


A DENICHER :
« DREAM CARS – INNOVATIVE DESIGN, VISIONARY IDEAS »

0

Les dream-cars sont le terreau même de notre passion. Ils ont émerveillé la plupart des grands designers d’aujourd’hui. Ces engins n’avaient d’autre dessein que de nous faire rêver. Pourtant, avec leur dessin visionnaire, ils ont influencé l’industrie automobile.

2

De la Bugatti Type 37 Aerolithe à la Pininfarina Modulo de Paolo Martin, de la Scout Scarab de 1936 (ci-dessus) à la BMW Gina de 2001, les concept-cars sont illustrés par des photos inédites.
La rédaction est de Ken Gross et Sarah Schleunung. Editeur : Skira Rizzoli.
Pour le retrouver, aidez vous aussi du n° ISBN: 978-0-8478-4263-6
A dénicher à moins de 80 euros.

3
Le concept Le Sabre de 1951 fait partie de ceux retenus dans cet ouvrage.

 

UN RECORD VIEUX DE 30 ANS

WM - 1988 07

En mémoire à Gérard Welter et surtout, à l’équipe WM/WR, je réalise ce matin que les 24 Heures du Mans 2018 seront (peut-être) l’occasion de célébrer les 30 ans de l’époustouflante performance réalisée par l’équipe WM en 1988 en accrochant 405 km/h dans la ligne droite des Hunaudières. Gérard Welter m’avait raconté que Gérard Quéveau, alors patron d’Heuliez, poussait la petite équipe à réaliser ce record en demandant sans cesse : « alors, vous y arrivez ? »Mais « ils » n’y arrivaient pas… Le jour de la mesure du record, c’est le pilote Roger Dorchy qui est au volant. Gérard Welter racontait alors « que Roger s’est arrêté au stand, nous certifiait qu’il était à fond et pourtant les radars indiquaient une vitesse inférieure à 400 km/h. Il me disait : tu sais Gérard, j’ai l’habitude de savoir quand ça va vite, et là je te dis que ça va vite. Ça va même super vite ! Je ne comprends pas ? »Et hop, l’ami Roger repartait pour un tour… « En fin de compte, nous nous sommes aperçus que les radars en place n’étaient pas capables de relever une telle vitesse. Une fois le matériel changé, nous avons explosé le record. Les vrais 405 km/h, nous les faisons en course. Nous avons même réalisé 407 km/h mais comme Peugeot lançait la 405, nous n’avons retenu que les 405 km/h. Nous avions même réalisé 417 km/h sur une portion d’autoroute fermée, presque sans souci… »Deux ans après ce record, des chicanes sont implantées dans la ligne droite des Hunaudières : le record tient donc toujours…

DIRECTION MARS !

LIGNESAUTO3

Or donc, il l’a fait ! Elon Musk, le génial patron de Tesla et de SpaceX, a placé en orbite un roadster Tesla qui devrait prendre ensuite la direction de la planète Mars. Une planète qui l’aura capturé par gravité espère-t-on. Cela s’est donc passé mardi soir lorsque le lanceur Falcon Heavy (qui comme son nom l’indique est le plus gros lanceur au monde) a réussi son décollage et a largué le petit roadster électrique en orbite. A bord de la voiture, un mannequin (Starman) le coude à la portière !
Hallucinant !
Et pourtant, tout le monde s’est levé le lendemain matin comme si de rien n’était ! Une voiture tourne au-dessus de nos têtes et on en fait des tonnes sur la neige qui tombe en hiver ? Mais il faut quoi pour surprendre le Monde désormais ?
Je reste un traumatisé du vol lunaire de juillet 1969 parce que mes parents n’avaient pas jugé bon de laisser un gamin de huit ans regarder cet événement universel. “Merdum” me dis-je alors, “je me vengerai !” Je l’ai fait en obligeant mes mômes à regarder décoller l’Airbus A380 (je vous rassure, ils ne m’en veulent pas. Enfin, je crois…). Pour la navette de la NASA, ils étaient un peu jeunes, et lorsqu’ils ont eu l’âge de regarder les vols américains, ces derniers n’étaient plus diffusés car devenus routiniers. Seules les deux catastrophes ont réveillé l’écran noir de nos nuits blanches et remplacé les reportages sur la neige en hiver…

LIGNESAUTO2

Bref, aujourd’hui une bagnole tourne dans l’espace ! Une caisse qui file droit vers Mars avec des messages d’humour “Don’t Panic” sur le GPS (et d’amour aussi ?) pour les vrais bonhommes Cetelem, des extraterrestres nantis de douze points sur leur permis de voler. La classe, Mister Elon ! Le must du Musk. Les ingénieurs du monde entier ne donnaient pas cher de ce premier vol de votre grosse Falcon Bertha. Tu les as bien eus Elon. C’est chouette tes fusées qui reviennent se poser sur leurs plateformes (j’ai cru à un fake au début), c’est chouette ta voiture qui va se désintégrer dans l’atmosphère martienne, c’est chouette ton lanceur qui réussi du premier coup, c’est chouette aussi tes futurs vols spatiaux.
Mais dis donc, Elon, t’a pensé à la pollution orbitale ? On m’a expliqué qu’une petite vis de 1 mm dans la poubelle de l’espace au-dessus de nos têtes pouvait désintégrer un satellite, voire la station internationale. Alors, ton Roadster, tu lui as laissé un constat à l’amiable dans la boîte à gants ?

LIFGNESAUTO1

 

LE BEL ELAN DE LA COM’ MERCEDES

.F97F5336

Lors de la présentation de la nouvelle génération. de sa Classe A hier soir, Mercedes a communiqué un dossier de 80 pages, pas moins. Parmis celles-ci, nous avons relevé un acte assez rare : communiquer sur l’incident qui a coûté cher à la notoriété de la marque allemande lorsqu’une équipe de journalistes suédois avait mis la première Classe A sur le toit lors des test pour la sélection du titre de la “voiture de l’année”. Voici l’extrait du communiqué qui retourne quand même à son avantage l’action menée par le constructeur ! Mais au moins, “l’incident” n’est pas occulté…
“L’avenir appartient aux audacieux : rétrospectivement, cette maxime aurait pu s’appliquer au développement et au lancement commercial de la Mercedes-Benz Classe A. En mars 1997, au Salon de l’Auto de Genève, la marque présente au public international un véhicule révolutionnaire. Ce modèle, qui porte en interne le code série W 168, retient l’attention – avant de faire peu après l’objet de vives critiques. En effet, lors du fameux « test de l’élan » réalisé par des journalistes automobiles suédois, une Classe A se retrouve sur le toit. La réaction de Mercedes-Benz ne se fait pas attendre : les ingénieurs revoient le train de roulement de la Classe A et ajoutent à son équipement de série la régulation de comportement dynamique ESP®. La marque améliore la sécurité des modèles compacts pour la porter à un niveau qui fera désormais référence dans tout le secteur automobile. Ainsi commence l’histoire fabuleuse de la Classe A.”