LE CENTENAIRE CITROËN

Chaque semaine, découvrez un pan de l’histoire Citroën à l’occasion de la célébration de son centenaire : 1919 – 2019.
ATTENTION, ces sujets seront éphémères (et surtout pas chronologiques !) et seront remplacés chaque semaine par le nouveau venu.
Restez nous fidèles !

Pour revenir au menu principal et suivre l’actualité du design automobile, cliquez sur le logo LIGNES/auto tout en haut de cette page

LIGNES/auto, c’est aussi une page Facebook : https://www.facebook.com/lignesauto/?modal=admin_todo_tour
et une chaîne You Tube : https://www.youtube.com/channel/UCtd0i6ZUwsguWsDwwfiK3cA

 

Episode 29 : Le salon de Paris 1970 de Citroën, en vidéo

Pour ce nouvel épisode, nous ressortons des archives TV, une (longue) prestation de Stéphane Collaro au côté de Jacques Wolgensigner sur le stand Citroën du salon 1970. Citroën présentait cette année-là ses deux nouveautés d’importance : la SM vue au salon de Genève en mars et la GS dévoilée à Paris. La séquence est en noir et blanc… Pourtant, les premières émissions en couleur ont débuté en 1967 sur la deuxième chaîne ! Vous relèverez sans doute que Jacques Wolgensigner explique que si la GS ressemble à la SM (sic !) c’est que le patron du style -qu’il ne nomme pas- est le même pour les deux créations. Il s’agit bien sûr de Robert Opron. A regarder (au frais) avec un œil amusé 🙂

 

 

Episode 28 : La surprenante GS Berlinetta de Chapron

Voici deux documents inédits :
– la berline tricorps GS dessinée chez Henri Chapron et appelée “la berlinette”,
– le coupé du même carrossier qui n’est pas sans évoquer celui qui fut un moment étudié chez Citroën !

Voici donc le 28e épisode de la célébration du Centenaire Citroën dont vous pourrez retrouver l’intégralité sur ce site téléchargeant un PDF exceptionnel en juillet.
Pour l’heure, voici donc des documents ressortis des greniers de LIGNES/auto 🙂


BERLINE CITROËN GS

Avant de détailler les deux documents sortis de chez Henri Chapron, revenons sur la “matrice” de ces dérivés berlinette et coupé : la GS. Elle est apparue en 1970 mais a été conçue dès la seconde moitié de l’année 1967 après l’arrêt du fameux programme Projet “F” stoppé alors que Budd, l’entreprise américaine, avait livré les outils d’emboutissage à l’usine Citroën de Rennes-la-Janais. La GS a donc été conçue dans un timing très court pour l’époque. Elle est due à Robert Opron pour le thème de style et à Jean Giret pour la mise en volume. Robert Opron ne cache pas qu’il avait consulté à l’époque Giorgetto Giugiaro. A voir les deux berlines conçues alors par Citroën et Giugiaro (GS et Alfasud), on peut se poser des questions lorsqu’on détaille l’architecture, identique, des deux voitures : style, chaîne de traction avec flat-4, pas de hayon, traction avant…

 

BERLINETTE TRICORPS CHAPRON

Voici donc la berlinette GS proposée par le carrossier Henri Chapron un an après la présentation de la berline GS du constructeur de Javel. L’idée est de dériver sur une base Citroën une carrosserie plus luxueuse et spécifique. Dans ce cas précis, il s’agit d’une berline tricorps qui conserve l’intégralité de la cellule et des emboutis jusqu’aux portes arrière. La pavillon est modifié et, selon les légendes annotées sur le dessin, “gainé imitation cuir”.

Toute la poupe est inédite avec un couvercle de malle quasiment horizontal s’ouvrant à la… verticale. On peut imaginer que l’accès au coffre est ici largement plus aisé que sur la berline Citroën ! Il est précisé que le volume est identique à celui de la GS d’origine alors que Chapron envisage de laisser le pare-chocs arrière fixe et non l’embarquer sur le volet de malle comme sur la berline de série. Cette GS Chapron n’a pas dépassé le stade de ce dessin…


COUPE DEUX PORTES CHAPRON

La Citroën GS a été la source de nombreuses études de coupés deux portes. Nous vous proposons de les détailler ici en commençant par cette version inédite, toujours pensée par le carrossier Henri Chapron. Il s’agit cette fois d’une transformation nettement plus conséquente que celle de la berline tricorps. Cette silhouette deux portes conserve le même empattement et la même longueur que ceux de la berline. Pour des raisons de coûts, la porte avant n’est pas allongée.

La partie arrière est transformée avec un montant central en forme de triangle (principale différence avec la solution dessinée chez Citroën ci-dessous) alors que la vitre arrière semble très proche en dimensions et formes de la troisième vitre latérale de la berline. Le couvercle de malle est plus plongeant que celui de l’étude de la berline tricorps vue plus haut. Comme pour cette dernière, le projet n’a pas dépassé le stade de ce dessin…

 

COUPE DEUX PORTES CITROËN

De nombreux dessins d’un coupé deux portes réalisé sur la base de la berline GS ont été exécutés par le bureau de style Citroën. Voici celui qui se rapproche le plus de la proposition du carrossier Henri Chapron – à moins que ce ne soit l’inverse… – avec là encore de nombreuses modifications : côté de caisse, pavillon, lunette arrière, volet de coffre et bien sûr vitrage latéral. Il semble ici que les stylistes maison ont allongé la porte alors que la généreuse surface vitrée de la vitre latérale augurait d’une splendide visibilité à bord !

 

COUPE DEUX PORTES CITROËN (Michel Harmand)

Et puis, comme toujours, le bureau de style ne se contente pas d’emprunter les sentiers battus, ceux foulés par la concurrence de l’époque. Michel Harmand va imaginer ce petit coupé deux portes avec trois places, dont le pilote au centre, au début des années 1970. Très géométrique, son style se caractérise par un capot tellement plongeant que l’on imagine un moteur… central arrière ! Le train arrière est repoussé au maximum avec pour conséquence un porte-à-faux arrière extrêmement court, opposé à son homologue avant plus long, bien dans l’esprit de la “balance” des volumes d’une Citroën, même si l’ensemble est très éloigné des propositions du constructeur à l’époque !

 

COUPE DEUX PORTES POUR LIGIER (Robert Opron/Jean Giret)

Voici un autre coupé Citroën pensé pour Guy Ligier. Au cœur des années 1970, alors que le coupé SM est proche de sa fin de fin, Ligier demande à Citroën de lui proposer un coupé capable de le remplacer sur les chaînes de montage de sa petite usine dans l’Allier. Pourquoi pas un beau coupé GS ? Robert Opron et son fidèle Jean Giret se mettent au travail avec une proposition qui va aller jusqu’au stade de la maquette échelle 1:1. Réalisée en plâtre, cette dernière présente de nombreux thèmes novateurs : phares escamotables avec possibilité de faire des “appels” plein phares sans avoir à les relever, pare-brise dans l’esprit de la CX (avec mono-balai), CX qui n’est pas encore commercialisée, arrière de type “Shooting Brake”, vitre latérale ouvrante au niveau des passagers arrière , montant de panneau de custode strié et passage de roue arrière typiquement Citroën.

 

COUPE DEUX PORTES CAMARGUE BERTONE (Marc Deschamps)

Le concept-car Bertone Camargue demeure le premier coupé Citroën GS. Aucun élément de carrosserie n’est commun avec la berline de base ! Réalisé en 1972, deux ans après la présentation de la berline GS, ce coupé a été enfanté par le français Marc Deschamps lors de son premier passage chez Bertone avant qu’il rejoigne Henri Chapron. Souvent attribué au designer Marcello Gandini, ce concept-car connu est le premier pas du carrossier vers le constructeur français. Lorsque cette Camargue est dévoilée en 1972, en coulisses, Nuccio Bertone est en train de refuser la production d’une SM quatre portes qui lui a été demandée par Citroën, car le constructeur ne voulait pas entendre parler d’une modification de la plateforme et Nuccio se désespérait d’enfanter un bel objet sur un si court empattement. La suite du couple Bertone-Citroën fut bien plus heureuse !

 

COUPE DEUX PORTES LIGIER GZ MASERATI ET BIROTOR (Marc Deschamps)

Alors qu’il a quitté Bertone pour Henri Chapron au début des années 1970, Marc Deschamps opère un rapide passage chez Ligier en 1974. A lui aussi Guy Ligier demande de dessiner un coupé GS pour remplacer la SM en fin de vie sur ses chaînes de montage. Marc Deschamps venait alors d’acheter une GS Birotor (qu’il possède toujours) et est donc parti de ce véhicule pour en esquisser une version deux portes totalement dans l’air du temps avec ses protections noires et ses lignes acérées. Côté mécanique, c’était l’euphorie chez Maserati qui a conçu un moteur V4 pour remplacer le moteur à pistons rotatifs de la GS Birotor. Seules des maquettes échelle 1:5 ont été sculptées par le designer français.