Interview de Pierre Leclercq, directeur du design Citroën. FRENCH/ENGLISH

English translation at the end of the post

Juillet 2018. Le belge Pierre Leclerq, alors responsable design Kia en Corée, est en réunion à Francfort dans le studio de design de Kia Europe. Coup de chance, le match France-Belgique de la coupe du Monde de football a lieu cette semaine-là. Un match que Pierre ne raterait pour rien au monde. Pourtant, son esprit est sans doute ailleurs… « Cette semaine-là je suis effectivement à Francfort pour Kia. Je sors de la réunion pour prendre un vol en direction de la Belgique pour voir le match à la télé et, à ma descente d’avion, j’ai un message de Jean-Pierre Ploué me demandant de venir le voir car Alexandre Malval – alors directeur du design Citroën- est en partance et il veut me proposer le poste. Mais il faut faire vite car je repartais en Corée le week-end suivant. »

LIGNES/auto : Aviez-vous déjà rencontré Jean-Pierre Ploué auparavant dans votre carrière ?
Pierre Leclercq : « Oui, au début 1999, je suis allé chez Ford à Cologne pour passer en entretien avec lui. Il ne s’en souvient pas ! Il m’avait dit qu’il avait déjà embauché les designers pour compléter son équipe. Il m’a alors proposé de rejoindre le studio Ghia de Ford en Italie. »

Près de vingt ans après, vous voilà de nouveaux face-à-face !
P.L. : « Oui, j’ai pris l’avion après le match France-Belgique pour le retrouver à Paris et il ne pouvait me faire qu’une belle offre après la défaite de la Belgique 1-0 !! »

Entre l’appel téléphonique et le rendez-vous, ça doit mouliner un peu dans votre tête ?
P.L : « Ça mouline d’autant plus que chez Kia, je savais que j’allais prendre la tête du design de la marque sur le plan mondial. Le choix était difficile. Mais je venais quand même de passer une année difficile chez Kia où cela ne s’était pas bien passé avec Peter Schreyer… »

Et vous dites oui…
P.L. : « J’ai grandi Citroën entre ma mère qui roulait en Dyane, mon père en CX et mon grand-père en DS… Et puis je retrouve un pays où je parlais ma langue ! »


Et oui, la Dyane peut marquer les esprits…

Quelles sont les mots de Jean-Pierre à ce moment-là ?
P.L : « Jean-Pierre a été franc. Il m’a évoqué les points positifs et négatifs. Citroën a quand même une gamme assez exceptionnelle. Le boulot de reconstruction fait par Alexandre Malval et ses équipes ont bâti une marque plus forte, mais elle est encore fragile sous certains aspects, il reste encore beaucoup à faire. »

Votre démarche sera celle de l’évolution ou de la révolution ?
P.L. : « Clairement, la révolution ! C’est l’énorme avantage d’être dans une marque française. Toutes les marques sur la planète ne se donnent pas cette chance de faire une révolution. Chez Citroën, oui. »


Des révolutions chez Citroën, il y en a eu ! Et donc, ce devrait continuer…

Un nouveau patron de style a tendance à vouloir imposer sa griffe…
P.L. : « J’ai commencé à retravailler des projets en cours en respectant le dessin du designer et avec ma touche personnelle qui est forcément différente de celle d’Alexandre Malval. On est tous différents, mais on n’est pas seul. On est en équipe. Pour les boulots à venir, mon travail d’ici la fin de l’année sera de proposer à Jean-Pierre et à la direction, des projets pour réinventer la marque, des voitures que j’aurais poussées très loin, en espérant convaincre… »

De nouvelles identité ou de vrais concepts ?
P.L. : « Ce sont des propositions d’identités différentes mais aussi des concept-cars internes. »

Ça ressemble à la démarche du duo Besson-Ploué à l’entame des années 2000, lorsque le design concevait toutes sortes d’OVNI hors du pan produit, notamment les trois modèles de la « ligne DS » de l’époque !
P.L. : « Il y a toujours de la place pour des projets qui viennent du design. Ce sont les plus beaux projets ! Si je regarde en arrière, lors de mon passage chez BMW, le seul véhicule qui n’était pas au plan produit, c’est le X6 que j’ai dessiné (ci-dessous). Pour autant, mon travail en 2019, ce n’est pas forcément de faire « passer » des produits. Le but est de réinventer le langage formel du style Citroën ou encore l’identité de la marque en allant beaucoup plus loin. Voir justement jusqu’où on peut ou l’on doit aller. »

Pour ce qui est de l’identité, les concept-cars CXperience et Ami One ont défloré le thème des futures Citroën. On en prend pour quelques temps, non ?”
P.L. : « Absolument, mais quelques soient les changements que l’on veut opérer, il nous faut écrire l’histoire avant ! »

CXperience a apporté un style sans lignes de carre, tout en souplesse et en muscles. Un style que vous allez pérenniser ?
P.L. : « Oui, et c’est extrêmement important car c’est là qu’on se différencie des autres marques, et notamment des autres marques du groupe. Le design Citroën d’aujourd’hui et de demain, c’est moins de lignes et plus de muscles, c’est un long travail sur les surfaces, c’est quelque chose qu’on veut garder, c’est la philosophie Citroën. Mais c’est évidemment plus complexe à traiter. »

Avez-vous eu le temps de travailler sur la voiture qui découlera du concept-car CXperience ?
P.L. : « Quand la beauté d’un concept-car est bien perçue, le concept influence forcément la série. CXperience est une belle histoire. On a pu retravailler quelques détails car le thème était là. »

Quel est le concept-car qui vous a marqué dans l’histoire récente de la marque ?
P.L. : « Je dirais la C-Métisse de 2006 (une maquette trône dans son bureau). Quand j’ai vu cette voiture, elle m’a impressionné. On a senti, même en travaillant à l’extérieur de l’entreprise, qu’il allait se passer quelque chose de très fort avec l’arrivée de Jean-Pierre Ploué. Et puis il y a aussi la GTbyCitroën de 2008 ! »

Le rythme de présentation des concept-cars chez Citroën est-il le bon ?
P.L. : « Je pense qu’un concept-car par an est un bon rythme. Tout dépend évidemment du plan produit ou encore de l’endroit où l’on veut le présenter… »

Linda Jackson a annoncé que le second concept-car du centenaire serait justement présenté au salon Vivatech le 16 mai prochain. Vous l’avez découvert avec Ami One. Quelle a été votre réaction ?
P.L. : « Ami One et le concept du salon Vivatech, ce sont deux voitures que j’ai trouvées fantastiques. C’est génial d’avoir ces voitures là pour notre centenaire car ce sont des voitures qui ont une histoire à raconter. Je pense que l’Ami One est un projet qui sortait du lot parce que ce n’est pas seulement du style. Elle est intelligente, elle fait progresser les réflexions sur la mobilité comme la 2CV l’a fait en son temps. »

Depuis la DS née en 1955, voici presque 64 ans, vous n’êtes que le neuvième responsable du style Citroën (*). Un poids sur vos épaules ?
P.L. : « C’est génial au contraire ! Je ne dirais pas que c’est lourd à porter parce qu’on n’y pense pas en fait. En tous cas, j’ai bien conscience de la responsabilité que j’ai au sein d’une marque aussi importante. Alors c’est un bonheur que de faire ce boulot pour Citroën ! »

 

BONUS
(*) 1932 – 2019  –  Les neuf patrons du style Citroën

Ils ne sont que neuf à avoir tenu les rênes des équipes de style puis de design de la marque Citroën. Neuf nommés officiellement à la tête de ce département. On ajoutera un dixième homme (Jean Giret) qui n’a jamais eu ce titre honorifique mais qui a néanmoins tenu la création interne de Citroën à bout de bras dans une période compliquée, de 1975 à 1980.

1-Flaminio Bertoni – de 1932 à 1964 : Traction, 2CV, DS, Ami6
2-Robert Opron – de 1964 à 1974 : CX, GS, SM
Non promu-Jean Giret – de 1975 à 1980: Projet E
3- Trevor Fiore – de 1980 à 1982: Karin, Xenia
4-Carl Olsen – de 1982 à 1987: AX
5-Arthur Blakeslee – de 1987 à 1999 : Saxo, Xsara, C5, C3
6-Jean-Pierre Ploué – de 1999 à 2010 : C2, C4, C5, C6, concept-cars
7-Thierry Métroz – de 2010 à 2012: Cactus, Numéro 9, Tubik
8-Alexandre Malval – de 2012 à 2018: C3, C3 Aircross, C5 Aircross
9-
Pierre Leclercq – depuis 2018 : Renouveler l’identité pour 2022-2028

Jean-Pierre Ploué est devenu depuis responsable du design Groupe PSA, Thierry Métroz est directeur du design de la marque DS et Alexandre Malval a rejoint Mercedes pour prendre la responsabilité du studio de style avancé implanté à Sophia Antipolis près de Nice.

 

ENGLISH VERSION

July 2018. Belgian Pierre Leclerq, then Kia’s design manager in Korea, is in a meeting in Frankfurt in Kia Europe’s design studio. Luckily, the France-Belgium football World Cup match took place that week. A match that Pierre wouldn’t miss. However, his mind is probably elsewhere…. “That week I am indeed in Frankfurt for Kia. I just got out of the meeting to catch a flight to Belgium to watch the game on TV and, when I got off the plane, I got a message from Jean-Pierre Ploué asking me to come and see him because he had Alexandre Malval’s job to bring me. Of course I say yes, but we have to hurry because I was going back to Korea the following weekend. »

LIGNES/auto: Have you ever met Jean-Pierre Ploué before in your career ?
Pierre Leclercq: “Yes, at the beginning of 1999, I went to Ford in Cologne to met him. He doesn’t remember ! He told me that he had already hired the designers to complete his team. He then offered me the opportunity to join Ford’s Ghia studio in Italy. »

Almost twenty years later, here you are again face-to-face !
P.L.: “Yes, I flew after the France-Belgium match to meet him in Paris and he could only make me a nice offer after the defeat of Belgium 1-0 ! »

Between the phone call and the appointment, it was complicated in your head ?
P.L: “Yes, especially since at Kia, I knew I was going to take the lead in the brand’s design on a global level. The choice was difficult. But I had just had a difficult year at Kia where things didn’t go well with Peter Schreyer… »

And you say yes….
P.L.: “I grew up in Citroën between my mother who was driving in Dyane, my father in CX and my grandfather in DS… And then I find a country where I spoke my language ! »

What are Jean-Pierre’s words at that time ?
P.L: “Jean-Pierre was honest. He told me about the positive and negative points. Citroën still has a rather exceptional range. The reconstruction work done by Alexandre Malval and his teams have built a stronger brand, but it is still fragile in some aspects, there is still a lot to do. »

Will your approach be one of evolution or revolution ?
P.L.: “Clearly, the revolution! That’s the huge advantage of being in a French brand. Not all brands on the planet give themselves this chance to make a revolution. At Citroën, yes.”

A new style boss tends to want to impose his brand…
P.L.: “I started to work on ongoing projects while respecting the designer’s drawing and with my personal touch, which is necessarily different from that of Alexandre Malval. We’re all different, but we’re not alone. We’re a team. For the jobs to come, my work until the end of the year will be to propose to Jean-Pierre and the management, projects to reinvent the brand, cars that I would have pushed very far, hoping to convince… »

New identities or real concepts ?
P.L.: “These are proposals of different identities but also internal concept cars. »

It looks like the approach of the Besson-Ploué duo at the beginning of the 2000’s, when the design conceived all kinds of UFOs outside the product panel, including the three models of the “DS line” of the time !
P.L.: “There is always room for projects that come from design. These are the most beautiful projects! If I look back, when I was at BMW, the only vehicle that wasn’t in the product plan was the X6 I designed. However, my job in 2019 is not necessarily to “pass” products. The aim is to reinvent the formal language of the Citroën style or the brand identity by going much further. To see exactly how far we can or should go. »

As for identity, the CXperience and Ami One concept cars deflated the theme of the future Citroën’s. We’re taking some for a while, aren’t we ?
P.L.: “Absolutely, but whatever changes we want to make, we have to write history first! »

CXperience has brought a style without edge lines, all in flexibility and muscle. A style that you will perpetuate ?
P.L.: “Yes, and that’s extremely important because it’s where we stand out from other brands, especially the group’s other brands. Citroën design today and tomorrow means fewer lines and more muscles, it’s a long work on surfaces, it’s something we want to keep, it’s the Citroën philosophy. But it is obviously more complex to deal with. »

Have you had time to work on the car that will come out of the CXperience concept car ?
P.L. : “When the beauty of a concept car is well perceived, the concept necessarily influences the series. CXperience is a great story. We were able to work on some details because the theme was there. »

What is the concept car that has marked you in the brand’s recent history ?
P.L.: “I would say the 2006 C-Métisse (a scale model stands in his office). When I saw that car, it impressed me. We felt, even working outside the company, that something very strong was going to happen with the arrival of Jean-Pierre Ploué. And then there’s the 2008 GTbyCitroën! »

Is the pace of presentation of concept cars at Citroën the right one ?
P.L.: “I think that one concept-car per year is a good pace. Everything obviously depends on the product plan or the place where you want to present it… »

Linda Jackson announced that the second concept car for the centenary would be presented at Vivatech on May 16. You discovered it with Ami One. What was your reaction ?
P.L.: “Ami One and the Vivatech concept are two cars that I found fantastic. It’s great to have these cars for our centenary because they are cars that have a story to tell. I think that Ami One is a project that stood out because it’s not just about style. It is intelligent, it advances thinking on mobility as the 2CV did in its time. »

Since the DS born in 1955, almost 64 years ago, you have been the ninth person in charge of the Citroën style (*). A weight on your shoulders ?
P.L.: “It’s great on the contrary! I wouldn’t say it’s heavy to carry because we don’t actually think about it. In any case, I am well aware of the responsibility I have within such an important brand. So it’s a pleasure to do this job for Citroën! »

(*) 1932 – 2019
The nine Citroën style managers
Only nine of them headed the Citroën brand’s style and design teams. Nine officially appointed as the head of this department. We will add a  tenth man (Jean Giret) who never had this honorary title but who nevertheless kept Citroën’s internal creation at arm’s length during a complicated period, from 1975 to 1980.

1-Flaminio Bertoni – de 1932 à 1964 : Traction, 2CV, DS, Ami6
2-Robert Opron – de 1964 à 1974 : CX, GS, SM
Non promu-Jean Giret – de 1975 à 1980: Projet E
3- Trevor Fiore – de 1980 à 1982: Karin, Xenia
4-Carl Olsen – de 1982 à 1987: AX
5-Arthur Blakeslee – de 1987 à 1999 : Saxo, Xsara, C5, C3
6-Jean-Pierre Ploué – de 1999 à 2010 : C2, C4, C5, C6, concept-cars
7-Thierry Métroz – de 2010 à 2012: Cactus, Numéro 9, Tubik
8-Alexandre Malval – de 2012 à 2018: C3, C3 Aircross, C5 Aircross
9-
Pierre Leclercq – depuis 2018 : Renouveler l’identité pour 2022-2028

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *