Le père des SM, GS, CX, Robert Opron, est mort – 1932-2021

De septembre 1962, date de son arrivée chez Citroën aux côtés de Flaminio Bertoni, au 8 janvier 1986, date de son départ du bureau de design Renault, Robert Opron aura consacré une grande partie de sa carrière aux deux grands constructeurs français, « l’artillerie lourde » comme il aimait à les décrire.

Robert Opron et Gaston Juchet à la tête du design Renault

Né en février 1932, il sait à peine lire qu’il parle déjà avec ses mains en dessinant dès l’âge de 5 ans ! « Je me suis ensuite passionné pour les voitures américaines, j’avais une belle collection et cette passion pour l’automobile ne m’a plus jamais quitté » m’avait-il confié lors d’une interview après son départ de ce qui était encore la Régie Renault. Avec une formation aux Beaux-Arts d’Amiens, il entre chez Simca comme beaucoup d’autres stylistes de sa génération.

Le concept-car Fulgur dessiné par Opron pour Simca

« C’était d’autant plus tentant qu’il s’agissait là du premier centre de style automobile qui ait existé en Europe. Nocher en a fait partie ainsi que Béligond et Deschamps. On peut dire qu’on a découvrit le stylisme professionnel chez Simca, un style marketing à l’américaine qui consistait à dessiner de beaux objets sans se soucier d’autres chose. » Une méthode qui va singulièrement changer lors de son arrivée chez Citroën.

Un an après son arrivée chez Citroën, Opron s’intéresse au restylage de la DS

La rencontre en le génie Flaminio Bertoni et Robert Opron a maintes fois été racontée. Robert Opron me l’avait alors confiée avec ses mots : « Je suis allé chez Citroën après avoir lu une petite annonce libellée avec une sorte de mystère cher à la marque. Elle disait ceci à quelques mots près : important groupe industriel recherche créateur de forme ayant démontré ses aptitudes à la création. Écrire au journal qui transmettra.

Opron arrive au style Citroën un an après la venue de l’Ami6, ici au salon de Paris 1961

Évidemment, j’ai écrit avec quelques copains et nous avons été convoqués au quai André Citroën. C’était une fin de matinée, je m’en souviens très bien, nous avons présenté nos dossiers et le chef du personnel tenait à ce que je rencontre Bertoni le jour même. Il était en essais sur les pistes de la Ferté », j’ai donc eu rendez-vous à 16 heures de la même journée. Je me suis présenté un peu en avance au gardien de la rue du Théâtre. C’était un environnement noir et crasseux, il y avait un petit gourbis et derrière, un local avec une table à dessin et deux vieilles chaises, c’est la vérité ! On m’a demandé d’attendre là. Vers 16 heures une voiture est arrivée et j’ai vu en sortir un type trempé de sueur et habillé d’un short, c’était Bertoni. Il m’a demandé ce que je venais faire ici, je lui ai expliqué que j’avais répondu à une annonce.”

Flaminio Bertoni

Il semblait au courant et m’a alors demandé ce que je savais faire. J’ai ouvert mon dossier avec mes dessins qu’il a regardés. Avec sa canne, il les écartait un à un et me disait que ça ne valait rien du tout. Il a alors donné un violent coup de canne en éparpillant tous mes dessins sur le sol. Je n’étais pas du tout d’accord avec ses manières et je le lui ai dit. Alors il s’est mis à ramasser mes dessins tout en me confiant que je l’intéressais ! Je lui ai répondu que lui ne m’intéressait pas ! Et je suis parti. »

Opron rentre à son domicile en se disant que « jamais je ne pourrais travailler avec ce type ». Pourtant, Robert Opron signe son contrat peu de temps après. « Bertoni était un type très froid mais en fait c’était un homme de grand cœur sous un aspect bourru. » En 1964, à la mort du génie italien, Opron prend la direction du style Citroën jusqu’en 1974 et la sortie de la CX, dernière Citroën de l’ère Michelin.

Étude du projet L, la future CX à Vélizy

Il aura auparavant signé entre autres les break Ami 6, berline Ami 8, coupé SM Maserati et GS. Ajoutons-y celles qu’il a adoré concevoir : la DS du Général de Gaulle et la SM de Pompidou. En janvier 1975, Opron se dirige vers Renault. « Il fallait que je change d’air. De plus, la personnalité de Bernard Hanon me plaisait beaucoup. J’avais été impressionné par sa volonté, son amour de l’automobile et sa culture. C’est un homme avec lequel on a l’impression de pouvoir faire de grandes choses et, à l’époque, c’était très tentant. »

Bernard Hanon – Renault

Il arrive alors que la R14 est dans les tuyaux de l’industrialisation. Dès sa venue, l’idée de créer un centre se style avancé germe dans son esprit. Ce bureau à la vision lointaine est implantée à Nanterre. « On a alors embauché des jeunes dont Deschamps ou Venet. » Puis il voulait implanter un studio de ce type aux États-Unis… C’est en partie ce qui le perdra.

De gauche à droite : le jeune embauché Jean-François Venet, Robert Opron, Marcello Gandini et Gaston Juchet (1977)

La quasi faillite de la Régie Renault en 1985 et le départ de Bernard Hanon vont précipiter son éviction, après qu’il a créé avec ses équipes la Renault 9 (un projet frustrant face aux propositions avant-gardistes des designers et même celle de Gandini), la Fuego ou encore la 21 qu’il a dû laisser filer chez Giugiaro. Sans compter de nombreux projets du programme VBG de bas de gamme.

Maquette de petite Renault VBG vue par Opron

« Je devenais inutile dans la maison » me lâcha-t-il désabusé juste après son départ. « J’ai toujours fait ce métier pour la maison qui voulait bien m’embaucher. J’ai appris chez Citroën la fine technologie et la bonne gymnastique d’esprit qui consiste à se propulser toujours en avant vers l’innovation qui est un progrès. Chez Renault, j’ai appris que le marketing, trop poussé, était quelque chose de très enrichissant, à condition toutefois de savoir d’en servir. »

La force du marketing visible ici : aux avant-postes quand Robert Opron est en retrait…

Après son passage chez Fiat et Alfa Romeo, ses études pour Ligier et ses consultations, Robert Opron a continué d’habiter dans la maison qu’il a lui-même dessinée à Verrières le Buisson. A quelques kilomètres seulement des centres de design PSA et Renault… Il est décédé le 20 mars 2021, à l’âge de 89 ans.

Biographie :
1932 : Robert Opron naît en 1932.
1948 : À l’âge de 17 ans, il contracte la tuberculose et combat durement la maladie
1958 : Devient designer automobile chez Simca
1962 : Il franchit les portes du bureau de style de Citroën aux côtés de Flaminio Bertoni
1964 : Devient patron du style Citroën à la mort de Bertoni
1975 : Il quitte Citroën et accède à la direction du design Renault
1984 : Il veut fonder un centre aux États-Unis. Il quitte la Régie cette année-là.
1985 : Il entre au design Fiat avant de fonder son propre bureau de consultant.
2021 : Décès le 29 mars. Ses obsèques auront lieu le jeudi 8 avril à l’Église de Verrières le Buisson à 14h30.

POUR ALLER PLUS LOIN. LIGNES/auto vous recommande de (re)trouver ces deux ouvrages sur la vie de Robert Opron : “Robert Opron – l’automobile et l’art” aux Editions Peter-Pijlman et “Style Opron” publié en avril 1995 par le “comité Style Opron”. A dénicher sur internet…

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est LOGOActus_BD-1024x367.jpg.

4 thoughts on “Le père des SM, GS, CX, Robert Opron, est mort – 1932-2021

  1. Aurevoir Robert Opron, vous qui m’avez inspiré quand j’étais enfant avec votre Simca Fulgur. Vous qui avez côtoyé Flaminio Bertoni et plus tard qui avez si bien restylé la DS mais aussi, qui avez été responsable de l’ontologique SM et qui avez eu tant de mal à faire votre nid chez Renault. La photo affichée d’un choix de style nous répond quant au pourquoi ce fut si dur de vous intégrer à la Régie après. Au centre le grand patron Bernard Hanon et, deuxième à sa droite, le frétillant Daniel Leconte responsable des enquêtes de marchés à la Régie. Mais où se trouve Robert Opron alors qu’un choix de maquettes est en cours? Il est relégué à quelques 8 places du Président et, c’est ainsi que furent choisi ses monuments du style automobile que furent la R9 et la R11, sans oublier la dynamique R21. Pour la petite histoire, le même marqueteur extinctif se trouva sur mon chemin lors de la présentation des résultats de tests du projet Twingo, mais heureusement, je pris l’initiative d’envoyer au Président Raymond Lévy ma note lui demandant de choisir entre un design instinctif versus un marketing extinctif. Et c’est ainsi que la Twingo ne fut pas affublé d’un muffle de R9.
    Requiem in Pace Robert Opron

  2. Je ne comprends pas en quoi le fait que Giugiaro soit très entouré alors que Opron boude manifestement illustre la force du marketing. C’est le magnétisme de Giugiaro – plus que celui de sa maquette – qui opère. Il s’agit bien-sûr de choix de style pour la R19 et non pour les R9/R11. Les lignes de la R9 ont été dictées par les exigences du marché US plus que par le marketing français.

  3. En réponse à Philippe Say, Giorgietto Giugiaro ne figure pas sur cette photo, la personne arborant une veste blanche s’appelle Daniel Leconte responsable des études marketing.

  4. J’ai pu rencontrer Monsieur Opron au mois de décembre, juste avant les fêtes de fin d’année.
    C’était mon vieux rêve de passionné de design automobile et de la marque Citroën. Rencontrer un tel dessinateur, audacieux, n’aimant pas les lignes tièdes !
    Monsieur et Madame Opron m’ont reçu en toute simplicité. Noël avant l’heure !
    Je suis heureux d’avoir pu vivre ce moment privilégié.
    J’ai retracé cet entretien dans un petit article sans prétention, que l’on peut retrouver sur notre site du Cahors Auto Rétro.
    J’ai une pensée toute particulière pour Madame Opron et sa famille, en ces moments difficiles.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *