Il y a 15 ans, l’autre DS Sportlounge…

DS dévoile son concept-car de Genève 2020 : l’Aéro Sport Lounge. Mais voici quinze ans, un concept-car du même nom faisait son apparition à Francfort avant de se transformer en… DS 5 ! Le DS Aéro Sport Lounge se transformera-t-il lui aussi en DS de série, une DS 9 Crossback par exemple ?

En 2005 sur le stand Citroën du salon de Francfort, un spectaculaire engin d’un jaune vif illumine la grisaille de ce mois de septembre. « Je l’avais imaginé en gris, un très beau gris » nous confie près de quinze ans après, son designer Frédéric Soubirou. Perdu : l’engin pétille et pas seulement par sa couleur. Son nom : C-Sportlounge.

Le briefe de départ de ce concept-car qui restera un jalon fort de l’histoire du style Citroën est à la fois simple et complexe. Simple, parce que Jean-Pierre Ploué, alors patron du design Citroën depuis cinq ans, sollicite ses designers pour créer « une nouvelle génération de véhicule entre la berline et le monospace » se souvient Frédéric. Compliqué, « car Jean-Pierre ne voulait pas de connotation monospace, mais un engin sportif et statutaire » ajoute-t-il. Comme tous les projets de concept-cars, une compétition interne a lieu entre les designers de la marque. C’est donc le dessin de Frédéric Soubirou qui est retenu.

Le briefe de la C-Sportlounge veut réinventer la berline monocorps en lui donnant les attributs d’une sportive et un statut de voiture haut de gamme. « J’ai proposé cette forme monolithique qui a plu d’emblée à Jean-Pierre. Il voulait néanmoins quelque chose de plus statutaire encore, sinon on allait retomber dans l’univers du monospace. Et c’est ainsi qu’est né le fameux sabre. » Le sabre, c’est ce jonc aluminium qui prend naissance sur l’aile avant et qui remonte sur le pied de pare-brise.

« Grâce à ce sabre, on a une lecture franche d’un capot avant fort malgré un pare-brise très avancé. A l’avant, on voulait aussi affirmer le caractère de la voiture en abandonnant les calandres assez fines des précédents concepts » comme celle du prototype C-Airdream. « La calandre de C-Sportlounge est une sorte de tuyère et elle est encadrée par des écopes sur le côté. Ça amène le volume monolithe qui est couplé avec un arrière pas du tout conventionnel, dans l’esprit du shooting brake. » Il est important de remettre le concept-car C-Sportlounge dans son contexte, car à l’époque, on ne parlait pas encore de ligne Citroën DS dans le groupe PSA. 

Si le C-Sportlounge marque un temps fort dans l’histoire du design de la marque, c’est parce qu’il va entraîner la naissance de la DS5 en 2011, une voiture née dans la souffrance, car arrivant sur un segment nouveau. Une souffrance que Frédéric Soubirou aura (un peu) connue lors de la genèse de « son » premier concept-car. « J’ai mille anecdotes sur cette voiture car c’est ma première. Celle qui a ouvert une belle série pour moi avec la DS3, la DS Revolt ou encore la Survolt. Mais en interne, ce n’était pas évident en 2004 – 2005 d’imposer ses idées quand on est jeune, avec peu d’expérience et je découvrais en plus la réalité de la réalisation d’un concept-car avec notamment un planning extrêmement serré ! »

En 2010, quand il dessina le C4 Picasso de la seconde génération, Frédéric aura en lui cette volonté de faire aboutir ses intentions de 2005 avec le C-Sportlounge et supprimera toutes les « carres » (lignes tendues) du concept-car pour enfanter un monospace aux formes lisses comme un galet. Pour autant, le C-Sportlounge demeure un moment fort dans la vie de ce designer qui, dès la primaire, se faisait rappeler à l’ordre car il trouvait toujours le moyen de crayonner une voiture dans ses dessins de poésie…

SUJET EXTRAIT DE L’OUVRAGE “CONCEPT-CAR ET PROTOTYPES D’ETUDES CITROËN” AUX EDITIONS BJB. A commander ici : https://www.bjbeditions.com/products/concept-cars-et-prototypes-detudes-citroen

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est LOGOArchives_BD-1024x367.jpg.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *