Fusion Fiat-PSA : Maserati de retour aux côtés de Citroën ?

“Suite aux récentes informations presse sur le possible rapprochement de Groupe PSA et FCA Group, Groupe PSA confirme que des discussions sont en cours en vue de créer l’un des principaux groupes automobiles mondiaux.” Ainsi, FCA (Fiat Chrysler Automobiles) entrerait en discussion avec le groupe français PSA (Peugeot Citroën DS Opel et Vauxhall). Si d’aventure l’opération aboutissait, ce serait le retour de la marque Maserati qui, en 1968, rejoignait (déjà) Citroën…

Fiat et PSA mariés ? Ce n’est pas la première fois que le géant italien s’intéresse aux constructeurs automobiles français. Voici cinq mois, c’était à l’Alliance Renault-Nissan qu’il visait. Aujourd’hui, c’est au tour du Groupe PSA qui gère les marques Peugeot, DS, Opel, Vauxhall et… Citroën. Ce serait l’occasion de voir revenir dans le giron français la prestigieuse marque Maserati !

Une Citroën SM conçue, aussi, pour les Etats-Unis : et si demain Maserati aidait au retour de PSA sur le continent nord américain ?

Pas question de jouer ici les Cassandres vis-à-vis de ce qui est en train de se nouer (peut-être) entre PSA et Fiat, il s’agit simplement de rappeler un pan de l’histoire automobile française. En 1968, Fiat entrouvre la porte de Citroën, avant de vouloir en prendre les rênes en 1973…

Pierre Bercot, alors président de Citroën

Pour Citroën, l’année 1968 est celle de la restructuration de la société. Celle que l’on connait jusqu’alors sous le nom de Société Anonyme André Citroën devient Citroën S.A. et englobe les automobiles Citroën, ainsi que Berliet et Panhard. Pierre Bercot, patron de l’époque, veut rapprocher la structuration de son entreprise de celle de Peugeot.

« Dès les premiers jours de 1968 » écrit Lucien Robin dans ses mémoires (Lucien Robin est un ingénieur qui a passé près de quarante ans de sa vie chez Citroën, de 1937 à 1974) « Pierre Bercot convoqua Jalady et lui demanda s’il se sentait capable de réaliser une restructuration des Sociétés Citroën sur le modèle de Peugeot avant le 1juin. La chose était possible, mais il ne fallait pas perdre de temps. Pierre Bercot donna le feu vert et associa à l’opération monsieur Geoffroy, un spécialiste de finance et de fiscalité. »

Claude-Alain Sarre

Pour ne pas créer des sociétés nouvelles, on dépouilla donc la société anonyme André Citroën. « D’une part, on lui enleva ses usines et son fonds industriel au profit d’une société du groupe, la SPA. D’autre part, on lui soutira ses filiales commercialises et succursales de vente directe, au profit d’une autre société du groupe : l’Etoile du Nord. »

Dessin de Lattay concernant le développement d’un coupé sportif chez Citroën qui donnera naissance à la SM

Ainsi, la Société Anonyme André Citroën devint Citroën S.A., les usines basculèrent dans la société Anonyme des Automobiles Citroën et l’Etoile du Nord devint la Société Commerciale Citroën. « Pour Citroën, ce fut l’occasion de mettre en place un état-major d’hommes jeunes, ce qui constitua une énorme révolution. » De nouveaux administrateurs furent alors mis aux postes de la direction de ces différentes société Citroën. Pierre Bercot restait évidemment à la tête de Citroën S.A. alors que Citroën Automobiles ainsi que la Société Commerciale Citroën étaient managées par George Depre, Pierre Ingueneau, François Michelin et Claude Alain Sarre. C’est ce dernier qui fut nommé président des deux sociétés avec à ses côtés Messiers, Ravenel et Fleury.

Tout était en place pour redynamiser l’entreprise dans une période de crise. Une crise qui n’empêche pas Pierre Bercot de voir toujours plus loin. C’est d’abord la signature d’un accord avec Maserati. 

Coupe du moteur V6 Maserati de la Citroën SM (1970)

« Depuis 1968 » se souvient Lucien Robin, « Citroën rendait public un accord avec Maserati, le constructeur italien de Modène, et cette fois annonçait en même temps la probabilité d’une prise prochaine de participation. Cela confirmait officiellement l’intention de lancer un modèle de haut de gamme Citroën équipé d’un moteur fabriqué par Maserati. » Après Panhard et Berliet, Maserati venait se joindre à Citroën.

L’accord avec Maserati donna naissance au V6 du coupé GT Citroën SM en 1970. Rappelons que Maserati fait partie du groupe FCA qui serait en discussion avec PSA !

Mais ce n’est pas tout, peu. Après ce fut l’annonce de l’alliance avec Fiat, alors que Pierre Bercot avait démontré que ce n’était pas jouable ! « C’était assez dans la manière de Bercot d’exposer brillamment toutes les impossibilités de faire quelque chose et finalement… de le faire ! » écrit Robin. « Toutes les autres alliances, y compris celle avec Peugeot qui prit fin en 1966 avaient été accueillies par le personnel avec sérénité et même une certaine fierté. Le sentiment dominant cette fois-ci était l’inquiétude, car le partenaire était beaucoup plus puissant que nous. Les Agnelli, qui parlaient beaucoup n’avaient jamais tenu Citroën en grand estime. On avait même été mis par l’un d’eux sur la liste des constructeurs qui devaient disparaitre et cela à une époque où notre réussite était incontestable. »

Agnelli abandonna finalement l’idée de reprendre Citroën en 1973.

Pour autant, c’est bien avec Fiat que débute le projet d’une petite voiture urbaine et les prémices des véhicules utilitaires communs. L’affaire durera jusqu’en 1973, lorsque les Agnelli voulurent prendre la main sur Citroën et que le gouvernement stoppa les discussions. Ce qui n’empêcha pas Citroën de faire faillite et, de voir même gouvernement pousser Peugeot à racheter la société née en 1919. Ce fut le début d’une tout autre histoire avec la formation du groupe PSA en 1976.

A l’heure où le groupe PSA s’interroge sur l’avenir de la “petite” voiture, la fusion avec Fiat apporterait dans le trousseau des mariés le projet Centoventi déjà configurable sur le site Fiat!

Evidemment, le contexte actuel n’est plus du tout le même : Fiat cherche une belle mariée et PSA (groupe à l’origine exclusivement familial comme… Fiat – familles Agnelli et Peugeot-) en est une. PSA gagnerait à développer les technologies de demain accompagné du géant FCA et surtout, ce dernier est très présent aux Etats-Unis, là où PSA ambitionne de revenir. La fusion envisagée (et non une Alliance comme Renault-Nissan-Mitsubishi) deviendrait le 4e groupe, automobile mondial.

BONUS : la petite Fiat Centoventi

BONUS : la nouvelle 208, l’héritière

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est LOGOActus_BD-1024x367.jpg.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *