Un showcar de la toute première Porsche

Pour son anniversaire (1948 – 2018) Porsche n’a pas restauré le premier exemplaire de la 356 à moteur central arrière mais en a réalisé un showcar parfait. Après avoir scanné l’original, le département historique de Porsche a reconstruit à l’identique ce modèle, y compris la teinte bleue définie en allant récupérer un petit morceau de peinture sur la planche de bord de l’original. Paradoxe de ce showcar de la première Porsche à moteur central arrière, la mécanique n’est pas représentée… Car oui, la toute première Porsche qui avait largement pioché dans la banque d’organes de Volkswagen n’était pas une tout à l’arrière mais avait disposé son moteur juste derrière la vaste banquette. Voici son histoire.

PORSCHELIGNES0

Ferdinand Porsche a toujours rêvé de créer sa propre voiture de sport, même si le développement du projet de la voiture du peuple (la future Volkswagen) exigée par Adolf Hitler lui tenait également à cœur. Mais c’est bien son fils Ferry qui conçoit la 356 au moment où son père est privé de liberté suite au conflit mondial, loin de ses ateliers de Gmünd. La toute première 356, un roadster immatriculé « K 45.286 », est finalisée un an à peine après que Ferdinand Porsche a rejoint, libre, l’Autriche et son bureau d’études.

PORSCHELIGNES00

Cette toute première Porsche d’une longue série est basée sur un châssis tubulaire en acier et dispose du moteur Volkswagen à refroidissement par air, d’une cylindrée de 1131 cmet délivrant seulement 40 ch. Pourtant, cette puissance a nécessité un saut énorme par rapport au moteur d’origine qui développe 25 ch ! Cette motorisation est implantée en avant de l’essieu arrière, avec la boîte de vitesses derrière cet essieu. Ce n’est donc pas (encore) une « tout à l’arrière ».

PORSCHELIGNES2

La majorité des pièces de suspension et autre proviennent de la banque d’organes Volkswagen. La carrosserie quant à elle est largement inspirée du projet de la Type 60 K10 prévue pour la compétition Berlin-Rome. Elle est due au fidèle Erwin Komenda. La carrosserie tout aluminium de la « K 45.286 » est façonnée en moins de trois mois et, en juin 1948, un an après la libération de Ferdinand Porsche, son fils peut enfin lui dévoiler le résultat d’un projet bien différent de tous ceux qui jusqu’alors sont sortis du génie du Konstrukstionburo

PORSCHELIGNES1

Cette 356-1 est également très différente de toutes celles qui vont suivre, tout d’abord parce que sa structure de châssis tubulaire ne convient finalement pas à une production en petite série, pour des raisons de coût. Dès l’année 1948, Ferry Porsche a effectivement convaincu quelques financiers d’aider à la mise en production de cette sportive qui promet tant…

PORSCHELIGNES100

La seconde mouture de la 356 dénommée tout naturellement 356-2 et immatriculée « K 49.801 » casse l’architecture à moteur central arrière de la 356-1 et adopte une implantation dérivée de celle de la Volkswagen. Son moteur bascule en arrière de l’essieu et transforme donc la première Porsche sportive de série en « tout à l’arrière », une architecture qui perdure aujourd’hui encore !

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *