Groupe VW et l’électrique : la bonne stratégie ? FRENCH/ENGLISH

English translation at the end of the post

Sortons aujourd’hui du débat concernant le bien-fondé ou non à long terme de la convergence de tous les constructeurs vers le « zéro émission » en optant pour la voiture électrique. Carlos Tavares (groupe PSA) est l’un des rares à poser les bonnes questions. Quel sera réellement l’avenir de cette chaîne de traction ? Son éventuelle pollution à moyen terme ?  A-t-on assez réfléchi au nouvel équilibre géopolitique entre des pays aujourd’hui producteur de pétrole vers ceux qui, d’une part, produisent les batteries (la Chine notamment) et ceux qui exploitent les matériaux rares nécessaires à la production des batteries (Amérique du sud).


Hors de ce débat, il reste d’autres questions concernant cette fois la stratégie industrielle des constructeurs. Ils ont choisi deux politiques bien distinctes pour la production de leurs nouveautés électriques : dédier des sites industriels à ces nouveaux véhicules (option de Mercedes et surtout de Volkswagen) ou adopter une plateforme multi-énergies capable d’être industrialisée dans la majorité des sites (option PSA). Si PSA a donc choisi cette dernière, c’est essentiellement pour deux raisons : l’urgence à répondre au développement des véhicules électriques avec un investissement plus contrôlé que la conception d’une plateforme dédiée, et l’assurance qu’en cas d’échec du marché électrique, l’usine puisse tourner avec les chaînes de traction à moteurs thermiques.

Pour Volkswagen, cela implique par contre des investissements colossaux car, comme l’explique le constructeur, “il ne s’agit pas d’une plate-forme pour véhicules équipés de moteurs à combustion qui a été modifiée rétroactivement, mais qui a été conçue dès le départ pour être 100% électrique, sans compromis.”

La marque Volkswagen a l’intention de rendre la voiture électrique populaire auprès du plus grand nombre de personnes et de faire en sorte qu’elle fasse une percée. C’est un objectif louable. Le premier modèle sera la berline compacte I.D., qui sera produite à partir de cette fin d’année 2019 dans l’usine de Zwickau, actuellement en cours de transformation. D’ici 2025 au plus tard, la marque entend vendre 1 million de voitures électriques par an dans le monde.

Et même si un site est dédié à la production de la Volkswagen I.D., le groupe pourra compter sur d’autres usines pour investir le marché de la voiture électrique. La plupart des sites Volkswagen en Allemagne sont impliqués dans le développement et la production des premières voitures électriques basées sur la plateforme MEB, y compris les sites de Volkswagen Group Components à Braunschweig, Salzgitter et Kassel. L’entreprise investit 1,3 milliard d’euros sur un budget total de 6 milliards d’euros prévu pour l’e-mobilité sur ces trois sites.

Avec cette nouvelle plateforme MEB, Volkswagen expliquait que “nous exploitons au mieux les possibilités qu’offre la voiture électrique tout en réalisant d’importantes économies d’échelle. Quelque 10 millions de véhicules à travers le Groupe seront basés sur cette plate-forme dès la première vague. La MEB est l’épine dorsale économique et technologique de la voiture électrique pour tous.”Mais depuis cette déclaration de 2018, les ambitions se sont élevées ! Dans l’ensemble du Groupe, jusqu’à 15 millions de véhicules basés sur cette plateforme MEB seront finalement construits dans la première vague, contre 10 millions de véhicules selon les plans précédents. D’ici 2023, la marque investira plus de 11 milliards d’euros dans l’e-mobilité, la numérisation, la conduite autonome et les nouveaux services de mobilité, dont plus de 9 milliards dans la famille ID et ses nombreuses silhouettes : berline du segment « C », crossover, monospace, berline du segment « D » et bientôt SUV du segment « D ». (Voir le post sur la nouvelle I.D.ROOMZZ). Les véhicules électriques devraient représenter environ un quart du portefeuille de modèles d’ici 2025.

VW I.D. Compacte en vidéo :

Avec la production du premier véhicule de la famille en cette fin d’année, Volkswagen dit « entrer dans la phase décisive. Dans moins d’un an, la nouvelle I.D. ouvrira une nouvelle ère pour Volkswagen, comparable à celle de la première Coccinelle ou de la première Golf. Nous nous préparons très soigneusement à cet événement avec nos partenaires »,a déclaré Thomas Ulbrich, membre du Directoire de la marque Volkswagen responsable de l’E-Mobility. « D’ici fin 2022, quatre marques du groupe vont produire 27 nouveaux modèles basés sur la plateforme MEB dans le monde. C’est quelque chose d’unique. »

Produire une VW 100% électrique (vidéo) :

Tous les membres de la famille I.D. sont conçus pour une charge rapide. Grâce à des systèmes de recharge rapide, la batterie peut être chargée à 80 % en 30 minutes environ grâce à un système de batterie entièrement nouveau et nettement plus puissant développé par Volkswagen Group Components.

Le site de Zwickau commencera donc sa mutation vers le tout électrique et sera aidé notamment de l’usine de Braunschweig qui fabriquera quant à elle le système de batteries. Cette usine avec une longue histoire construit déjà les batteries pour l’e-up !, l’e-Golf et la Passat GTE 4 hybride plug-in. Braunschweig est aujourd’hui le site spécialiste de la batterie et dispose d’un vaste savoir-faire en matière d’électronique de puissance, de systèmes de refroidissement de batterie et de gestion de logiciels. L’usine est actuellement en cours d’extension afin de pouvoir construire jusqu’à un demi-million de systèmes de batteries par an à l’avenir.

Enfin, dernière pierre à cette volonté de rentabiliser au mieux ces investissements pharaoniques, la société « e.GO Mobile » basée à Aix-la-Chapelle, en Allemagne, sera le premier partenaire externe au monde à utiliser la plate-forme électrique MEB de VW pour lancer d’autres véhicules électriques en plus de la gamme des modèles Volkswagen. Un projet de véhicule dédié est déjà en cours de planification. Volkswagen montre ainsi le potentiel assez énorme de sa plateforme, même pour les petites séries comme avec l’I.D. BUGGY dévoilé au Salon international de l’automobile de Genève en mars dernier.

Avec ses investissements lourds, Volkswagen sera à même de répondre à la demande du marché en cas de succès commercial de la voiture électrique. Dans le cas contraire, la mévente d’un quart des futurs produits du groupe, 100% électriques, impacteront dramatiquement les comptes de l’Allemand. Pour PSA, ce serait le scénario inverse : en cas de succès du marché 100% électrique, les marques du groupe français ne seraient prêtes que pour les segments B et C. Mais dans le cas contraire, le groupe français pourrait continuer à faire tourner des usines non dédiées au 100% électrique.

 

 

ENGLISH VERSION

Let us leave the debate today on whether or not it is right in the long term for all manufacturers to converge towards “zero emissions” by opting for the electric car. Carlos Tavares (PSA Group) is one of the few people who asks the right questions. What will the future of this powertrain really look like? Its possible pollution in the medium term?  Has enough thought been given to the new geopolitical balance between countries that today produce oil and those that produce batteries (China in particular) and those that exploit the rare materials needed to produce batteries (South America) ?

Outside this debate, there are still other questions concerning the manufacturers’ industrial strategy. They have chosen two distinct policies for the production of their new electric vehicles: dedicating industrial sites to these new vehicles (Mercedes and especially Volkswagen options) or adopting a multi-energy platform capable of being industrialized in the majority of sites (PSA option). PSA therefore chose the latter for two main reasons: the urgent need to respond to the development of electric vehicles with a more controlled investment than the design of a dedicated platform, and the assurance that in the event of failure of the electricity market, the plant can run with internal combustion engine powertrains.

For Volkswagen, however, this means huge investments because, as the manufacturer explains, “it is not a platform for vehicles equipped with combustion engines that has been retroactively modified, but was designed from the outset to be 100% electric, without compromise.

The Volkswagen brand intends to make the electric car popular with as many people as possible and to ensure that it makes a breakthrough. This is a laudable objective. The first model will be the compact I.D. sedan, which will be produced from this end of 2019 in the Zwickau plant, currently undergoing conversion. By 2025 at the latest, the brand intends to sell 1 million electric cars per year worldwide.

With this new MEB platform, Volkswagen explained that “we are making the most of the opportunities offered by the electric car while achieving significant economies of scale. Some 10 million vehicles across the Group will be based on this platform from the first wave. The MEB is the economic and technological backbone of the electric car for all: “But since this declaration of 2018, ambitions have risen! Across the Group, up to 15 million vehicles based on this SEM platform will eventually be built in the first wave, compared to 10 million vehicles under previous plans. By 2023, the brand will invest more than €11 billion in e-mobility, digitisation, autonomous driving and new mobility services, including more than €9 billion in the ID family and its many silhouettes: C-segment sedan, crossover, minivan, D-segment sedan and soon SUV in D-segment. (See the post on the new I.D.ROOMZZ). Electric vehicles are expected to account for about a quarter of the model portfolio by 2025.

With the production of the family’s first vehicle at the end of the year, Volkswagen says “we are entering the decisive phase. In less than a year, the new I.D. will open a new era for Volkswagen, comparable to that of the first Beetle or Golf. We are preparing very carefully for this event with our partners,” said Thomas Ulbrich, member of the Volkswagen Brand Management Board responsible for E-Mobility. “By the end of 2022, four of the group’s brands will produce 27 new models based on the MEB platform worldwide. It’s something unique. » All members of the I.D. family are designed for fast charging. Thanks to rapid charging systems, the battery can be 80% charged in about 30 minutes thanks to an entirely new and significantly more powerful battery system developed by Volkswagen Group Components.

The Zwickau site will therefore begin its transition to all-electric power and will be helped in particular by the Braunschweig plant, which will manufacture the battery system. This factory with a long history is already building batteries for the e-up, e-Golf and Passat GTE 4 hybrid plug-in. Braunschweig is now the battery specialist site and has extensive know-how in power electronics, battery cooling systems and software management. The plant is currently being expanded to build up to half a million battery systems per year in the future.

Finally, as the last step in this drive to make the most of these pharaonic investments, e.GO Mobile, based in Aachen, Germany, will be the first external partner in the world to use VW’s MEB electric platform to launch other electric vehicles in addition to the Volkswagen model range. A dedicated vehicle project is already being planned. Volkswagen thus shows the enormous potential of its platform, even for small series such as the I.D. BUGGY unveiled at the Geneva International Motor Show last March.

With its heavy investments, Volkswagen will be able to meet market demand in the event of commercial success of the electric car. Otherwise, the slump in a quarter of the group’s future products, 100% electrical, will have a dramatic impact on the German’s accounts. For PSA, it would be the opposite scenario: in the event of success of the 100% electric market, the French group’s brands would only be ready for segments B and C. But if not, the French group could continue to operate plants not dedicated to 100% electricity.

1 thought on “Groupe VW et l’électrique : la bonne stratégie ? FRENCH/ENGLISH

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *