Citroën C3 Aircross : son restylage expliqué par les designers et chef de projet

Pourquoi le restylage de la C3 Aircross est-il si différent de celui de la berline C3 ? Parce qu’entre les deux programmes, le patron du design a changé ! L’arrivée de Pierre Leclercq, si elle n’a pas eu d’impact sur la C4, en aura eu (un peu) sur la C5 X et beaucoup sur ce restylage de la C3 Aircross. Derrière ce simple bouclier modifié, la stratégie du design Citroën de demain se fait jour avec plus de personnalité. Laissons la parole à Hélène Veilleux, responsable des matières et couleurs, Pierre Icard, le designer extérieur et Guillaume Lecombe, le chef de projet (de gauche à droite ci-dessous)

Pierre Icard :on a commencé le restylage de la C3 Aircross avant l’arrivée de Pierre Leclercq. Il y avait avant son arrivée une volonté de suivre la voie du restylage de la berline C3 qui venait de se terminer, avec une évolution douce. On était alors parti dans la même philosophie pour la C3 Aircross, mais Pierre a voulu aller plus loin, avec la volonté d’affirmer davantage le caractère de la face avant. On est reparti d’une page blanche.

La page blanche, celle que Pierre Icard venait de connaître avec le projet du concept-car Ami One de 2019 (ci-dessous). “Oui, je venais effectivement de sortir de ce projet quand j’ai enchaîné sur le restylage du C3 Aircross.” Sans travailler sur la version de série de l’Ami ? “Non, ce ne sont pas les mêmes designers qui ont travaillé sur le concept et le produit de série…

Dès lors que Pierre Leclercq demande plus de caractère à la voiture, comment opère-t-on ? Pierre Icard : “On s’appuie d’abord sur le regard. Celui de la génération précédente était très ludique, avec un gros phare. Ici, on a voulu affirmer le côté baroudeur avec des optiques moins hautes, plus dynamiques, plus effilées grâce à la technologie LED.” Et ces petits centimètres gagnés sur la hauteur de optiques changent tout ! “Ça modifie toutes les proportions. Si on ajoute un centimètre en hauteur, il faut tout repenser car les proportions varient profondément ! »

Arrêtons-nous quelques instants devant cette Citroën C3 Aircross puisque c’est ici qu’on eut lieu les principales modifications. Pierre Icard nous les détaille : “les barres chromées qui partent des logos viennent chercher la nouvelle signature lumineuse mais vous remarquerez que sur la barrette inférieure plus ample, on a apposé des stries en dégradé évolutif, pour donner plus de richesse et de précision.

Juste en dessous, on a les motif de calandre verticaux, qui sont factices mais qui répondent à la grande grille inférieure. Pour cet élément, on voulait autre chose que des lignes horizontales et le mouvement concave n’est pas lié à ce qu’il y a derrière. Les points durs sont plutôt au niveau de la poutre derrière la calandre inférieure.

Cette petite calandre factice supérieure “est un effet de style, elle donne du caractère à la face, du muscle. En dessous, l’entrée d’air est généreuse, avec un contour très structuré, plus affirmé et elle est encadrée sur le bouclier de deux zones de « light catcher », des surfaces (ci-dessous) qui vont refléter les rayons du soleil, capter la lumière, et ainsi poser et élargir la voiture.

Le reste de la carrosserie est inchangé, seuls les feux arrière sont plus foncés et surtout, le C3 Aircross accueille de nouvelles jantes “simples mais splendides. Elles ont été dessinées par Maxime Pille.” Un restylage est souvent considéré comme un travail secondaire. D’ailleurs, il requiert combien de temps ? Deux mois, deux ans ? “Non, pas deux mois sinon j’aurais beaucoup de vacances !” s’amuse Pierre Icard. “C’est un peu plus d’une année de travail avec toutes les recherches, car le premier dessin apporte rarement la bonne solution, et comme je disais, l’arrivée de Pierre Leclercq a fait repartir le projet avec une partie du travail précédent qui a été mise de côté.

Une phase de dessin reste-t-elle obligatoire pour un restylage alors que la « vraie » voiture existe déjà ? “Oui, il y a une période de dessin. Je suis partie d’images et de photos du C3 Aircross et je n’ai redessiné que l’avant. Ainsi, on part sur des bases solides avec les bonnes proportions, il n’est pas question de tricher dans ce cas !

Les limites des travaux sont strictement définies, comme le rappelle Guillaume Lecombe : “dès le départ, le périmètre est déterminé avec une zone d’action précise – en l’occurrence le bouclier avant – sans pouvoir toucher au reste. On a une enveloppe budgétaire et on travaille avec les retours clientèle pour définir le cahier des charges de ce projet.” Le travail semble du coup plus ambitieux à bord comme le souligne Hélène Veilleux : “c’est vrai que ce restylage nous a offert pas mal de liberté pour les couleurs et matières avec notamment trois nouvelles harmonies, ces combinaisons entre les sièges, le bandeau de tableau de bord et les panneaux de portes.

Nouveau gainage du bandeau de planche de bord
avec l’ambiance Metropolitan Graphite

En haut de gamme avec l’ambiance Hype Grey, on retrouve la même couleur qu’à bord de la C5 X, et ce coloris gris-vert qui fait très statutaire, mais on ne l’a pas travaillé de la même manière, il est par exemple juste en haut de dossier sur la grande berline. La deuxième ambiance Metropolitan Graphite avec ses hauts de dossiers en chiné clair, une bande effet bois donne une harmonie élégante.” Ci-dessous.

Enfin, l’ambiance Urban Bleu, joue avec une teinte gris bleu qui confère une harmonie différente.” Jouer avec les teintes et les ambiances nécessite-t-il de recourir aux maquettes physiques ? “Oui, bien sûr ! On réalise des maquettes de sièges (qui sont des Adanced Comfort désormais) avec l’apparition de la surpiqûre identitaire, avec la bande de chevrons. Ce vocabulaire devient transversal dans nos produits, il existe une vraie unité dans notre gamme.”

L’ambiance Urban Bleu

Les couleurs et matières ne se vivent pas seulement à l’intérieur. Hélène Veilleux et ses équipes ont également travaillé sur les teintes caisse (trois nouvelles dont une exclusive à ce produit, le Kaki Grey) et sur la personnalisation. Une nouveauté, la vitre de custode est habillée de deux décors selon le Pack Color choisi. “Quand vous choisissez le pack blanc ou orange (ci-dessous), vous avez un décor simple sur une vitre polycarbonate…

Lorsque vous choisissez le pack couleur bleu (ci-dessous) ou noir, vous avez une animation différente constituée d’une feuille de chrome prise dans un vitrage en verre. On voulait ici quelque chose de plus raffiné.

Guillaume Lecombe précise que “pour cette mi-vie, on désirait monter en gamme.” Mais 70 possibilités de personnalisation, c’est plus compliqué à gérer industriellement par rapport à la précédente génération ? Guillaume nous explique au contraire que “nous avons calmé le jeux au niveau des packs couleurs. Sur la précédente génération, on proposait jusqu’au changement de couleur des centres de roues et des barres de toit. Aujourd’hui, ces dernières sont de couleur noire.” Précision, la couleur du pavillon est indépendante du choix du pack couleurs, “vous pouvez avoir un pavillon couleur caisse, noir ou blanc.”

Pour redéfinir les nouvelles ambiances à bord, là encore il faut compter un peu plus d’un an. “On intervient dès le début du projet” explique Hélène Veilleux. “On doit réaliser les tests avec les nouveaux matériaux et tissus, valider les jalons du programme, vérifier chaque association de matériaux, tester les tissus au niveau de l’abrasion, de la tenue à la lumière, de l’inflammabilité des mousses, etc.

Ambiance Hype Grey disponible sur la finition haute Shine Pack en option à 600 €

Et on est encore loin des homologations de nouveaux matériaux qui vont débarquer, comme ce fameux cuir d’ananas (ci-dessous) déjà évoqué sur ce site ! “C’est un challenge passionnant d’intégrer ces nouveaux matériaux dans les voitures de demain avec des contraintes incroyables. Mais c’est notre métier de trouver de nouvelle voie. On reste en veille !

Ah, dernier point à souligner qui n’a rien à voir avec le design, mais qui montre l’évolution technologique fulgurante que Citroën a connu entre 1948 avec la présentation de la 2CV, et 2021 avec celle de la C3 Aircross restylée : les cales en bois que la 2CV embarquait à bord pour la maintenir garée dans les pentes étaient gratuites, alors qu’il vous faudra débourser 20 € pour disposer des cales nécessaires à maintenir la potentielle roue de secours que vous irez acheter comme accessoire. Ces cales font partie de l’option « prédisposition pour la roue de secours », option « indispensable pour le montage d’une roue de secours et qui comprend un jeu de cales pour le coffre. » J’aime bien le monde d’après !

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est LOGOActus_BD-1024x367.jpg.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *