Interview d’Axel Breun : “des Alpine 100% électriques ? C’est logique !”

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est LOGOActus_BD-1024x367.jpg.

Axel Breun, designer Renault, a participé à de nombreux projets de renaissance de la Berlinette Alpine (projets W71 – ci-dessous une maquette de Guy Greffier -, Z11 ou encore W19) et a notamment été responsable du design de la cellule Renault-Sport et de celle des concept-cars Renault. Autant dire que son point de vue sur le plan « Renaulution », dont Alpine sort grandie, est affûté et instructif !

Une gamme Alpine, qui plus est 100% électrique et avec un crossover, c’est surprenant ?
Axel Breun : « Non, ça me semble au contraire assez logique. Rappelez-vous du concept-car Captur de 2011 (ci-dessous). A l’époque (Axel Breun était responsable design des concept-cars Renault) j’avais eu l’idée de gérer ce petit SUV comme un engin sportif. Avant lui, il y avait eu le projet d’un SUV 2+2 Renaut-Sport. Alors on aurait pu tout à fait imaginer le Captur comme un petit crossover Alpine ! Ce scénario a toujours existé dans ma tête. Il était clair déjà à l’époque qu’un renouveau d’Alpine ne pouvait pas passer uniquement par l’A110. »

Le concept-car Captur n’a pourtant pas été badgé Alpine !
A.B. : « Disons qu’il y avait une arrière-pensée avec ce projet ! J’avais réalisé après sa révélation une présentation sur la stratégie de Renault et parmi les slides, il y avait cette proposition d’utiliser le concept-car Captur, très différent de la version industrialisée par Renault, pour un petit crossover Alpine. Je me disais qu’il y avait peut-être une deuxième chance pour ce concept-car (ci-dessous), mais ce n’est pas allé très loin, juste une slide ou deux dans ma présentation… »

Pour un designer, une plateforme 100% électrique, c’est moins contraignant ?
A.B. : « Oui, d’ailleurs on voit déjà des projets de voitures électriques qui ont gagné en proportions, avec des porte-à-faux courts, de longs empattements. On a gagné plus de liberté, c’est clair. »

Mais une A110 100% électrique restera-t-elle une Berlinette ?
A.B. : « Oui, bien sûr, malgré les contraintes de poids à gérer. Souvenez-vous du concept-car DeZir de 2010 (ci-dessus) qui était électrique, déjà ! Une Alpine peut être sexy, même en 100% électrique. On avait même réfléchi à cette chaîne de traction pour le concept A110-50 (ci-dessous) mais on l’a finalement réalisé sur une base de Mégane Trophy. »

Cette future A110 sera conçue en partenariat avec Lotus, comme le projet avorté de Berlinette Z11 de 2001 sur lequel vous avez travaillé…
A.B. : « Oui, nous avions collaboré avec Lotus pour le projet Z11 (ci-dessous) Cette collaboration est prometteuse. Il y a de supers ingénieurs chez Lotus et ils ont réussi à concevoir une gamme de voitures fabuleuses. Et même une sportive 100% électrique. Il faut bien comprendre que c’est très difficile de concevoir des sportives et de gagner de l’argent avec, alors partager les coûts de développement est tout à fait logique. »

Dans la nouvelle organisation du groupe Renault, Alpine est devenue une marque à part entière en englobant notamment Renault-Sport. Est-ce une bonne stratégie pour vous ?
A.B. : « Oui, 100% oui ! J’avais cette stratégie en tête il y a déjà une quinzaine d’années. Je m’étais frotté avec Renault-Sport parce que bien sûr ce genre de débat en interne n’était pas bien vu, car c’était la mort annoncée de Renault Sport. Mais le nom d’Alpine continue de faire rêver, avec son palmarès notamment. Pourtant, à l’époque, Rémi Deconinck me répondait que plus personne ne connaissait Alpine. Je trouvais ça dommage car les concurrents n’hésitaient pas à mettre en avant leurs Mini sportives ou encore leurs Abarth… »

RETROUVEZ UN DOSSIER INÉDIT SUR LE DESIGN RENAULT AVEC DES ARCHIVES EXCEPTIONNELLES (PROJETS RAG DE 1966, Z11 DE 2001, AVANTIME RESTYLÉ, SCÉNIC 4X4, ETC.) ET LE PORTRAIT DE JEAN-FRANÇOIS VENET DANS LE NUMÉRO 2 DE LIGNES/auto TRIMESTRIEL ICI : https://lignesautoeditions.fr/?p=414

Je crois qu’au début des années 2010, vous avez imaginé un modèle apte à utiliser l’appellation Gordini ?
A.B. : « Gordini pour beaucoup, c’est d’abord la R8, une voiture sportive excessivement abordable. Et qu’avons-nous dans la gamme comme berline abordable ? La Dacia Logan ! En 2011 j’avais eu l’idée de proposer une Dacia Logan Gordini, l’équivalent de cette icone R8 Gordini : sportive et pas chère. »

Et le retour de la R5, qu’en pensez-vous ?
A.B. : « On peut dire que c’est une carte facile à jouer ! Luca de Meo connaît ce terrain de jeu avec son expérience avec la Fiat 500. Déjà, lorsque nous avons conçu la Twingo actuelle, on avait une Renault 5 Turbo dans l’atelier de design. Les concept-cars Twin’Z et Twin’Run étaient largement influencés par la R5 Turbo. Il a même été envisagé de se diriger vers l’appellation de R5 pour cette 4e génération de Twingo, mais les dirigeants n’étaient pas prêts. Il serait logique également que cette future Renault 5 ait son dérivé R5 Alpine, comme en 1976 ! »

Renaulution n’a pas fait état de l’Espace, des Scénic ou du futur haut de gamme Renault…
A.B. : « Franchement, je trouve très sage de se concentrer sur ce que Renault sait faire, sur le marché le plus porteur en Europe en privilégiant le développement de produits sur le segment C. Comme pour Opel ou Ford, c’est difficile de se battre avec les Allemands sur le territoire du haut de gamme. Mais le plan Renaulution est une fusée à trois étages, attendons un peu… Peut-être lors de la seconde phase, pourquoi pas ? »

Propos recueillis par Christophe Bonnaud. Merci à Axel Breun pour son accueil et sa disponibilité. Axel est un passionné d’Alpine depuis son plus jeune âge ! (voir ci-dessous)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *