Sept duels ‘concept et design’ pour mieux comprendre la Citroën AMI

La Citroën AMI face à… elle même

Toute nue (en haut) l’AMI ne satisfera personne. Contrairement à la vue ci-dessus qui représente deux variantes de l’AMI différemment éclairées, la petite Citroën n’existe qu’en une seule couleur : un bleu-gris passe-partout. La version AMI-AMI tout en haut, dénuée d’enjoliveur, de sticker et masques décoratifs avant et arrière est franchement tristounette. Si vous ne voulez pas laisser vos enfants la peindre avec leurs tubes de gouache, il existe quelques solutions pour la sortir de ce monde de l’objet indésirable.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est AMI_111-1024x576.jpg.

Cela commence par l’achat quasi obligatoire d’un des quatre kits proposés pour la modique somme de 400 €. Ces kits disposent des accessoires, enjoliveurs et stickers pour transformer votre AMI avec quatre teintes : Orange, Grey, Khaki et Blue. Cela sera alors à vous d’en assurer la pose, mais pas de panique, l’AMI a tout prévu avec des tutos explicatifs : https://www.youtube.com/watch?v=BoLYwF4vqA8

Cette vue de 3/4 AV – Ah, non, c’est une vue 3/4 AR…. – est une AMI devenue AMI Orange avec ses accessoires. Elle ne coûte finalement “que” 6400 €. Deux autres versions (Pop et Vibe) sont également disponibles (voir post précédent)

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est AMI_18-1024x576.jpg.

La Citroën AMI face à… l’AMI ONE

Premier concept-car de l’année du centenaire, l’AMI ONE dévoilée en début d’année 2019 annonçait clairement la version de série. D’ailleurs, l’AMI était déjà dans les tuyaux lorsque l’AMI ONE portait à son paroxysme le concept de la petite Citroën dédiée à la mobilité urbaine de demain.

Le thème de la symétrie des pièces, déjà adopté pour le véhicule de série, devait être développé avec davantage de liberté sur le concept-car, même si son designer Pierre Icard nous rappelait l’an dernier que “c’est complexe, d’autant que ces pièces ne sont pas symétriques mais identiques ! Il faut trouver un certain nombre d’astuces. Mais ce n’était pas gagné car tout est question d’équilibre pour définir les bons galbes, les bonnes lignes et faire en sorte que ces pièces identiques ne se remarquent finalement pas. Dès que nous bougions une ligne, il fallait tout de suite voir avec le modeleur 3D sur écran si cet équilibre n’était pas rompu.

Autre astuce de l’AMI déflorée par le concept-car AMI ONE, l’espace dédié au rangement d’une valise cabine, déjà présent en 2019 mais traité différemment car la base du concept-car n’avait pas vocation à être industrialisée, alors que le châssis tubulaire de l’AMI de série était en conception. A noter que ce dernier passe par la cataphorèse de l’usine PSA marocaine, aux côtés des caisses nues de la 208 !

A RELIRE : L’AMI ONE CONCEPT
ci-dessous

La Citroën AMI face à… la Peugette de Pininfarina

Pour réduire les coûts de production, le nombre de pièces de la carrosserie de l’AMI a été divisé par deux : le masque avant est identique au masque arrière et la porte gauche est identique à la porte droite. A moins que ce ne soit l’inverse. Quant aux micro-ailes, elles sont également symétriques. Bref, on compte cinq pièces principales pour la carrosserie.

En regardant l’AMI, on se pose la question : “Où qu’elle est la tê-tête ? Où qu’il est le cul-cul ?” Pourtant, la symétrie n’est pas un thème nouveau en termes de design : dès 1976 (le Président Giscard venait manger chez vous le soir et la loi Veil sur l’IVG n’avait que deux ans…) Pininfarina proposait la Peugette sur une base de Peugeot 104 coupé ZS avec huit éléments de carrosserie seulement. Pininfarina a même eu l’idée d’une variante “barquette” à une seule place. Sans suite industrielle, hélas !

La Citroën AMI face à… Osmose

L’AMI aurait-elle vu le jour sans le concept-car Osmose ? Sans doute, mais ce prototype de salon (le premier de l’ère Jean-Pierre Ploué chez Citroën) était en avance sur son temps. Présenté voici déjà 20 ans (en 2000), l’Osmose a été dessinée par Frédéric Duvernier qui a suivi Ploué de Ford à Citroën. Il nous confiait lors de la rédaction du livre “Concept-cars Citroën” (COMMANDEZ-LE ICI) que ce concept “est né de l’idée d’un véhicule urbain pour les années 2020.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est OSMOSE_02-1024x672.jpg.

Alors que dans les allées du salon les concept-cars à moteur V8 essence sont légions, la proposition Citroën évoque déjà l’auto-partage et invente l’airbag piéton ! Frédéric constatait également qu’Osmose “annonçait des applications telle que Waze et portait enlui le plein d’utopies qui trouvent aujourd’hui leurs réponses, vingt ans après !

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est OSMOSE_13-1024x684.jpg.

Avec ses 3,35 m de longueur, ce concept boxe dans une autre catégorie que celle de l’AMI (2,41 m) mais il offre jusqu’à cinq places. Et si, justement, c’était lui le successeur de la Citroën C1? Osmose, réinterprété avec les solutions économiques et industrielles de l’AMI, pourrait être la Citroën d’entrée de gamme de demain…

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est OSMOSE_03-1024x683.jpg.

La Citroën AMI face à… la MOTIV

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est MOTIVE_02-1024x741.png.

Autant l’AMI est pensée avec l’objectif d’un objet de mobilité individuel, simple, économique et facilement industrialisable, autant sa “concurrente” anglaise MOTIV, est à l’opposé. Et pour cause, c’est l’ingénieur Gordon Murray, auteur des plus belles F1 des années 1980-1990 et créateur de la nouvelle T.50 (voir ici : http://lignesauto.fr/?p=19240 qui l’a conçue. Son architecture diffère de celle de l’AMI avec sa porte unique qui bascule de gauche à droite en libérant l’accès à bord.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est MOTIVE_04-1024x379.jpg.

Si MOTIV est plus longue que l’AMI (2,53 m contre 2,41 m pour la française) elle a dès l’origine été adaptée pour accueillir deux passagers mais aussi pour accueillir un fauteuil roulant (une solution très intelligente pour des personnes à mobilité réduite) ou encore pour des livraisons commerciales. Dans sa forme de transport de marchandises, la plate-forme peut être modifiée pour permettre une capacité de charge maximale, créant ainsi un volume de plus de 1 100 litres.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est MOTIVE_03-1024x674.png.

MOTIV est un “pod” monoplace (dans sa version de base) qui offre la polyvalence du transport personnel ou des livraisons sur le dernier kilomètre. Il est propulsé par un moteur électrique de 20 kW et sera équipé d’un bloc de batteries de 17,3 kWh refroidi par liquide, ce qui lui assurera une autonomie potentielle de 100 km. Il fonctionnera à des vitesses allant jusqu’à 65 km/h, ce qui le rendra idéal pour fonctionner dans les zones urbaines et suburbaines. Il ambitionne donc un univers plus étendu que celui de l’AMI.

La Citroën AMI face à… la e-Mehari

Des voitures électriques dans la gamme Citroën, il y en avait jusqu’alors très peu. Évoquons la C-Zero sur une base de Mitsubishi et aussi la e-Méhari, reprenant la voiture de Bolloré (Bluesummer) avec un concept de batterie spécifique qui n’a finalement pas pris d’ampleur. Demain, la berline compacte C4 viendra rejoindre l’AMI.

La Citroën e-Méhari est un cabriolet électrique produit par Citroën de 2016 à 2019. Citroën a voulu communiquer sur le retour de la nouvelle Méhari, mais le public n’est pas naïf… Et pourtant, son intérieur est lavable au jet d’eau, comme sur la référence née en 1968. Si elle s’affiche avec une face avant inspirée du concept-car C4 Cactus M de 2015, la e-Méhari a connu une carrière assez discrète. Ses prix s’échelonnaient de 7000 à 12500 €.

La Citroën AMI face à… la 2CV Hermès

La 2CV a-t-elle légué un quelconque gène à la nouvelle AMI ? Voilà de quoi lancer un débat houleux dans lequel LIGNES/auto n’entrera pas. Si nous opposons ici l’AMI à la 2CV, c’est avant tout en prenant le contre-exemple de l’unique version 2CV Hermès avec son intérieur cuir, un matériau que l’on retrouve jusqu’aux commodos et sur la boule du levier de vitesses. Ses quatre places achèvent la petite AMI, alors que le confort de la Deuche finit par l’enterrer !

Roulez en ville en 2CV Hermès, c’est sans doute le nec plus ultra face à l’AMI biplace dont le confort n’est pas la première des qualités. Mais l’ultime Citroën de mobilité urbaine n’est-elle pas une 2CV Hermès électrique ?

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est AMI_112-1024x576.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est LOGOActus_BD-1024x367.jpg.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *