Citroën AMI ONE vue par son designer extérieur (2/5)

La Citroën AMI ONE n’est donc pas une automobile telle qu’on l’imagine.
Pour son designer, l’enfanter n’a pas été une simple formalité car c’est bien connu, il est bien plus facile de dessiner un long coupé sportif qu’un objet dynamique lilliputien.
La preuve par les mots et les images avec son designer Pierre Icard, passionné de voitures anciennes et créateur, avec ses collègues du design, des Citroën de demain…

Pas facile pour un designer de dessiner un objet dynamique de seulement 2,50 m !
Pierre Icard : « Je n’avais jamais dessiné de véhicule aussi petit ! Dans ce projet, c’est évidemment plus une approche de design que de style qui a prévalu. C’est une démarche qui n’est pas pour autant perturbante. »

Le risque, c’est de tomber dans la caricature de la boîte à roulettes ?
P.I. : « Dessiner AMI ONE, c’est d’abord concevoir un véhicule volumique à l’intérieur. C’est aussi implanter les quatre roues aux quatre coins. Ce qu’il faut réussir avec ces fondamentaux, c’est quelque chose de beau avec des rondeurs et de jolis galbes. »
L’idée des pièces de carrosserie communes est intervenue dès le lancement du projet ?
P.I : « Oui, dès le départ et même dès le stade de la compétition entre les designers en interne. C’est complexe, d’autant que ces pièces ne sont pas symétriques mais identiques ! »

Découvrez la “symétrie” d’AMI ONE en vidéo :

 

Concrètement, quelle gymnastique cela impose pour arriver à ce résultat ?
P.I. : « Il faut trouver un certain nombre d’astuces. Mais ce n’était pas gagné car tout est question d’équilibre pour définir les bons galbes, les bonnes lignes et faire en sorte que ces pièces identiques ne se remarquent finalement pas. Dès que nous bougions une ligne, il fallait tout de suite voir avec le modeleur 3D sur écran si cet équilibre n’était pas rompu. Pas si simple. »

La pièce de carrosserie de couleur orange sur la proue est identique à celle de la partie arrière.
Mais elle est ici positionnée plus bas et recouverte en partie basse par le débord des deux ailes avant.

Quel fut le point le plus complexe dans cette élaboration ?
P.I. : « Il fallait toujours rester vigilant pour faire fonctionner cette symétrie avant/arrière et gauche/droite. Cela nécessite des ajustages assez fins. Tout ceci réalisé en 3D puisqu’il n’y a pas eu de maquette échelle 1, juste des volumes pour travailler les proportions et aussi le dessin des feux. On a obtenu quelque chose d’attrayant et de sympathique. Il faut dire que j’ai travaillé avec un expert du modelage 3D, Francesco Brandi, un type talentueux, volontaire. Un bonheur d’avoir bossé avec lui. »

Il n’y a pas eu de maquette en Clay de validation ?
P.I. : « Non, c’est un ‘process’ 100% numérique avec seulement deux fraisages polystyrène qui ont permis de régler les proportions. Puis on a affiné les volumes en 3D. Il n’y a pas eu d’intervention de modeleurs ‘physiques‘ sur une maquette Clay. »

Finalement, AMI ONE génère un dynamisme dans son volume pourtant hyper compact. Comment l’expliquez-vous ?
P.I. : C’est cet équilibre dont je parlais mais aussi d’autres astuces comme d’avoir positionné les feux arrière plus haut que les optiques avant. »

Gagner le « concours » pour réaliser un concept-car ne fait-il pas rêver le designer à plus encore, comme voir son bébé arriver sur le marché ?
P.I. : « Ce peut être une motivation supplémentaire, mais de manière générale, ces véhicules d’études restent à l’état de concepts très enrichissants pour la marque. »

La Citroën AMI ONE, premier concept-car du centenaire, affiche fièrement son attachement à l’événement avec la reproduction des engranges à dentures en chevron (dont André Citroën s’était fait le spécialiste) au niveau de ses bas de caisse. Par ailleurs, l’AMI ONE est comme les premières Traction de 1934 : elle n’a pas de couvercle de malle, on jette les bagages de l’intérieur ! Et puis, fin du fin, le klaxon est celui d’une hippomobile ou d’un vieux tacot. Et l’AMI ONE diffuse un son très agréable jusqu’à 30 km/h selon les nouvelles normes européennes concernant les véhicules électriques. Un son conçu en partenariat avec l’agence Start-Rec. Au-delà des 30 km/h, on considère que le bruit de roulement suffit à « prévenir » les passants ou cyclistes de l’arrivée de la silencieuse automobile électrique…

Voir également sur ce site : 
-L’AMI ONE vue par Frédéric Duvernier, le responsable des concepts Citroën (1/5)
-Le design intérieur et l’IHM de l’AMI ONE (3/5)
-Il y a dix ans, LIGNES/auto anticipait le retour du nom “AMI” ! (4/5)
-Les grands mères de l’AMI ONE vous saluent ! (5/5)

2 thoughts on “Citroën AMI ONE vue par son designer extérieur (2/5)

  1. Wow! Absolutely amazing design, Citroën and Pierre Icard are world-leading in terms of future design. A design language that is easy to love and absorb!
    A World leading star!
    Congratulations to Mr Icard and Congratulations Citroën, you are the future!

  2. Un peu déçu par si peu d’audace et de nouveauté pour un concept qui ne défriche finalement pas grand chose d’inédit. Citroën avait déjà fait et réussi le coup de la réduction du nombre de pieces de carrosserie avec le génial C.Cactus il y a plus de 10 ans en 2007!
    L’objet est sympa mais pas assez révolutionnaire par rapport aux éléments de langage imposés par la direction maketing.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *