Toyota Yaris Cross : un danger pour les français ?

En plein confinement, Toyota a présenté son futur SUV du segment B2, le Yaris Cross, rival tout désigné des références françaises que sont les Peugeot 2008 et Renault Captur.

Nous confrontons leurs atouts et leurs styles, car comme le dit Lance Scott, directeur général du Design au studio ED 2 de Toyota “En lançant ce processus de création, nous avions bien compris que, si le style est le premier motif d’achat sur le segment B-SUV, les automobilistes tiennent aussi à l’aspect pratique “.

Lance Scott poursuit en expliquant que “pour nous, la voiture devait au premier coup d’œil s’apparenter à un SUV. C’est pourquoi nous avons rehaussé la garde au sol, appuyé l’axe horizontal pour renforcer l’impression d’équilibre et d’aplomb, dessiné de grands passages de roue carrés et bien sûr adopté de grandes roues : jusqu’à 18” ! Un autre élément très important à nos yeux était la face avant. Nous voulions conserver l’ADN fort des SUV Toyota, tout en donnant à la Toyota Yaris Cross une identité propre.

Commençons, ci-dessous, le duel statique et esthétique de cette nouvelle Toyota Yaris Cross face au Peugeot 2008.
Première grande différence, sur un empattement légèrement plus long, augurant donc d’une habitabilité au moins identique, la Toyota est bien plus compacte que le 2008. C’est d’ailleurs la plus compacte des trois. Cela s’explique entre autres par le fait que cette Yaris Cross est le deuxième modèle – après la berline Yaris – conçu sur la nouvelle plateforme GA-B de Toyota. La Cross sera produite en France, “à plus de 150 000 exemplaires par an” confirme le constructeur.

Ci-dessous, face au Renault, la Toyota s’incline au niveau de l’empattement, mais reste proche du français en longueur. Le Captur est le meilleur en termes de rapport encombrement habitabilité… sur le papier.

Côté style, ci-dessous, on note que l’équilibre des masses repose sur le même thème sur les Yaris Cross et 2008. A savoir que les deux volumes (moteur-habitacle) sont nettement marqués et délimités avec, à l’avant, un capot plat, un montant de pare-brise peu incliné et plutôt rectiligne alors que le pavillon reste lui aussi quasiment à l’horizontal. On note, en 1, des passages de roues semblables à ceux du RAV4 sur la Toyota, et totalement courbes sur le 2008. Ce sont d’ailleurs les seules courbes d’un style taillé à la serpe sur la Peugeot.

Ci-dessous, constat légèrement différent face au Renault Captur. La Toyota conserve ses lignes tendues pour mettre en avant un capot quasi-rectiligne (1) et un montant de pare-brise quasiment droit (2), alors que la Renault adoucit considérablement ses lignes avec un montant de pare-brise courbé (2), et un pavillon plus fuyant. Est-ce l’ADN du constructeur inventeur du monospace qui ressurgit ici ? Le capot moteur (3) du Captur est courbé à son extrémité, car cette Renault ne dispose pas de soft-nose, contrairement à la Toyota (3)

Revenons sur le Peugeot, face à cette nouvelle Toyota, ci-dessous. On constate là encore une similitude dans le traitement de style avec une ligne de carre sur le flanc qui entame sa remontée dès la portière arrière (3), un pavillon noir (1) et un large bandeau arrière (2) pour les feux.

Si elle s’approche du 2008 sur ces thèmes de style, la Toyota s’en éloigne avec la Renault. Certes, elle conserve une séparation des deux teintes de caisse au niveau du panneau de custode (1) mais la ligne de carre qui remonte nettement dès la porte arrière (3) ne se retrouve pas sur la Renault. Les designers français ont préféré modeler généreusement le galbe des ailes en continuité de la ligne qui marque les flancs. A l’arrière, pas de bandeau sur la Renault (2), mais des feux avec la forme en “C” caractéristique.

On constate que la Toyota est une réelle menace pour les deux SUV français en termes de design, de gabarit, de modernisme. Heureusement pour nos frenchies, l’habitacle de la prochaine Yaris Cross est beaucoup très classique et conservateur, même si son écran implanté au sommet de la console peut faire illusion. Face à la Peugeot 2008 qui reprend la planche de la berline 208, la claque est énorme : la française casse les codes, impose son concept i-Cockpit et innove avec son instrumentation numérique 3D. La Toyota prend quelques années d’un seul coup !

Face à la Renault, on constate la même volonté de personnalisation entre les deux véhicules, avec sans doute plus d’audace chez le français, à confirmer lorsque la Toyota arrivera sur le marché. La sensation à bord du Captur est cependant légèrement différente qu’à bord de ses deux rivales, avec sa position haute, certes, mais avec un pied de pare-brise plus courbé qui inspire plus de dynamisme.

Peugeot et Renault ont jusqu’à la mi-2021 pour remplir leurs carnets de commandes. Car dans un an, la Toyota Yaris Cross débarquera avec pas mal d’atouts, dont les plus évidents après cette confrontation statique, sont un gabarit compact, une version hybride de 116 ch, une possibilité de quatre roues motrices avec l’option “AWD-i”, (disponible avec l’hybridation et un train arrière à double triangulation) et un style très européen, D’ailleurs, il a été enfanté à Sophia Antipolis, près de Nice, dans le centre de design européen de Toyota.

Peugeot réplique avec une version 100% électrique d’ores et déjà disponible et Renault, avec une version hybride rechargeable. Les Français sont prêts. Restera alors la question du prix de vente de la japonaise face à une Renault bien placée et une Peugeot en haut de la fourchette des tarifs de ce segment…

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est LOGOActus_BD-1024x367.jpg.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *