Nouvelle Citroën C5 X : vue par le responsable du style intérieur

La carrière de Jean-Arthur Madelaine est faite d’aller-retour entre Mercedes et BMW, de 2003 à 2014, entre l’Allemagne, l’Italie et Los Angeles. Il reviendra un petit semestre en 2014 à Los Angeles pour travailler chez Tesla avant de poser ses valises cette année-là chez Citroën comme responsable du style intérieur. “Depuis 2014 je suis en charge du style inter Citroën, et en plus depuis 2 ans, des équipes d’Hélène Veilleux  – couleurs et matières – et celles de l’UX (User eXperience) pour la partie graphique.”

Depuis 2014, il n’y a pas eu de programme de grande routière, à part le développement du concept-car CXperience, ci-dessus avec la C5 X. Pourtant, Jean-Arthur nous explique que repartir pratiquement d’une page blanche avec le concept-car en appui, “ça apporte justement de la fraîcheur et un regard nouveau ! Et c’était bien le rôle de CXPerience, un superbe exercice.”

“On est une petite équipe de designers, et c’est la même qui a vécu ces deux créations pratiquement en parallèle. On s’est donc largement inspiré du concept-car mais pour le segment visé, on ne pouvait pas intégrer le jaune ! En revanche on a transféré le langage formel sur la C5 X, notamment en reprenant l’esprit du concept qui disposait de part et d’autre de la planche de bord de sorte de tubes avec ce revêtement de bois en 3D. Le dessin des médaillons des portes du concept a également été réinterprété sur C5 X, car on voulait conserver cet esprit d’alcôve pour donner de la largeur à la voiture. C’est statutaire, parfait pour le segment.”

La traditionnelle planche horizontale des Citroën – la fameuse « planche piano » – conserve ses aérateurs latéraux verticaux, mais elle évolue dans sa structure avec trois strates. La strate concernant le décor est nouvelle. “C’est plus lié au segment. On peut se permettre ici cette connexion entre la planche et les portes, avec des ajustements précis. On ne voit pas forcément ça sur une voiture du segment inférieur. On retrouve aussi le thème du muscle de CXperience , une pièce qui se termine avec les aérateurs verticaux. Cet élément rond et plein, avec de la technique et le noir brillant dans cette zone – ou la finition chrome , rappelle les formes généreuses du concept.”

C’est le projet du designer brésilien Diogo Jo qui a été retenu. “Diogo a participé au concours pour le design intérieur de CXPerience. Son thème n’a pas été retenu (l’auteur est Jérémy Lebonnois) mais il s’en est inspiré pour C5 X. Le concept nous a permis d’expérimenter un langage formel inédit et a débouché sur une avance de phase dont on s’est nourri pour le projet de série.” Mais CXperience est également une réinterprétation de la CX de 1974. “On a eu un moment une CX dans le studio pour voir si certaines choses pouvaient nous inspirer. Nous avons notamment regardé le volant monobranche car on voulait une branche inférieure très large et noir brillant. Ce sont de petits travaux comme ceux-là que l’on puise dans notre patrimoine.”

Lunule de la CX née en 1974

Pourquoi ne pas avoir osé un brin de folie en réinterprétant la lunule de la CX dessinée par Michel Harmand ? “On pousse très loin nos recherches, c’est ce que Jean-Pierre Ploué nous demande. C’est notre combat de tous les jours de pousser pour mette des éléments spécifiques à Citroën. On peut l’imaginer pour quelque chose qui ne soit pas transversal à tout le groupe.” La lunule regroupait effectivement des commandes qui sont aujourd’hui accessibles via l’écran et donc, commun au groupe… “Mais tout le travail de Michel Harmand, ses inspirations, sont encore présents dans le studio car il y a dans nos équipes des designers qui ont été ses élèves à l’époque.”

1- Le siège devait recevoir le cuir bleu en bout d’assise. Il le recevra finalement au sommet du dossier.
2- L’interprétation du concept-car CXperience prend toute sa dimension ici avec le décor qui se prolonge sur la porte avec son aspect “bois”.
3- Les aérateurs sont verticaux, comme sur les récentes créations de la marque.
4- L’affichage tête haute est de la dernière génération et paramétrable.
5 – L’écran de 12 pouces est intégré au “muscle” de la planche de bord.
6- Les commandes de climatisations restent de type physiques.
7- Une troisième strate permet de créer une zone de décor avec éclairage d’ambiance.

Un écran de 12 pouces à bord, comme dans la DS 7 Crossback, c’est assez contraignant pour le dessin intérieur ! “Quand on commence à dessiner, on sait où se situent les éléments vitaux de la planche de bord comme les écrans, les aérateurs, etc. Il faut évidemment prendre en compte leur positionnement et leur intégration. On savait au début de nos travaux que l’écran était un 12 pouces et qu’il devait être implanté exactement à cet endroit. Il ne faut pas non plus négliger la stratégie des responsables du design intérieur sur le compromis entre l’intégration de l’écran d’un point de vue esthétique et l’ergonomie d’utilisation. On voulait positionner l’écran au-dessus des aérateurs, car le placement du duo aérateurs-écran est l’un de nos principaux challenges, et c’est valable pour tous les constructeurs.” Peugeot a traité cette contrainte différemment avec sa 308 et ses aérateurs logés tout en haut de la planche de bord. “On n’a pas tous la même stratégie, parce qu’on n’a pas tous les mêmes marchés et forcément ça varie d’un modèle à l’autre.” 

Quant au timing, il est loin, le temps ou le design intérieur se mettait à la tâche bien après les collègues du style extérieur. “Le timing aujourd’hui est à peu près identique entre les deux départements. Nous avons quelques jalons spécifiques pour ce qui est des couleurs et matières et tout ce qui se passe dans les écrans, mais au final, le planning est assez similaire.”

L’équipe de Jean-Arthur Madelaine a-t-elle connu des points durs lors du développement de ce programme ? “C’est un peu notre quotidien ! Après avoir travaillé sur pas mal de SUV avant ce programme, je pense que là où on a le plus appris avec les designers, c’est vraiment lorsqu’il a fallu trouver toute la subtilité à jouer les codes Citroën dans un segment très codifié.” Il est vrai que les designers Citroën n’avaient pas connu de projet de grande berline depuis la C6 de 2006 ! “On a quand même travaillé sur la C6 chinoise sur la plateforme BVH3 de l’ancienne Peugeot 508 !” précise Jean-Arthur.

Ci-dessus, notez l’évolution entre la dernière planche de bord de la C6 avec autant de commandes qu’à bord d’un Soyouz, et celle de la C5 X avec les commandes de climatisations “physiques” et les autres intégrées à l’écran tactile.

DÉCOUVREZ LA GENÈSE DE LA DS4 ET LE MAKING-OF DE LA PEUGEOT 308, ET AUSSI L’INTERVIEW DE GILLES VIDAL, LES ARCHIVES DE LA GENÈSE DU ROADSTER PEUGEOT 106 ET D’AUTRES SUJETS INÉDITS DANS LE TRIMESTRIEL LIGNES/auto#03 A COMMANDER SUR LE SITE https://lignesautoeditions.fr DÈS LE JEUDI 22 AVRIL

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est LOGOActus_BD-1024x367.jpg.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *