Gilles Vidal, de Peugeot à Renault: on vous dit tout !

Luca de Meo (ci-dessous) est arrivé à la tête de la marque Renault depuis le 1er juillet, après que le constructeur a annoncé un plan d’économie drastique avec, sur le seul plan national, 4600 suppressions de postes.

Au lieu de panser les plaies, Luca de Meo a immédiatement pensé à un brillant avenir pour la marque ! Et pour ce faire, il compte bousculer un peu, beaucoup, passionnément les équipes de tous les départements, y compris celles du design. Avec l’envie d’affaiblir la concurrence Volkswagen et Peugeot ?

Dès le 27 juillet, nous apprenions qu’Alejandro Mesonero-Romanos (ci-dessus), jusqu’alors directeur design de la marque Seat au sein du groupe Volkswagen débarquait aux côtés de Laurens van den Acker, l’actuel patron du design Renault. Pour s’occuper de Dacia ? Ce même jour, nous apprenions le départ de Gilles Vidal (ci-dessous) de son poste de directeur du style de Peugeot pour… Renault, comme l’a confirmé le constructeur ce matin.

Gilles Vidal passe finalement à l’ennemi. Ou plus gentiment dit, chez les voisins de Guyancourt. Un bond de géant pour sa carrière, mais un petit pas pour ses déplacements quotidiens : moins de 15 km séparent (ci-dessous) le centre de design Peugeot PSA à Vélizy (2) de celui de Renault à Guyancourt (1).

On imagine que ce ne fut pas le critère prioritaire dans le choix de ce changement de carrière. Après 10 ans passés à la tête du design Peugeot (2010-2020) et après avoir poussé les portes de ce groupe en 1996 chez Citroën – donc avant l’arrivée de Ploué chez PSA-, voici donc que Gilles Vidal choisit son 2e employeur seulement depuis ses débuts. Cette stabilité s’explique-t-elle par la volonté de rester en France ?

Un poste de directeur de design de la marque Hyundai s’est pourtant libéré au même moment, poste qu’Alejandro Mesonero-Romanos aurait dans un premier temps visé, avant de suivre Luca de Meo chez Renault. Un poste qui aurait permis une internationalisation de la carrière de Gilles Vidal, mais est-ce là sa volonté ? Visiblement non.

LIGNES/auto, c’est aussi une page Facebook (FR/UK): https://www.facebook.com/lignesauto/?modal=admin_todo_tour

En outre, la marque Renault, toute internationale qu’elle est, n’est pas présente aux USA, contrairement à Peugeot qui ambitionne un retour là-bas, comme on le devine ci-dessous avec cette photo du site Jalopnik (https://jalopnik.com) d’une 508 aux États-Unis.

Gilles Vidal va donc se confronter à nouveau à la gestion d’une équipe dédiée à une marque, française qui plus est, et son quotidien ne va pas changer beaucoup, et ne devrait donc pas lui demander une longue phase d’adaptation, puisque le job sera le même, avec des personnes et un ADN de marque évidemment différents.

Si l’on regarde de plus près la stratégie de Renault en termes de design, on sent avec le renouvellement de la Clio – deuxième cycle du design “made in Laurens van den Acker” -, une évolution “à la Volkswagen”, par petites touches. Une stratégie opposée jusqu’alors à celle du design Peugeot et qui n’est pas ridicule puisqu’en France, la Clio V (ci-dessus) fait mieux que la 208 de l’équipe de Gilles Vidal. Bon, pas de quoi s’arracher les cheveux pour l’ex-patron du design Peugeot, puisqu’en face des 38.884 Clio vendues, Peugeot a immatriculé… 38.863 Peugeot 208 ! Cela prouve bien que la bataille française va être désormais plus rude encore entre les deux constructeurs ennemis !

Mais la lutte sera quand même déséquilibrée puisque Gilles arrive chez Renault avec le plan produit de Peugeot en tête. Alors qu’au dernières nouvelles, Laurens van den Acker n’est pas censé connaître les plans de Peugeot ! Et même si Gilles Vidal rejettera forcément toute idée de réaliser du copier-coller en matière de style, il n’est pas certain qu’il ait envie de délaisser des concepts novateurs déjà pensés chez Peugeot (ci-dessus).

Que va-t-il trouver chez Renault ? De grandes ambitions en termes de design. L’équipe de Laurens van den Acker (ci-dessus) a fait le job, et plutôt bien puisqu’à l’entame du deuxième renouvellement de la gamme, les modèles phares ont résisté, voire conquis des territoires. Hélas, le mieux étant l’ennemi du bien, de nombreuses silhouettes ont pâti de la désaffection de la clientèle, à l’image des monospace Scenic et du haut de gamme (Espace et Talisman).

Gilles Vidal va arriver au milieu du gué, alors que les discussions pour le renouvellement des Twingo, Scénic et haut de gamme sont en cours. Il pourra compter sur la force de frappe de ses nouvelles équipes qui ont proposé de nombreuses silhouettes très intéressantes (Dacia Duster Coupé, Renault Espace coupé ci-dessus, etc) qui n’ont hélas pas passé la barrière de l’industrialisation. Il faudra que Gilles mette en avant sa détermination à pousser les modèles qui le méritent. Sa chance tient sans doute dans deux personnes passionnées par le produit automobile : Laurens van den Acker et Luca de Meo, le patron !

PHOTO TAKUJI SHIMMURA

Techniquement, Renault lui offrira un centre de design (presque) tout neuf puisqu’il a été entièrement remanié en 2017 pour devenir le R*Generation (ci-dessus). Côté plateforme, s’il pouvait s’appuyer sur deux soubassements modernes chez PSA (e-CMP et eVMP), il doublera les opportunités avec les quatre plateformes (au lieu de 13 actuellement !) d’ici à 2026 pour l’Alliance. Et surtout, Gilles Vidal va retrouver Gilles Le Borgne, ancien patron de la Recherche et du Développement chez PSA, qui a été nommé directeur de l’ingénierie du groupe Renault en janvier dernier. Ce n’est pas rien!

Qui a-t-il dans les tuyaux chez Renault ? Un monospace compact aux attributs de SUV (Morphoz, ci-dessus) dérivé du récent Nissan Ariya 100% électrique. Il existe aussi une gamme entière dédiée au 100% électrique qui va se développer en priorité. Sans compter une gamme pensée pour le marché indien qui ne manque pas d’intérêt. Évidemment, les stars comme le Kadjar, sont déjà finalisées mais il reste, on l’a vu, les décisions à prendre pour Twingo, Scénic, Espace et Talisman.

Qui va-t-il trouver à ses côtés ? Du beau monde ! Laurens van den Acker n’a rien à prouver chez Renault car il a réussi le challenge qu’on lui a confié en 2010 : redonner une identité forte et un style séduisant aux Renault. Il est temps pour lui de prendre encore plus d’envergure.

Ce sera sans doute plus compliqué avec la garde rapprochée de Laurens, et notamment Anthony Lo, ci-dessus, l’excellent bras droit de Van den Acker pour le style extérieur, dont on peut imaginer la perplexité…

Côté concept-cars, Gilles Vidal trouvera une équipe solide, menée par François Leboine ci-dessus, aussi solide que l’était au même poste, Matthias Hossann chez Peugeot. Matthias, devenu le nouveau directeur du style Peugeot.

Gilles Vidal à gauche, Matthias Hossann à droite.

Il demeure encore plusieurs questions qui n’ont pas de réponse car elles touchent à l’intime : pourquoi Vidal a-t-il quitté Peugeot pour (pratiquement) le même boulot et le même poste chez le concurrent français ? La volonté de changer d’air ? L’argent ? Le challenge ? L’envie de changer tout en restant en France ? Et puis il y a l’amitié avec le big-boss, Jean-Pierre Ploué : si Gilles Vidal espérait remplacer son ami à la tête du design groupe PSA, il lui aurait fallu attendre encore quelques années. Trop d’années ! Jean-Pierre Ploué reste muet sur ce départ, car son challenge à lui, c’est de magnifier l’avenir du groupe PSA par un design fort et distinctif pour chaque marque, pas de pleurnicher sur un départ, fut-il brutal, fort et non sans conséquences.

Je pense néanmoins que le départ d’Alexandre Malval de la direction du design Citroën en 2018 l’a moins surpris, car Alexandre ne pouvait laisser passer cette dimension internationale en signant chez Mercedes. Malgré ces départs, le bon management de Ploué permet de placer un homme aux grandes compétences à la tête du design Peugeot, Matthias Hossann. Sans délai. Et avec une efficacité immédiate. Peugeot doit profiter de cette latence que connaîtra Vidal pour découvrir son nouvel univers et les rouages d’une nouvelle société, pour accélérer encore et toujours. Sacrés duels en perspective entre les deux (anciens ?) amis Vidal-Ploué !

Découvrez l’histoire du style Renault des années 1960 à aujourd’hui dans l’ouvrage : “Concept-cars et prototypes d’études Renault” aux Éditions BJB. Commandez-le en un clic ici : https://www.bjbeditions.com/products/concept-cars-et-prototypes-d-etudes-renault

LIGNES/auto, c’est aussi une page Facebook (FR/UK): https://www.facebook.com/lignesauto/?modal=admin_todo_tour

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est LOGOActus_BD-1024x367.jpg.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *