Rétromobile vu par LIGNES/auto (partie 3)

Rétromobile : dernière partie

Vous le savez désormais, LIGNES/auto ne fait rien comme tout le monde…
Voici un regard différent en trois parties sur quelques voitures, objets ou équipements que LIGNES/auto considère comme des pépites.
Une sélection subjective, assumée et néanmoins pleine d’enseignements.

Belle visite 🙂

 

LA PREMIERE

Saluons avec bonheur la magnifique exposition Citroën réalisée à l’occasion de Rétromobile pour l’année du centenaire de la marque. Vous y découvrirez (vite, c’est jusqu’à dimanche seulement…) des modèles de série mais aussi des modèles de sport et surtout pour nous, amoureux de design, dix concept-cars (voir ici : http://lignesauto.fr/?p=7309 ). Parmi les modèles de série, la toute première Citroën, la Type A 10HP. Avec elle, c’est bien plus qu’une automobile qui débarquait en France, c’est toute une logistique de vente et d’après-vente qui se mettait en marche. Citroën avait même pensé au crédit pour faciliter la vente de son nouveau bébé !

 

FESTIVAL DU CONCEPT-CAR

Des dix concept-cars exposés, certains ont une histoire plus forte que d’autres. La Coccinelle ou C10 du début des années 1950 reste l’un des derniers enfants d’André Lefebvre, l’ingénieur qui a participé aux Traction et DS notamment. Voilà ce qu’on peut lire sur le panonceau accompagnant la bestiole sur le stand : “en 1953, deux ans avant le lancement officiel de la DS, le bureau d’études de Citroën dirigé par l’ingénieur André Lefebvre se lance dans un programme ambitieux autour des prototypes C. Objectif : s’inspirer de l’aéronautique pour proposer une voiture aux qualités aérodynamiques inégalées, aussi légère que compacte, assise sur la mécanique de la 2 CV. Dernier projet élaboré dans le cadre de ce programme, la C10 verra le jour en 1956 avec sa forme en goutte d’eau. Son poids de seulement 382 kg se voit réparti davantage vers l’avant. Des caractéristiques qui lui permettent d’afficher un Cx de 0,258 et une vitesse de pointe de 100 km/h avec une consommation modérée. Plus petite que la 2 CV, elle accueille aisément quatre personnes et leurs effets personnels. Très abouti, ce prototype a bien failli être produit en série mais le projet préfigurant l’Ami 6 lui sera finalement préféré.”
Flaminio Bertoni n’a pas été consulté sur ce projet d’ingénieurs. Il prendra sa revanche avec l’Ami 6 dont il a toujours dit qu’elle était sa préférée…

 

“BENVENUTO IN BERTONE”

La GS Camargue présentée par le carrossier Bertone en 1972 est bien plus qu’un simple concept-car. Le dessin de Marc Deschamps repose sur une base de berline Citroën GS et la Camargue (un nom choisi par Nuccio Bertone en personne car il aimait cette région du sud de la France) se devait de tisser des liens étroits entre la maison de haute couture italienne et le constructeur français. Nuccio Bertone venait de refuser la production d’une SM quatre portes pour Citroën, car le constructeur désirait conserver le même empattement que celui du coupé et Nuccio Bertone trouvait l’équilibre inélégant pour une berline quatre portes. Alors il fallait redorer une confiance naissance. La Camargue demeure un splendide concept-car et, après le départ de Robert Opron de la direction du style Citroën en 1974 (deux ans après la présentation du concept-car), elle a ouvert les portes d’une consultation durable entre les deux protagonistes (BX, XM, ZX, Xantia, est.)

 

 

PORTE BONHEUR

Jaguar 4.2 Type E. Que dire ? Allez la (re-re) découvrir à Rétromobile. Ouvrez son immense malle arrière de façon originale. Plongez votre nez à bord pour lui offrir les fragrances d’une époque révolue et pourtant toujours bien vivante grâce à de très professionnels restaurateurs. Nous aurions pu basculer vers l’avant le grand capot et évoquer la mécanique. Nous préférons cet angle de vue et toute la magie du voyage des années 1960 qu’il symbolise sur des routes pas toujours praticables à hautes vitesses.

 

ETRIPEE

C’est la fête à La Mini porte de Versailles. Rétromobile célèbre les 60 ans de la belle avec plus de vingt exemplaires, de toutes années confondues. Nous sommes restés plantés devant l’écorché de cette géniale petite anglaise qui a le mérite d’expliquer mieux qu’un long discours l’astucieuse architecture traction avant à moteur transversal choisie pour la production. A noter également pour la première fois l’exposition d’un châssis prototype qui regroupait quelques idées qui seront reprises par Alex Issigonis et qui fut conçu par l’ingénieur français Dechaux en 1947.

 

SCOOP(S)

LIGNES/auto termine son petit tour de Rétromobile avec la société de transport Prevost qui célèbre ses 40 ans. Il se trouve que dans une autre vie, le créateur de ce site chassait les prototypes des futurs modèles (en clair, rédigeait des scoops pour l’auto-journal ou Auto-plus notamment) et que ces machines secrètes hyper-protégées étaient souvent transférées d’un point à un autre de la France par cette société de transport. On peut l’avouer aujourd’hui car il y a prescription, Prevost faisait super bien son job en assurant une discrétion que nous n’avons jamais pu briser. Mais c’est une autre histoire…

Tout savoir pour vous rendre à Rétromobile, c’est ici : https://www.retromobile.fr

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *