Audi Skysphere : quoi de neuf docteur?

Audi présente le premier concept-cars d’une trilogie qui offrira demain, en plus de ce grand coupé Skysphere, un SUV et une berline au gabarit généreux. Ce premier exercice s’engouffre dans la voie du coupé luxueux qui veut redéfinir les bases de ce concept pour les années futures.

Inspirée de la Horch 853 des années 30, la Skysphere réinterprète les mots clés “dynamisme” et “confort” de la Horch en accueillant deux voitures en une. Une version à empattement long pour la délégation de conduite de niveau 4, et un empattement court (le bloc avant coulisse vers la baie de l’auvent, comme sur la Renault Morphoz !) pour le Sport.

Lors de cette opération, le tableau de bord se déploie, le volant apparait et le pédalier surgit du plancher. Évidemment, la Skysphere est 100% électrique. Très joli concept, étudié en numérique par le studio de design avancé (Audi Design Loft) implanté aux USA à Malibu et dirigé par le français Gael Buzyn (ci-dessous).

Comme vous pourrez le lire en septembre dans le trimestriel LIGNES/auto#05 (disponible vers le 20 septembre sur https://lignesautoeditions.fr) de l’aveu d’Alexandre Malval (directeur du centre de design avancé Mercedes de Sophia Antipolis) le design 100% numérique n’existe pas réellement. Alexandre nous explique que “nous croyons chez Mercedes à l’alliance des deux approches (numérique et physique) et nous nous gardons bien d’avoir une position dogmatique. Chaque projet est différent et nécessite des moyens appropriés, ce qui compte est la réactivité avec les outils appropriés.” Bingo, cela semble être identique chez Audi puisque, tout numérique qu’elle soit, l’étude de la Skysphere est quand même passée par le stade de la maquette physique, ci-dessous. Tiens, ne serait-ce pas la Grandsphere à gauche ?

Bref, faisons court, car les vidéos de la présentation de ce concept-car sont visibles sur notre page Facebook (https://www.facebook.com/lignesauto) et abordons un thème que personne n’a encore approché : cette Audi est-elle révolutionnaire ? Non, si l’on se souvient des concept-cars Mercedes-Maybach Vision-6, Renault Coupé C et autre Renault TreZor ci-dessous.

Et avec ces trois-là, il est question de bagages, et de la manière intelligente dont ils sont embarqués à bord. Car avec les nouvelles plateformes dédiées aux véhicules 100% électriques, tout un panel d’innovations s’ouvre pour les designers et architectes : empattement modulable et espaces de rangements inédits. Vous avez bouclé vos valises ? Suivez-nous !

A fouiller dans les coffres à bagages, on s’aperçoit vite que le concept Audi interprète comme ses trois concurrents les mêmes thèmes, voire les mêmes architectures. A l’avant de la Skysphere, les deux éléments du capot articulés se déploient sur deux logements pour accueillir des sacs de golf superbement dessinés.

Sur la Maybach, ce sont des valises tout aussi esthétiques qui prennent place sous le capot, également en deux parties. Mais la Maybach offre d’autres rangements aux côtés des valises comme on va le voir plus bas…

Qu’en est-il du concept Coupé -C (pour Le Corbusier…) de Renault ? (ci-dessous) Il s’inspire plutôt des grandes malles que Gabriel Voisin (ami de Le Corbusier) posait sur les marchepieds de ses Avions Voisin dans les années 1920. Ainsi, l’espace de rangement est situé en profondeur dans les longues ailes avant !

Sur la Renault TreZor de 2016, c’est une troisième architecture que l’on découvre avec deux emplacements pour les valises situés au-dessus des jambes des deux occupants ! Les bagages dédiés à ces logements prennent place dans le corps de planche de bord, ci-dessous.

Comme la Renault TreZor est dotée d’une verrière qui bascule de l’arrière vers l’avant, il est facile d’accéder à vos valises par le dessus de la coque. Décidément, vous ne pensiez pas que les designers se creusaient la cervelle pour loger vos bagages ! Vous ne les regarderez plus du même œil (les designers, pas vos valises !)

A bord de l’Audi Skysphere, il existe donc deux architectures de planche de bord, selon que cette dernière est déployée ou non. Ci-dessous, on la voit dans sa configuration “sport” avec l’empattement court.

En version “lounge et autonome” ci-dessous, on découvre dans la console allongée un réceptacle pour une bouteille de champagne et deux coupes ! Voilà que l’Audi se prend pour une Rolls Royce Boat Tail !

La Maybach aussi songe à rafraîchir les heureux passagers de la Vison-6 avec, à l’arrière, un petit frigo avec DEUX bouteilles et, à l’avant, en plus des deux immenses valises, tout le nécessaire pour un pique-nique : couverts, plats et même parapluie…

Et Renault ? Les designers n’ont pas prévu de champagne en tous les cas. En revanche, le Coupé-C a pour lui l’exclusivité du titre de leader puisqu’il est apparu bien avant ses trois rivales (ci-dessous)

Finalement, le concept Audi est magnifique (on l’aime, oui…), valide la conception numérique entre deux studios séparés par un océan (merci au système de réalité virtuelle avec mode collaboratif ) et confirme que les architectures électriques vont révolutionner celles de nos futures voitures.

MAIS, car il y a un mais : il s’allonge comme une Renault Morphoz de 2019, loge ses bagages comme à bord de la Maybach ou de la TreZor, change d’univers entre son mode de délégation de conduite ou pilotage, comme sur la Peugeot Instinct, plagie le dessin de la poupe du concept-car Renault TreZor et ouvre ses portes comme celles d’une Rolls… Sans doute ses deux frères (Grandsphere et Urbansphere) qui l’accompagneront d’ici l’an prochain feront-ils moins rêver, mais apporteront des innovations plus concrètes.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *