Duel Inception Concept – Audi Grandsphere : Peugeot étrille Audi !

Qui aurait pu imaginer qu’un jour Peugeot vienne concurrencer Audi sur le domaine de la berline haut de gamme, 100% électrique ? L’Audi Grandsphere dévoilée en septembre 2021 se veut plus moderne, futuriste et écoresponsable que la grande A8. Jusqu’alors, il fallait aller chercher des Mercedes, BMW et autres berlines statutaires pour oser défier l’Audi. Mais 16 mois après la révélation de la vision d’une berline « qui combine le luxe d’un voyage privé dans le plus grand des conforts avec une offre d’expérience complète à bord », dixit Audi, Peugeot propose un manifeste qui veut mater l’Allemande ! L’Inception Concept est-il à la hauteur dans cette lutte pour enfanter la meilleure berline de luxe à propulsion électrique ?

L’Audi mesure 5,35 m contre 5,00 m à la Peugeot.
Mais les deux débarquent sur le même segment de la berline 100% électrique du futur. Peugeot s’attaque à Audi !

Audi évoquait en 2021 que le concept Grandsphere embarque « des technologies et les éléments de design qui se retrouveront d’ici quelques années dans les futurs modèles Audi. » C’est donc du sérieux. Pas moins d’ambition du côté Français : « le manifeste Inception Concept inspirera les futurs produits de la Marque, jusqu’aux plus compacts, à partir de 2025. » Jusqu’aux plus compacts, donc 208 et 2008 sans doute.

Même flanc sculpté profondément mais en douceur, même pavillon effilé et dynamique mais une poupe très automobile sur l’Audi, plus conceptuelle et futuriste sur la Peugeot.

L’Allemand explique que le concept Grandsphere est « une approche de la durabilité avec pour objectif la neutralité carbone dans un avenir proche, tout au long de la chaîne de valeur. » Peugeot se pare de la même vertu puisque selon les mots de Matthias Hossann, le directeur du design Peugeot, l’Inception Concept « réinvente l’expérience spatiale de la conduite tout en illustrant certaines de nos réflexions qui nous permettront de réduire de 70% l’empreinte carbone de PEUGEOT d’ici 2030. La mutation de la Marque concerne tous les aspects de la conception, de la production et de la vie des Peugeot de demain. Le Design est totalement impliqué dans cette transformation. »

A chacun son identité. Peugeot casse les codes des précédentes générations avec son “Fusion Mask”.
Audi reste dans la très classique calandre Single Frame.

Pour Audi, « la conduite automatisée de niveau 4 rend possible de nouvelles dimensions de liberté : dans cet univers, l’intérieur se transforme en une sphère d’expérience spacieuse sans volant, pédales ou écrans. » Peugeot évolue évidemment dans le même univers d’un habitacle recomposé pour la conduite autonome.

Pour l’instant, les Audi reposent sur trois plateformes (en partie supérieure).
L’inédite PPE (en partie basse) arrive bientôt en série, comme la STLA Large de Stellantis !

Pourtant, Audi œuvre à l’échelle du puissant groupe Volkswagen et développe son propre système de conduite autonome de niveau 4 avec CARIAD, le groupe de réflexion au sein de la nébuleuse VW, en vue d’introduire cette technologie dans la seconde moitié de cette décennie. Ce sera donc en même temps que Peugeot qui dévoile avec l’Inception Concept sa nouvelle plateforme « STLA AutoDrive L4 » qui sera couplée à la STLA-Brain (apport d’intelligence artificielle) et STLA-Life déjà vue dur e-Legend, qui intègre elle aussi l’intelligence artificielle pour offrir un assistant personnel aux passagers.

Tableau Stellantis des dates d’arrivée des plateformes STLA (Small, Medium et Large). Les annotations sont de l’auteur.

Et puisque l’on parle de plateforme, arrêtons-nous sur celles qui se trouvent sous les deux carrosseries de nos belligérantes. Pour Audi, il s’agit d’inaugurer une toute nouvelle génération, appelée PPE pour Premium Platform Electric. Elle offre la possibilité d’embarquer un module de batteries d’environ 120 kWh pour une autonomie de 750 km. Peugeot réplique avec une plateforme également inédite, la STLA Large. Cette plateforme embarque avec l’Inception une batterie de 100 kWh pour une autonomie de 800 km. C’est plus de kilomètres parcourus pour la Peugeot malgré une batterie légèrement inférieure en kWh. L’Audi annonce 720 ch face aux 680 ch de la Peugeot. Les deux plateformes fonctionnent avec la technologie 800 volts.

Les caractéristiques des deux voitures sont très proches.
Qui aurait pensé Peugeot capable de mater la future Audi A8 100% électrique !

Nous sommes en mesure d’annoncer que cette plateforme STLA Large avec sa technologie 800 volts sera capable d’embarquer également un pack batterie d’au moins 120 kWh, comme l’Audi. Associée aux deux moteurs « EDM » de 250 kW et 350 kW (340 et 475 ch), cette plateforme pourra offrir différentes configurations, comme une simple propulsion avec le moteur 340 ch, et une quatre roues motrices avec l’ajout d’un autre moteur de 340 ch à l’avant. Enfin, la configuration ultime qui semble être dans les tuyaux, proposerait une quatre roues motrices avec les deux moteurs de 475 ch positionnés sur chacun des trains, soit… 950 ch. Reste à savoir si cette configuration sera retenue pour une potentielle Peugeot, ou réservée aux marques Premium et Luxe de Stellantis, à savoir Alfa Romeo, DS, Lancia et Maserati.

Deux univers intérieurs se confrontent. En haut, la Peugeot vous emmène dans le futur.
En bas, l’Audi vous propose un habitacle plus consensuel.

Côté autonomie, en partant sur la base des évolutions potentielles attendues dans ce domaine en pleine mutation, Audi annonce « dix minutes pour charger la batterie à un niveau suffisant pour alimenter la voiture sur plus de 300 kilomètres » alors que Peugeot indique que « la batterie recharge l’équivalent de 30 km d’autonomie en une minute. » Ne sortez pas votre calculette : c’est identique pour les deux voitures ! Peugeot serait donc capable de se hisser au niveau de la meilleure des Audi de cette moitié des années 2020 ? Oui. Et lorsqu’on parle de Peugeot, on peut associer évidemment toutes les silhouettes des marques qui bénéficieront de cette plateforme STLA Large au sein du groupe Stellantis.

A gauche, le concept Hypersquare (volant) et Halo Cluster (affichage) de la Peugeot se replie lors de la conduite autonome.
A droite, l’Audi dans cette configuration conserve une imposante planche de bord, absente sur sa rivale.

A bord des deux longues berlines de demain, Audi parle d’une reconversion de la zone avant de sa Grandsphere en configuration de délégation de conduite. « L’espace se libère dans toute sa largeur, avec une vue parfaite à travers les grandes fenêtres avant et latérales, ainsi que des possibilités de mouvement maximales. »

Ne pensez même pas bronzer à bord de la Peugeot : son vitrage est issu de l’architecture et stoppe rayons et chaleur.
A noter que le pare-brise de l’Inception est pratiquement plat

Le constructeur Allemand ne peut pas rivaliser avec le Français sur ce thème, car l’Inception Concept profite de sa plateforme inédite et de son statut de concept-car pour se libérer de la traverse avant et même, de la planche de bord. Le pare-brise panoramique descend ainsi jusque devant les pieds des occupants avant. La proposition Peugeot est plus aboutie en termes de recherches d’architectures pour les voitures de la fin de la décennie.

Peugeot (en haut) propose une ambiance high-tech influencée par le mobilier du futur.
Audi est moins avant-gardiste en intégrant une banquette Sofa et une plante, comme dans le concept-car Citroën Lignage de 1999.

A l’arrière, Audi reste ancrée dans cette idée de déplacer le monde de l’habitat actuel dans une berline du futur. On trouve à bord de la Grandsphere une « banquette rembourrée pour deux personnes avec un accoudoir, tandis que les deux sièges avant sont conçus pour un confort et un espace de première classe. » Bienvenue chez Grand-Mère. On oublie la banquette à bord de l’Inception. Les passagers arrière se lovent dans des sièges au design inédit, issus du monde du mobilier plutôt futuriste. Ils sont recouverts d’un matériaux velours imprimé en 3D pour la partie sur le plancher, et les parties « gonflables » sont issues quant à elles des simples poches de réglages des sièges actuels, totalement reconditionnées. C’est très futuriste et malin, car – selon la formule consacrée – c’est écoresponsable !

Voici deux mondes différents, pourtant avides de s’adresser à la même clientèle : l’innovation poussée à son paroxysme à gauche avec Peugeot (en série en 2025-2026), le volant et combiné classiques à bord de l’Audi à droite.

C’est encore un bon en avant bien plus travaillé qu’à bord de l’Audi où l’on trouve encore du bois et de la laine. Reconnaissons que le constructeur Allemand précise que « nombre des matériaux, comme les placages en bois de charme, proviennent de cultures durables ou sont fabriqués à partir de matières premières recyclées. » Bien, mais peut mieux faire en termes de créativité et d’ingéniosité.

L’association de l’Hypersquare (à la place du volant) et du Halo Cluster circulaire, rompt totalement avec l’architecture classique du volant et de sa “lunule” (inspiration Citroën CX ?) à bord de l’Audi Grandsphere…

Alors j’entends déjà les sceptiques qui vont écrire que Peugeot n’est pas prêt à sortir son Inception en l’état, alors que la future Audi électrique qui va épauler, voire remplacer l’A8, est déjà dans les tuyaux (ci-dessous). Certes, mais à très court terme (2025-2026), les prochaines Peugeot 208 et 2008 vont adopter l’Hypersquare et bon nombre des technologies déflorées par l’Inception.

Au premier plan, la future berline Audi reposant sur la nouvelle plateforme PPE.
En arrière plan, les modèles 100% électriques et leurs plateformes aujourd’hui au catalogue.

Le concept Peugeot donne également de bonnes indications techniques sur ce que les autres marques du groupe utilisant la STLA Large produiront d’ici à 2026. Et comme LIGNES/auto est objectif, voici ce que l’Audi Grandsphere possède de plus que l’Inception. Car il ne faut pas oublier qu’Audi est une marque qui s’est élevée au rang de Premium en moins de trente ans. Ferdinand Piëch lui a assigné à l’époque cette volonté de montée en gamme en jouant sur plusieurs curseurs, dont ceux de la technologie (transmission intégrale d’un genre nouveau en 1980 sur le coupé Quattro) et de l’aérodynamique (Cx de 0,30 sur l’Audi 100 de 1982 en version de base). Le concept Grandsphere adopte ainsi la technologie de la suspension active pilotée et intègre sur le train arrière un système de roues directrices sur l’essieu multibras. Renault propose ce système de roues arrière directrices dont l’effet positif est relativement méconnu des clients.

A bord, si l’Audi est loin d’atteindre le degré de transformation de l’habitacle du futur que propose Peugeot, elle se dote néanmoins de commandes gestuelles via un suivi oculaire : elle devine en fonction du mouvement de vos yeux, quelle commande vous voulez atteindre et prend en charge le fonctionnement de cette commande sans même que vous l’ayez touchée. Un capteur dirigé vers l’œil détecte la ligne de visée lorsqu’une commande doit être engagée. Le passager n’a plus qu’à faire des gestes analogues à ceux de l’haptique, sans se pencher, et peut ainsi utiliser le système sans toucher quoi que ce soit.

En mode de délégation de conduite, siège reculé, vous ne pouvez pas atteindre la commande ? Pas de problème, une caméra avec un suivi oculaire comprend vos désirs et gestes et actionne la commande. Magique et signé Audi.

Dernier équipement dont se dispense la Peugeot, le concept Grandsphere dissimule entre les sièges avant sous une garniture en métal une glacière compacte, avec deux verres et une bouteille élégante au design haut de gamme. « Pour les boissons non alcoolisées » se presse d’indiquer le constructeur.

Un peu suranné mais toujours efficace : la glacière à bord de l’Audi Grandsphere, comme chez Rolls-Royce ou Mercedes-Maybach !

Synthèse : Peugeot bat Audi

Qui voyage en Jet privé aujourd’hui ? Certainement pas la majorité des clients potentiels d’une grande berline électrique des années 2030. D’autant que les avions d’affaires sont aujourd’hui (moins que demain ?) dans le collimateur des écologistes. Dès lors, faut-il comme Audi penser que l’habitacle d’une automobile à délégation de conduite doit se rapprocher de celui de la première classe d’un avion ? Ou faut-il comme Peugeot, exploser les frontières et basculer dans de nouveaux univers, plus proches des codes de l’habitat du futur ?

Nouvelle gestuelle, nouveau module de direction, nouvelle vision du voyage : Peugeot a maîtrisé ces avancées technologiques et en commercialisera prochainement la plupart.

Sur le strict plan du design, Peugeot va bien plus loin qu’Audi. Peugeot a enfanté un dream-car et contrairement à ceux des années 1960-1970 en Italie, celui-là est tout à fait crédible. Sur celui de la définition des modules de commandes, le constructeur Français propose une vision également plus futuriste, tout en restant industrialisable. Quant à l’ambiance à bord, puisque l’automobile est dans le tourbillon d’une mutation accélérée, celle de l’Inception Concept est de toute évidence plus avant-gardiste que celle du concept Grandsphere, tout en conservant l’idée d’une industrialisation maîtrisée d’ici à 2025-2026.

Peugeot Inception Concept
Capture d’image de la vidéo de My Car Update – YouTube

Audi a beau préciser que « contrairement à de nombreuses voitures électriques, le concept Grandsphere n’a pas du tout l’air futuriste, mais met plutôt en avant des idéaux de beauté traditionnels », on ne peut s’empêcher d’écrire que cela faisait des années qu’une Peugeot n’avait pas maté Audi dans sa vision futuriste du haut de gamme. EN FAIT, CELA N’ÉTAIT JAMAIS ARRIVÉ.

Suivez au quotidien l’actualité du monde du design automobile et découvrez les archives automobiles sur la page Facebook de LIGNES/auto : https://www.facebook.com/lignesauto/

LE NOUVEAU LIVRE POUR LES FANS DE ROCK-STARS “SIXTIES AVENUE” 20 €, FRAIS DE PORT OFFERTS, ET LE LIVRE “SCOOPS AUTOMOBILES” 23 € FRAIS DE PORT OFFERTS, SONT A COMMANDER ICI : https://lignesauto.fr/?p=27206


Next Post

ARCHIVES : the 40 years of the 205 with the GTI and the Turbo 16 seen by Gérard Welter

To celebrate the 40th anniversary of the Peugeot 205, we offer you an extract from the numerous interviews conducted with Gérard Welter (1942-2018) in 2008. Here is his comment on the GTI derivative: “The GTI evolution was a gamble. First of all, the three-door 205 with its very particular rear […]

Subscribe US Now