Thierry Metroz vous plonge à bord de la DS ASL

Pas de salon de Genève ? Pas de problème, le concept-car DS Aero Sport Lounge est revenu sur ses terres pour dévoiler les secrets d’un habitacle qui fait la part belle aux nouveaux matériaux. Visite guidée, rien que pour vous, par le patron du design de la marque : Thierry Métroz.

LIGNES/auto : quel a été le briefe de départ pour cet intérieur si spécifique ?
Thierry Métroz : « D’emblée, j’explique que je ne veux pas de cuir, ni de bois à bord. C’est donc le premier concept DS sans cuir, ni bois. Nous sommes partis du postulat qu’on maîtrise bien leur confection. Alors ce concept est l’occasion d’étendre notre champ d’expertise sur d’autres matériaux et vers des rencontres avec des artisans qui maîtrisent d’autres savoir-faire. »

Le cuir et le bois, c’est donc fini chez DS ?
Th.M. : « Non, on n’abandonne pas pour autant le bois et le cuir. On cherche des solutions alternatives et les équipes ont été challengées là-dessus ! Par exemple, j’ai demandé de regarder la piste de la… paille. » 

Surprenant ce matériau à bord d’une automobile ! Comment vous est venue cette idée ?
Th.M. : « J’ai découvert la marqueterie de paille voici deux ans, lors du salon parisien Révélations, au Grand Palais (https://www.revelations-grandpalais.com/fr/). Nous étions d’ailleurs partenaire. Ce salon met en avant les métiers d’art et  le savoir-faire d’exception en France. Je voulais tenter ce matériaux à bord car on part d’une matière première la plus frugale possible, qui existe partout dans le monde. Nous avons collaboré avec les Ateliers de Lison de Caunes à Paris qui utilisent une paille qui vient de Bourgogne (*).

(*) Ateliers Lison de Caunes : http://www.lisondecaunes.com/fr/accueil-10.html voir ci-dessous :

A part son originalité, quel est l’avantage de la paille ?
Th.M. : « C’est un matériau 100 % naturel et le seul traitement qu’il demande, c’est une coloration. Nous avons opté pour un dégradé de noir qui s’intègre parfaitement avec les contre-portes où sont implantés les deux écrans. Chaque brin est mis à plat et collé l’un après l’autre sur la structure, selon la coloration demandée. C’est de la haute couture. Mais on regarde en interne ce que l’on pourrait adapter pour des finitions de petites surfaces, voir si c’est industrialisable. »

Au toucher, on sent parfaitement les différents reliefs de chaque brin, c’est surprenant !
Th.M : « Et ce qu’il y a de fabuleux avec la paille, c’est que lorsqu’elle pousse, elle produit son propre vernis de silice. Elle n’impose donc pas de traitement de surface, c’est écoresponsable. Et ce vernis résiste à l’eau et à la chaleur ! »

Sous cette lame de la planche de bord revêtue de paille, on trouve un large plan qui reçoit la projection des infos. Quelle est sa matière ?
Th.M. : « C’est un revêtement de satin de coton que l’on retrouve sur la sellerie et les flancs de la console. C’est un matériau qui est extrêmement doux au toucher. On y a ajouté quelques drapés à la fois sur les sièges mais aussi sur la colonne de direction. »

Troisième matière novatrice après la paille et le satin de coton, celle des médaillons de portes…
Th.M. : « Cette idée est arrivée dès le début du projet. Ces effets de lignes ont été réalisé par une artiste parisienne, Cécile Feilchenfeldt (*). C’est une spécialiste du tricot. Ici, il y a le galon en microfibre, deux couleurs et un jonc transparent entre chaque galon, le tout réuni par un tissé extensible. »

Visionnez ici la passion de Cécile Feilchenfeldt qui parle avec le fil pour en comprendre son caractère et qui aime le tricot car « tout est tenu par un seul fil… »

Sortons de la matière et évoquons l’architecture de cet habitacle. Un concept des années 2030 sans écran, c’est osé !
Th.M. : « Le problème des écrans, c’est que lorsqu’ils sont éteints, ils deviennent des masses noires sans intérêt, c’est immonde en termes de design, voire anxiogène ! Pour DS, c’est une réelle conviction : on va changer de paradigme lorsqu’on passera à la conduite autonome… »

Vous voulez dire que notre vision de cette voiture autonome bardée d’écrans est fausse ?
Th.M. : « Pas forcément, mais on va disposer de nouvelles technologies et on va par exemple pouvoir projeter directement les infos, ou même un film, lors de la délégation de conduite, directement sur le pare-brise. Il serait alors intelligent d’utiliser ce dernier plutôt que d’implanter de nouveaux écrans. Il existe aujourd’hui des écrans de TV transparents, alors demain… » 

Il n’y a pas d’écran face au conducteur ?
Th.M. : « Nous avons voulu redistribuer les informations avec une nouvelle ergonomie, nous avons conçu quelque chose d’intelligent qui répond aux vrais besoins du conducteur et des passagers. Concrètement, il y a d’abord la projection sur le pare-brise d’informations via un affichage tête haute en réalité augmentée. Ensuite, on pilote l’affichage d’infos sur la planche recouverte de satin de coton. On peut ici choisir de… ne rien afficher ou au contraire, d’afficher les commandes de l’auditorium et du mode Travel. La projection vient alors de dessous la planche supérieure habillée de paille. Le mode Travel permet par exemple de partager avec le passager une carte de la région visitée ou autre…. »

Les commandes de ces infos sont assez révolutionnaires !? (ci-dessous)
Th.M. : « Oui, nous avons travaillé avec une société de la « Silicon Valley » sur la technologie « haptique » de commande du système infotainment. Vous positionnez votre main à une vingtaine de centimètres au-dessus de la console, et pilotez les commandes par mouvements. Vous avez alors un retour sensoriel via des ultra-sons qui vous donnent la sensation de toucher les formes, commandes ou textures. » 

Et ce petit cadran lumineux au milieu de la planche de bord (entouré en vert ci-dessous), c’est big-brother de George Orwell ?
Th.M. : « C’est le troisième élément de la communication à bord. C’est tout simplement la synthèse vocale IRIS. Le rayon lumineux rejoint en fait celui du capot qui prend, lui,  naissance sur la calandre où toutes les informations sont captées. C’est une symbolique qui matérialise l’arrivée des infos captées derrière la calandre, vers les passagers et le conducteur. Cette commande vocale est scindée en deux, côté passager et conducteur. » 

Je ne vois aucune sortie de climatisation à bord ?
Th.M. : « La climatisation est à diffusion douce, sous la planche de bord, et elle est complétée par deux buses implantées entre les écrans et l’habillage des panneaux de portes. Ces écrans sont d’ailleurs idéalement implantés car on les pilote sans bouger. Ergonomiquement c’est parfait, il n’y a pas de mouvement pour se décoller du dossier. »

Pour terminer, je reviens sur le nom de ce concept-car : ASL pour Aero Sport Lounge…
Th.M. : « ASL, c’est effectivement le nom de ce concept-car, mais c’est aussi celui d’une philosophie de véhicules qui sera appliquée à notre gamme future. Il y aura donc plusieurs ASL chez DS ! De la même manière qu’aujourd’hui on parle de SUV, j’espère que demain, on évoquera ce terme de ASL. C’est l’efficience aérodynamique et le confort d’une limousine, avec un habitacle hyper confortable, le tout habillé d’une silhouette qui évoque plus le monde de la berline évoluée que celui du SUV rabaissé. Le client n’a finalement pas beaucoup de choix aujourd’hui : c’est soit la berline, soit un SUV. Cette philosophie ASL leur offrira le concept d’une berline légèrement surélevée, avec de grandes roues, un design de caractère et une véritable sérénité à bord… »

Propos recueillis par Christophe Bonnaud

LES FEMMES ET HOMMES DE LA DS ASL :
Design exter : Thomas Duhamel, sous la direction de Frédéric Soubirou

Design inter : Clément Porée et Sylvain Gaudichon, sous la direction d’Andréa Stump

Matières et couleurs : Vincent Lobry, sous la direction de Sabine le Masson-Pannetrat

Design Lighting : Nicolas Deluy

Photo Insta.TH.METROZ

Design roues : Damien Fressard (auteur du design exter du concept-car Divine)

Sellerie/Garnissage : Jean-Philippe Vanhulle

PHOTO: INSTA.TH.METROZ

LA VIDEO DS AERO SPORT LOUNGE

A LIRE : ET SI LE CONCEPT-CAR DS ASL ETAIT…

A LIRE : L’AUTRE CONCEPT-CAR SPORTLOUNGE…

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est LOGOActus_BD-1024x367.jpg.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *