Interview de Gilles Vidal directeur du design Peugeot. FRENCH/ENGLISH

English translation at the end of the post

 

“On ne clone pas nos voitures ! “

Le salon de Genève a été l’occasion de découvrir les deux belligérantes françaises qui se tirent la bourre depuis… 1972 et le duel R5/104. Je veux parler des nouvelles Renault Clio et Peugeot 208 qui seront commercialisées entre l’été et l’automne. Gilles Vidal, le patron du style Peugeot, nous a reçus à Genève pour évoquer la dernière-née de la gamme.

Portraits: photos de Christian Martin

LIGNES/auto : Récemment, lors d’une interview accordée à LIGNES/auto, Laurens van den Acker – directeur du design Renault- nous expliquait qu’avec une Clio qui continuait de se vendre, il fallait juste peaufiner le concept. La 208 se vend toujours bien et vous cassez tout. Pourquoi ?
Gilles Vidal : « Les précédentes générations, de la 206 à l’actuelle 208, avaient tendance à converger vers un volume monospace : pare-brise incliné, capot court… C’était voulu, dans l’air du temps à l’époque. On s’est dit que cet esprit « monsopacisant » était en perte de vitesse, sauf pour certains produits comme la Jaguar e-Pace qui est très large et repose sur de grandes roues. Mais avec une berline du segment B, multi-énergie essence, diesel et électrique, il fallait offrir quelque chose de nouveau, revenir à un engin ultra-sexy ! »


Deux stratégies s’opposent pour le renouvellement stylistique des deux stars françaises du marché.

Lorsque vous recevez le cahier des charges…
G.V. : «…On ne reçoit pas un cahier des charges, on le construit ensemble, avec le produit. Un cahier des charges de nos jours, ça ne veut plus trop rien dire ! C’est une discussion continue entre les stratèges produits de la marque et les designers. C’est un mélange d’intuitions, d’analyses de la clientèle, de feeling créatif, une belle alchimie… »

Le design est donc intégré dès les premiers instants du lancement du programme « P21 » qui est devenu 208 ?
G.V. : « Oui, bien sûr. Nous ne sommes pas esclaves d’un briefe ! Ensemble avec Laurent Blanchet du produit, on va décider d’où on veut aller. Et si nous avons, ensemble, décidé de changer la donne, c’est pour des raisons valables, une logique d’évolution très réfléchie ! Avec Laurent Blanchet nous sommes très complices, nous n’avons pas besoin de réunions hebdomadaires, on construit tous les jours ! »

Et cette évolution, en termes de design, repose sur quelles bases ?
G.V. : « Dès le départ, nous voulions aller de nouvelles proportions avec un grand capot – qui nous aide aussi pour les homologations, notamment en termes de crash-tests-, les roues positionnées idéalement aux quatre coins, en fait, retrouver aux fondamentaux qui ont fait le succès de la 205 de 1983 (ci-dessous lors du gel du style). Nous voulions un design qui vous fait tomber amoureux facilement… Toutes les voitures aujourd’hui ont à peu près le même contenu technologique, toutes les marques sont comparables sur ce point et on doit faire la différence avec un style désirable, instantanément appropriable. Il nous fallait aussi faire la différence sur l’expérience que le client vit à bord. »

Reculer le pare-brise pour disposer d’un grand capot nuit-il à l’habitabilité ?
G.V. : « Non, car en fait on grignote la planche par l’avant ! Il faut juste adapter le système de ventilation. Mais nous ne perdons rien en termes d’habitabilité. »

Même question pour le hayon très incliné, plus dynamique…
G.V. : « À l’arrière, nous avons incliné le hayon, repoussé la traverse sans toucher au point arrière de la ‘position tête’ des occupants. En fait, les inclinaisons pare-brise et hayon ont été inversées par rapport à la précédente génération de 208 : le pare-brise reculé s’est légèrement redressé et le hayon s’est à l’inverse incliné. »

La nouvelle plateforme inaugurée par la DS3 Crossback vous a-t-elle aidé dans cette évolution des proportions ?
G.V. : « Pour le pare-brise, ça ne marche pas comme pour un empattement ou une voie dont on peut modifer une dimension avec un choix de plusieurs ‘pas’ offert par la plateforme. Quand vous êtes sur un programme Groupe pour plusieurs marques (Peugeot 3008, Citroën C5 Aircross, Opel…) vous verrouillez une position commune aux différents modèles. Pour la 208, nous avions la possibilité de choisir notre positionnement de pare-brise pour ce seul programme… »

Il y a la Corsa qui va arriver sur cette plateforme et qui a dû s’en accommoder ?
G.V. : « Pour le coup, la Corsa est venue après et effectivement, elle reprendra ce positionnement. Pas le temps pour eux de négocier la position du pare-brise ! »

Sur la 208, on observe un côté plus dynamique du bandeau arrière, pourtant un signe fort de l’identité de la marque…
G.V. : « Oui, on retrouve évidemment les éléments de signature de la marque sur la 208, mais pour autant, on ne fera pas de poupées russes ! Il existe mille manières de mettre en scène cette signature, que ce soient les feux arrière, les crocs à l’avant, etc. »

Vous réinterpréter cette signature pour chacun des modèles…
G.V. : « On ne clone pas nos voitures. Il faut trouver un équilibre entre la reconnaissance de la marque et le design spécifique de chacun de nos modèles. Ça a du sens de créer un design plus joueur et ludique sur la 208, plutôt sérieux sur la 508 et encore différent sur la 3008. »


Le bandeau noir intégrant les feux en forme de griffes a été définitivement adopté en 2014 avec le concept-car Exalt

La future 308 marquera la fin de renouvellement stylistique de la gamme. Ce sera la fin d’un cycle ?
G.V. : « Non, car il y a des choses qui se sont déclenchées entre temps. Prenez la signature lumineuse à l’avant avec les crocs : elle est intervenue en cours du renouvellement de la gamme, avec le concept-car Instinct, et donc présente seulement sur 508 et 208 pour le moment. On peut imaginer que la prochaine 2008 sera dans cet univers mais pour les coups d’après, il ne nous est pas interdit d’imaginer des ruptures plus fortes, sans nuire à des éléments qui restent dans la continuité. Je ne veux pas parler de la 308 mais pour les coups d’après, on ne veut pas décider d’une stratégie trop vite, parce qu’aujourd’hui, il est bon d’attendre le plus tard possible pour décider des choses. »

C’est-à-dire ?
G.V. : « Par exemple, la signature lumineuse à l’avant de la 508 n’ira sans doute pas jusqu’au renouvellement du modèle car il va s’écouler au moins huit ans. On ne sait pas dire aujourd’hui ce qu’elle sera, ni quand elle arrivera. Je saurai vous répondre dans trois ans peut-être ! Dans le monde de la conception automobile, on peut apporter des réponses rapides malgré la lourdeur de cet univers industriel. On a une vision à long terme claire mais il faut être capable de changer tous les jours s’il y a besoin de changer. Et nous sommes capables de faire ça… Donc, oui nous voulons une signature de marque globale qui évolue au fil du temps mais aussi des designs distinctifs pour chacun des modèles. »

Sur votre stand, on peut (re)voir votre concept-car e-Legend ci-dessus. Sympathique même si Peugeot a annoncé qu’il ne le ferait pas. Qu’a-t-il réellement apporté aux équipes du design de la marque ?
G.V. : « C’est d’abord un message sur notre vision future de la voiture autonome qui ne sera pas forcément un objet froid et insipide ! Concrètement, il va nous servir pour des mises en scène de l’intérieur de nos prochains véhicules. Il y a aussi d’autres pistes, comme les pare-chocs avec les poutres de chocs reportées à l’extérieur. C’est intéressant au moment où les porte-à-faux ont tendance à croître avec la législation. Si on peut « sortir » ces fameuses poutres visuellement, on réduirait ces porte-à-faux. C’est une solution intelligente qui est finalement née à la base des pare-chocs chromés de la 504 !”

Pas simple à concrétiser !
G.V. : « Effectivement, en matière de design, ce ne serait pas simple, mais est-ce que cela ne nous permettrait pas de retrouver des proportions idéales ? Voilà une idée que l’on va essayer d’exploiter. »

Outre la 208, votre stand expose la fameuse 508 Peugeot Sport hybride de près de 400 ch pour moins de 100 g de CO2. Côté technique, Peugeot Sport à une légitime maîtrise et côté design, c’est une nouvelle ligne dont vous vous occupez ?
G.V. : « Oui, nous y travaillons et les codes couleurs vus sur le concept-car seront respectés. Nous avons travaillé les zones techniques, les nouvelles IHM et les nouveaux matériaux à bord. C’est nouveau et très intéressant comme approche. Ces modèles (un par an NDA) seront les plus performants de la gamme et les moins polluants ! »

Nous avons remarqué une calandre spécifique (ci-dessus) réalisée en impression 3D. Sera-t-elle en série en 2020 ?
G.V. : « C’est une question de coût et de délais. Une calandre réalisée en 3D ne nécessite pas beaucoup d’investissement pour la production mais chaque pièce est plus couteuse ! Tout cela va dépendre de la vitesse de fabrication et du coût de la pièce. Comme je vous l’expliquais tout à l’heure, on est capable de réagir vite d’ici à la production. Pour faire simple, nous travaillons sur les numérisations des deux solutions et à l’échéance ultime, on basculera sur la meilleure solution. »

Quittons Genève et redescendons en gamme. PSA a revendu ses parts dans l’usine qui produit les 108, C1 et Aygo à Toyota d’une part, et de l’autre, votre 208 a grandi. Vous avez ouvert la gamme à une « vraie » future 108 !
G.V. : « Une place pour une petite Peugeot ? Bonne question… Il n’est pas prévu de refaire une 108 en tous cas… »

Vous n’aurez bientôt plus l’usine pour la faire !
G.V. : « Ce n’est pas trop la question. Celle que je me pose est « est-ce que la taille d’une 108 est la bonne ? » Je ne suis pas sûr. Personnellement, je ne suis pas certain qu’un véhicule de 3,40 ou 3,50 m soit une bonne idée, car finalement vous garez déjà très bien et partout une 208 de 4 mètres. Dans le contexte de la vraie vie urbaine, je ne suis pas sûr qu’il y ait de la place pour un véhicule entre 3,40 m et 4 m. Peut-être que le bon format est celui de la BB1 (ci-dessous avec d’autres produits de mobilité urbaine) ou de l’Ami One, ces micros voitures que l’on peut garer perpendiculairement aux trottoirs. Ce qui peut faire la différence, c’est une forme qui change radicalement. »

 

 

ENGLISH VERSION

“We don’t clone our cars! “

The Geneva Motor Show was an opportunity to discover the two French belligerents who have been shooting each other since… 1972 and the R5/104 duel. I am referring to the new Renault Clio and Peugeot 208 that will be on the market between summer and autumn. Gilles Vidal, received us in Geneva to talk about the latest addition to the range.

LIGNES/auto: Recently, in an interview with LIGNES/auto, Laurens van den Acker explained to us that with a Clio that was still selling, we just had to refine the concept. The 208 still sells well and you break everything. Why?
Gilles Vidal: “Previous generations, from the 206 to the current 208, tended to converge towards a minivan volume : inclined windscreen, short hood… It was intended, in the spirit of the times at the time. We thought that this concept spirit was losing momentum, except for some products such as the Jaguar e-Pace, which is very wide and rests on large wheels. But with a B-segment sedan, multi-energy petrol, diesel and electric, it was necessary to offer something new, to return to an ultra-sexy project!”
Two strategies are opposed for the stylistic renewal of the two French market stars.

 

When you receive the specification document ….
G.V. : “We do not receive a specification document, we build it together with the product. A specification document these days doesn’t mean much anymore! It is an ongoing discussion between the brand’s product strategists and designers. It’s a mixture of intuition, customer analysis, creative feeling, alchemy…”

So the design is integrated from the very first moments of the launch of the “P21” program, which has become 208 ?
G.V.: “Yes, of course. We are not slaves to a briefe! Together with Laurent Blanchet of the product, we will decide where we want to go. And if we have, together, decided to change the situation, it is for valid reasons, a very thoughtful logic of evolution! With Laurent Blanchet we are very close, we don’t need weekly meetings, we build every day!”

And on what basis was this evolution, in terms of design, based ?
G.V.: “From the beginning, we wanted to go in new proportions with a large hood – which also helps us for approvals, especially in terms of crash tests -, the wheels ideally positioned at the four corners, in fact, to find the fundamentals that made the success of the 205 so successful (below when freezing the style). We wanted a design that makes you fall in love easily… All cars today have about the same technological content, all brands are comparable on this point and we must make the difference with a desirable style, instantly appropriate. We also had to make a difference in the customer’s experience on board.”

Does moving the windshield back to have a large hood affect habitability ?
G.V.: “No, because in fact we nibble the board from the front! It is just necessary to adapt the outlets of the ventilation system. But we are not losing anything in terms of habitability.”

The same question applies to the very inclined, more dynamic tailgate….
G.V.: “At the rear, we tilted the tailgate, pushing the crossbar back without touching the rear point of the occupants ”head position’. In fact, the windshield and tailgate slopes were reversed from the previous 208 generation : the rear windshield was slightly straightened and the tailgate tilted.”

The new platform inaugurated by the DS3 Crossback has helped you in this evolution of proportions ?
G.V. : “For the windscreen, it doesn’t work like for a wheelbase or a track whose size can be modified with a choice of several “steps” offered by the platform. When you are on a group program for several brands (Peugeot 3008, Citroën C5 Aircross, Opel…) we lock a common position for the different models. For the 208, we had the possibility to choose our windshield positioning for this program only…”

There is the Corsa that will arrive on this platform and has had to deal with it ?
G.V.: “For the moment, the Corsa came after and will indeed take up this position. No time for them to negotiate the position of the windshield!”

On the 208, we can see a more dynamic side of the rear headband, yet a strong sign of the brand’s identity…
G.V.: “Yes, of course we find the brand’s signature elements on the 208, but we won’t make Russian dolls! There are a thousand ways of staging this signature, whether it is the tail lights, the fangs at the front, etc.”

You reinterpret this signature for each of the models….
G.V.: “We don’t clone our cars. A balance must be found between brand recognition and the specific design of each of our models. It makes sense to create a more playful design on the 208, rather serious on the 508 and even different on the 3008.”


The black headband integrating the claw-shaped lights was definitively adopted in 2014 with the Exalt concept car.

The future 308 will mark the end of the stylistic renewal of the range. Will it be the end of a cycle ?
G.V.: “No, because there are things that have happened in the meantime. Take the light signature at the front with the fangs : it occurred during the renewal of the range, with the Instinct concept-car, and therefore only on 508 and 208 for the moment. We can imagine that the next 2008 will be in this universe but for the next moves, we are not forbidden to imagine stronger breaks without harming elements that remain in continuity. I don’t want to talk about the 308, but for the next moves, we don’t want to decide on a strategy too quickly because today, it’s good to wait as long as possible to decide things.”

What do you mean?
G.V.: “For example, the light signature on the front of the 508 will probably not last until it is renewed because it will take at least eight years. We don’t know today what it will be or when it will happen. I will be able to answer you in three years perhaps! In the world of automotive design, we can provide quick answers despite the weight of this industrial world. We have a clear long-term vision, but we must be able to change every day if there is a need to change. And we are able to do that… So, yes, we want a global brand signature that evolves over time and distinctive designs for each model.”

On your stand, we can see your e-Legend concept-car (above). Friendly even though Peugeot has announced that it will not do so. What did it really bring to the brand’s design teams ?
G.V. : “It is first of all a message about our future vision of the autonomous car, which will not necessarily be a cold and insipid object! In concrete terms, it will be used to stage the interiors of our next vehicles. There are also other tracks, such as bumpers with the impact beams attached to the outside. This is interesting at a time when overhangs tend to increase with legislation. If we can “pull out” these famous beams visually, we would reduce these overhangs. It is an intelligent solution that was finally born at the base of the 504’s chrome bumpers !”

Not easy to achieve!
G.V. : “Yes, in terms of design, it wouldn’t be easy, but wouldn’t it allow us to regain ideal proportions ? This is an idea that we will try to exploit.”

In addition to 208, your stand will also feature the famous 508 Peugeot Sport hybrid with nearly 400 hp and less than 100 g of CO2. On the technical side, Peugeot Sport has a legitimate mastery and on the design side, is it a new line that you are in charge of ?
G.V.: “Yes, we are working on it and the color codes will be respected. We worked on the technical areas, the new HMI’s and the new materials on board. It’s new and very interesting as an approach. These models (one per year NDA) will be the most efficient in the range and the least polluting !”

We noticed a specific grille (above) made in 3D printing. Will it be in series in 2020 ?
G.V.: “It’s a question of cost and time. A specific grille made in 3D does not require a lot of investment for production but each part is more expensive! All this will depend on the speed of manufacture and the cost of the part. As I explained earlier, we are able to react quickly from here to production. To make it simple, we are working on the digitizations of both solutions and at the end of the day, we will switch to the best solution.”

Let’s leave Geneva and go down to the top of the range. PSA has resold its shares in the factory that produces the 108, C1 and Aygo to Toyota on the one hand, and on the other hand, your 208 grows. You have opened the range to a “real” 108 !
G.V. : “A place for a little Peugeot ? Good question… It is not planned to do a 108 again anyway…”

You won’t have the factory to do it any more soon !
G.V.: “That’s not really the question. The one I ask myself is “is the size of a 108 the right one? ” Personally, I’m not sure that a 3.40 or 3.50 m vehicle is a good idea, because in the end, you’re already parking very well and everywhere a 4 meters 208. In the context of real urban life, I’m not sure there’s room for a vehicle between 3.40 m and 4 m. Maybe the right format is the BB1 (below with other urban mobility products) or the Ami One, these micro cars that can be parked perpendicular to the pavements. What can make a difference is a form that changes radically. »

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *