Nous asseoir sur un sac de billes? Renault y a pensé !

Voici mille et une inventions que Renault voulait mettre sur le marché dans les années 1970. Accrochez-vous, certaines sont devenues réalité !

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est LOGOArchives_BD-1024x367.jpg.

Vous découvrirez dans l’ouvrage “Concept-cars et prototypes d’études Renault” à paraître à la fin de ce mois de juin chez BJB Editions (bjbeditions.com) de nombreux concepts et prototypes de la marque, des années 1970 à 2020. Parmi ceux-ci, le programme de recherches sur les “Véhicules Bas de Gamme”, ou VBG, a été lancé au milieu des années 1970, voici un demi-siècle.

Ce programme VBG est tentaculaire et aboutira à la genèse de la Twingo, près de vingt ans après son lancement. Mais sans le VBG, Renault n’aurait jamais pu inventer la Twingo ni rendre son Espace modulaire.

Le VBG a défriché des architectures intérieures étonnantes et même un peu folles, mais il faut les replacer dans leur contexte. Ainsi, le siège passager de cette petite Renault 2, appelons-là ainsi, aurait pu être un sac de billes ! Il faisait la joie des intérieurs dans les années 1970 ! Ci-dessous, extrait du cahier des charges du projet VBG de 1975.

Ce n’est pas tout : pour accéder à bord, il était également question de portes coulissantes, relevables et même… en accordéon !

Ne rions pas, cette architecture de la porte accordéon a été testée sur le concept-car Saturn CV-1 de 2000 ci-dessus ! Renault avait juste trente années d’avance sur ce thème !

Encore plus fort. Dès 1975, Renault imaginait l’arrivée du binaire, ou digital, à bord des petites voitures, ci-dessus. Rappelons qu’avec la Renault 25 de 1984, Renault faisait “parler” les voitures avec la synthèse vocale !

Autre innovation architecturale de taille, Renault a inventé le siège avant au dossier totalement repliable afin de loger un objet long aux côtés du conducteur et du passager arrière.

Les petits utilitaires ont par la suite profité de cette idée (ci-dessus)

Mais c’est bien sûr la possibilité d’incliner le siège passager avant “dos à la route” (ci-dessus) qui fut adoptée sur la Renault Espace et, encore plus récemment, sur le concept-car Morphoz, 50 ans plus tard, ci-dessous.

Quant à la personnalisation intérieure avec la possibilité de choisir ses propres teintes pour confectionner un habitacle selon ses désirs, le VBG y a pensé dès le milieu des années 1970 (ci-dessous)

Toujours plus fort ! Renault imagine au cœur des années 1970 de transformer l’espace arrière en terrain de jeux pour les enfants (ci-dessous)

Un thème qui sera repris par le constructeur en 2011 avec le concept-car R-Space ci-dessous, précurseur du Scénic actuel qui offrait un système de cubes mobiles à l’arrière pour proposer des assises ou des espaces de détente.

Le programme VBG a ainsi donné naissance à des concepts qui sont restés ancrés dans la mémoire des designers Renault. Quant à la technique, elle n’était pas en reste avec la création d’un moteur essence trois cylindres, non commercialisé. Ajoutons cette idée d’un cric gonflable (ci-dessous) pour remplacer le cric classique. Il s’agissait d’un gros sac. Mais sans billes celui-là !

Merci à Jean-Marie Souquet pour l’aide apportée à la réalisation de ce sujet.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *