Oliver Blume, CEO Porsche : “nous conserverons notre esprit pionnier “

Habituellement, nous ne sommes pas très friands des interviews de PDG menés en interne, par le constructeur. Nous faisons exception ici avec l’entretien (extrait du site officiel) d’Oliver Blume, patron de Porsche qui évoque le futur électrique de la marque, les investissements dans le carburant synthétique, la prochaine 911 hybride et même l’entrée en bourse de Porsche.

Les semi-conducteurs sont rares, Porsche va-t-il connaître une année 2022 difficile ?
Oliver Blume : Nous essayons de rester flexibles et de gérer chaque jour de la meilleure façon possible. Et nous bénéficions de notre appartenance au groupe Volkswagen. Volkswagen achète en gros, ce qui permet de réaliser des économies d’échelle. Et grâce à nos marges positives, Porsche reçoit un montant équitable au sein du Groupe. Je suis donc d’un optimisme prudent pour 2022.

Mais il n’y a pas de fin en vue pour ce problème.
De toute évidence, le coronavirus et la pénurie de semi-conducteurs continueront à nous poser des défis importants cette année.

Concrètement, qu’est-ce que cela signifie ?
Le coronavirus exige un autre type de leadership : physique et numérique. Avec une gestion systématique et responsable des situations de crise. Il s’agit de développer l’esprit d’équipe, de diriger avec passion et vigueur. En ce qui concerne les semi-conducteurs, les contacts de l’ensemble du groupe avec les fournisseurs et les fabricants sont devenus beaucoup plus étroits et transparents. C’est un point positif, mais cela reste un défi.

Les crises sont parfois une opportunité. Quelles leçons avez-vous tirées de ce double coup dur ?
Ici, je pense vraiment en termes d’opportunités. Nous sommes devenus encore plus concentrés. Par exemple, nous avons accordé une attention considérable à nos coûts fixes dès le début de la pandémie. Cela nous a permis de réduire encore le seuil de rentabilité et de devenir encore plus forts sur le plan financier, avec l’objectif clair de maintenir notre objectif ambitieux de marge de 15 % pour 2022 également.

Pouvez-vous expliquer pourquoi les gens ont un tel désir de voitures de sport dans ce contexte de crise ?
Beaucoup veulent réaliser un rêve avec une marque forte comme Porsche, par exemple. Qualité supérieure, design intemporel, produits performants. Tout cela explique pourquoi nous avons pu livrer plus de voitures aux clients que jamais auparavant. L’année dernière, nous avons eu plus de 50 000 commandes pour la seule 911. Nous élargissons continuellement notre gamme de modèles de manière attrayante et c’est l’un des facteurs de notre succès.

Et la Taycan ?
Avec ce véhicule innovant, nous avons vraiment pu montrer ce qui est possible avec une voiture de sport électrique. La Taycan est extrêmement populaire auprès des experts et des clients. Par rapport à 2020, nous avons réussi à doubler les ventes – 41 296 véhicules pour être exact – ce qui la place au même niveau que la 911, qui s’est également mieux vendue que jamais. Qui aurait cru cela il y a quelques années ? Grâce à notre gamme de produits bien positionnée, nous avons également franchi la barre des 300 000 voitures l’année dernière (301 915 véhicules exactement). Cependant, nous ne nous concentrons pas sur le volume comme principal chiffre de référence. Pour nous, l’exclusivité, la qualité et les produits uniques priment sur les ventes à l’unité.

La Taycan a connu des problèmes de logiciel, maintenant il y a des rumeurs sur des batteries surchauffées…
…chaque lancement de produit est confronté à des défis au début. Surtout avec les innovations et les nouvelles technologies. En règle générale, lorsque des problèmes surviennent, nous les examinons très attentivement. Nous enquêtons même sur les rumeurs.

Alors que d’autres entreprises sont en difficulté, Porsche vend plus de voitures et gagne encore de l’argent malgré la crise…
Nous conserverons notre esprit pionnier et notre courage, tout en gardant les pieds sur terre et en continuant à affiner stratégiquement le profil de Porsche. Par exemple, dans les domaines de la numérisation et de l’e-mobilité, nous progressons plus vite que prévu. L’année dernière déjà, un véhicule sur quatre vendu dans le monde était électrifié.

Cela inclut-il les hybrides électriques ?
Oui, mais la proportion de véhicules entièrement électriques est plus importante désormais. Le succès de la Taycan a été un facteur déterminant. Pour nous, cela confirme notre stratégie. Nous avons commencé à nous concentrer sur l’électromobilité plus tôt que les autres constructeurs – et nous sommes toujours sur la bonne voie.

La confiance en soi de Porsche grandit avec son succès. L’entreprise se distingue-t-elle de sa maison mère, Volkswagen ?
Pour moi, il s’agit moins de confiance en soi que d’esprit d’entreprise. Nous utilisons des composants du groupe Volkswagen et vice-versa. L’important, c’est que le succès de Porsche profite aussi à l’ensemble du Groupe.

La fusion de Porsche avec Volkswagen était autrefois justifiée car votre entreprise avait besoin des moteurs de la société mère. Porsche n’aurait pas été en mesure d’assumer seule les coûts de développement. Cette logique est-elle toujours valable ?
Nous avons connu une croissance fantastique ces dernières années, et cela n’aurait pas été possible sans Volkswagen. Nous profitons donc de ce lien. En même temps, nous sommes extrêmement concentrés sur nos propres problèmes et leur succès.

Pourriez-vous vous passer de Volkswagen aujourd’hui ?
Une question théorique. En termes de solidité financière, notre cash-flow parle de lui-même. Fondamentalement, nous avons besoin de partenaires solides pour la transformation. Nous ne pouvons pas et ne voulons pas tout faire par nous-mêmes. Et pour les questions où nous ne pouvons pas tout faire nous-mêmes, nous cherchons des partenaires appropriés. Pour certains domaines, il s’agit du groupe Volkswagen.

Le couronnement serait donc une introduction en bourse pour Porsche ?
Ce sont vos mots, pas les miens ! Blague à part, nous enregistrons bien sûr un grand intérêt de la part du public et des marchés. La décision à ce sujet appartient uniquement au Groupe Volkswagen. Nous ne pouvons donc faire aucune déclaration à ce sujet. Ce qui ressort clairement des chiffres, c’est que notre entreprise est très bien positionnée et résiste aux crises. Nous sommes une marque recherchée, avec une stratégie claire, un haut niveau d’expertise technologique, et nous sommes également très ambitieux en matière de durabilité. Nous visons un bilan neutre en CO₂ sur l’ensemble de la chaîne de valeur d’ici 2030.

Le moteur thermique fait-il partie de ce succès ou va-t-il s’éteindre ?
Nous n’avons pas de date précise. En fin de compte, c’est aux clients et aux régions du monde de décider. La tâche spéciale pour nous est de rendre les moteurs à combustion interne qui fonctionnent avec des carburants synthétiques pratiquement neutres en CO₂. À cette fin, nous investissons dans le développement d’eFuels.

Pensez-vous que ces carburants synthétiques ont une chance ? Les prix sont encore extrêmement élevés.
C’est notre plan. Nous voulons produire les carburants synthétiques là où l’énergie durable est disponible en quantité illimitée – par exemple, dans notre usine pilote au sud du Chili. Des vents forts y soufflent presque toute l’année. En ce qui concerne l’avenir, nous pensons qu’il est réaliste d’espérer que ce prix descende en dessous d’un niveau de deux dollars US par litre. Et là, les choses deviendront intéressantes. Nous nous considérons comme un pionnier de la mobilité durable, avec un accent sur l’e-mobilité, judicieusement complétée par les e-carburants. Ces éléments ne sont pas en conflit les uns avec les autres.

À l’avenir, Porsche tirera-t-il également des revenus supplémentaires de la vente de systèmes pour la production de ces eFuels ?
Pour l’instant, il s’agit de faire décoller la technologie. Nous voyons nos propres domaines d’application pour les eFuels : pour les essais ou le premier remplissage d’une 911, ainsi que pour nos Experience Centers ou le sport automobile. Dans le même temps, nous continuons à développer nos véhicules électriques. Dans le cadre de ce processus, nous examinons également la forme d’énergie que nos clients utiliseront à l’avenir. C’est pourquoi nous allons investir plus d’un milliard d’euros dans des sources d’énergie durables au cours des dix prochaines années : centrales solaires, éoliennes et eFuels.

Certes, mais les modèles Porsche pèse lourd et se déplacent vite – ce qui signifie qu’ils consomment beaucoup de carburant...
Je ne suis pas d’accord. Prenez notre Panamera : en Europe, nous en vendons déjà plus de 70 % en version hybride rechargeable. Dans les villes, la Panamera peut être conduite avec zéro émission. En 2030, nous voulons livrer environ 80 % de nos véhicules avec une propulsion électrique – soit hybride, soit entièrement électrique. Ces deux exemples montrent que Porsche apporte sa contribution à la durabilité.

Alors à ce stade, nous devons nous interroger sur l’état actuel du développement : avez-vous réussi à atteindre les objectifs en matière de CO₂ pour 2021 ?
Nous sommes ravis que la Taycan ait été si bien accueillie sur le marché. Et aussi de la part hybride élevée du Cayenne et de la Panamera. Nous sommes donc très optimistes quant à l’atteinte des objectifs de CO₂ que nous avons fixés pour Porsche au sein du Groupe Volkswagen pour la flotte européenne.

La 911 est votre icône. La voiture doit être hybridée. Quand cela se fera-t-il ?
La 911 fait partie de notre stratégie de durabilité. Ce qui est important, c’est que lorsque nous pensons à l’hybridation pour ce véhicule, ce n’est pas dans le sens d’un plug-in. Il s’agit plutôt de caractéristiques issues du sport automobile, c’est-à-dire de propulsions hybrides très dynamiques avec des performances de récupération élevées. Comme la 919 Hybrid, avec laquelle nous avons gagné les 24 heures du Mans trois fois de suite. Je ne vais pas vous donner la date d’introduction d’un tel modèle, nous serons plus précis lorsque la voiture sera réellement prête. Mais vous pouvez commencer à l’attendre dès maintenant !

Comment allez-vous développer l’ensemble de la gamme de modèles au cours des prochaines années ?
Nous avons mis en place notre stratégie produit de manière flexible. Dans chacun de nos segments, nous disposons d’une large gamme de groupes motopropulseurs – moteurs à combustion interne, véhicules hybrides et électriques. L’année prochaine, par exemple, le nouveau Macan entièrement électrique sera ajouté en tant que composant attractif. Et je ne veux pas en révéler plus que cela pour aujourd’hui.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est LOGOActus_BD-1024x367.jpg.
Next Post

Passez commande de LIGNES/auto#06 sur notre site e-commerce. Order LIGNES/auto#06

LIGNES/auto#06, trimestriel bilingue dédié à l’actualité, au design et aux archives automobiles est disponible à la commande . Pour bien entamer 2022, LIGNES/auto#06 vous embarque dans les années 2035, grâce à un colossal dossier. Quel design à cet horizon ? Des interviews et un regard particulier vous feront voyager au […]

Subscribe US Now