Citroën AMI ONE : quand la Deuche couche avec votre Smartphone ! (1/5)

Les jeunes ne veulent plus entendre parler de voiture ?
Et bien Citroën parle aux jeunes – et moins jeunes- avec autre chose qu’une “automobile” : AMI ONE.

Premier concept-car célébrant le centenaire de Citroën (avant un second bien plus généreux en taille qui sera dévoilé en mai à l’occasion du salon VivaTech à Paris du 16 au 18 mai), l’AMI ONE est un tout petit véhicule de 2,50 m de longueur. Pour le concevoir, les designers de Citroën ont gardé à l’esprit deux objets iconiques : la simplicité légendaire de la 2CV et l’intelligence du Smartphone désormais incontournable.

 

Une voiture l’AMI ONE ? Pas vraiment comme le souligne Frédéric Duvernier le responsable des concept-cars chez Citroën que LIGNES/auto a rencontré.
Frédéric Duvernier : « on ne désirait pas être dans l’univers automobile pour concevoir ce concept. AMI ONE est un quadricycle populaire, urbain, électrique à deux places. Il peut être conduit par des adolescents sans permis avec dans ce cas une vitesse limitée à 45 km/h. On n’a pas forcément besoin d’une automobile pour rouler en ville à 50 km/h, surtout lorsqu’on sait qu’un trajet moyen est de seulement dix kilomètres et que 95% des véhicules n’ont qu’une personne à bord. »

Il y avait un avantage pour ce projet à « descendre » dans la catégorie des quadricycles ?
F.D : « Oui, avec tous les avantages que ça procure pour l’objectif visé. AMI ONE ne pèse que 450 kg et avec son moteur électrique, elle peut parcourir plus de 100 km en une seule charge. Pour autant, elle respecte un certain nombre de contraintes des grandes : sa cellule est indéformable. »

Les gènes de la simplicité de la 2CV, c’est juste pour le marketing en cette année anniversaire ?
F.D : « Non, la 2CV répondait à une époque où le monde était plus rural. Pour ce programme, nous avions clairement en tête la 2CV d’un côté et le Smartphone de l’autre. Il y a un basculement fort vers cet objet qu’on a désormais tous dans notre poche. »

Un Smartphone reste souvent un objet froid ?
F.D : « AMI ONE n’est pas un objet froid, elle dégage une certaine émotion. Pierre Icard, son designer extérieur est par ailleurs un passionné de voitures anciennes. Il a réalisé des sketches avec son propre graphisme qui dressent une passerelle graphique entre l’ancien et le moderne. L’approche populaire est importante pour Citroën. Elle est aussi émotionnelle, car elle relate une belle histoire, c’est la marque la plus collectionnée au monde… »


On remarque que les extrémités évasées de la double barrette de calandre aperçue sur le concept-car CXPerience de 2016 font visiblement partie de la future identité de la marque : elles apparaissent à nouveau sur l’AMI ONE.

Petite question de style en découvrant AMI ONE : pourquoi ne pas avoir caché les roues comme sur les Citroën les plus connues : DS, GS, SM, CX…
F.D : « c’est compliqué aujourd’hui de le concevoir de manière esthétique. Le débattement des roues nous aurait gênés car il faut voir l’un des points forts de ce projet : les pièces sont identiques à l’avant et à l’arrière et, pour les ailes, en diagonale (avant gauche/arrière droit et avant droit/arrière gauche). Dès lors, ce n’était plus envisageable de cacher les roues. »

Les portes aussi sont symétriques ?
F.D : « Pas symétriques mais carrément identiques. C’est une même pièce côté passager et conducteur. Nous avons laissé les feuillures, charnières et poignées à la même place, c’est ce qui explique que la porte conducteur est à ouverture antagoniste et celle du passager à ouverture classique. Cela confère une sacrée signature visuelle à l’AMI ONE ! »

Les illustrations de Pierre Icard sont très « frenchies » !
F.D : « AMI ONE assume totalement son côté très français. Nous n’avons pas vocation à aller nous battre avec les Allemands ici ! Alors vous découvrirez plein de petites touches très françaises, notamment à l’intérieur. Nous avons de beaux centres urbains en France, alors l’AMI ONE fait en sorte de s’y intégrer avec intelligence, notamment avec une excellente visibilité. A bord, nous avons des cannages qui font penser à des chaises de bistrot. Il y a là un côté hors du temps sympathique. Nous ne sommes plus dans les codes automobiles. »

A bord, vous avez tenté le bois avant de produire les habillages définitifs ?
F.D : « Notre approche a toujours été minimaliste et radicale pour ce projet. On a imaginé des panneaux en bois, on a cherché comment obtenir des bois compressés mais les essais étaient peu concluants. Ce véhicule est populaire et il ne fallait perdre de vue que ses coûts devaient être tirés vers le bas. C’est ce qui nous a poussé notamment vers une véritable intelligence de conception avec des portes identiques, les ailes avant et arrière identiques, le panneau avant et arrière identiques : on a réellement réduit le nombre de pièces. »

Vous pensez « production » dans ce cas ?
F.D : « AMI ONE peut tout à la fois être une voiture que l’on possède, mais elle a été également conçue pour devenir une voiture partagée. Lorsque vous voyez dans quel état étaient les Auto-lib’, nous avons pensé à une voiture simple : une seule référence pour les portes, deux seulement pour les ailes et un intérieur prévu pour ce type de partage. »

Son style soigné la dégage de l’univers du low-cost !
F.D : « Nous avons suivi la démarche exactement opposée à celle du low-cost. Ce dernier dégrade les prestations en partant du haut vers le bas. Notre réflexion est l’exact opposé ! Nous avons poussé le sens des détails pour en faire un véhicule qualitatif. Son côté géométrique le rend en plus hyper robuste. »

Quel est le détail dont vous êtes le plus satisfait ?
F.D : « Le détail qui me plait le plus, c’est la dragonne de la poignée de porte. Elle est ancrée sur une pièce épaisse d’une grande simplicité. Cette épaisseur est là pour renforcer cet aspect de solidité. Ces pièces ne sont pas exagérément traitées en aérodynamique car la voiture roule principalement en ville. »

Propos recueillis par Christophe Bonnaud

 

Ci-dessous, les petites voitures qui ont récemment tenté de vivre avec moins de trois mètres de longueur (Smart et Toyota iQ) et les deux concept-cars récents du groupe PSA : 

BONUS
Les nouveaux modes de consommation “automobile” selon Citroën :

“Objet connecté pensé pour plus de liberté, AMI ONE va encore plus loin en proposant de nouveaux modes de consommation.
Citroën facilite la vie de ses clients dans leur accès à la mobilité en leur proposant via l’univers digitalplusieurs formules d’autopartage ou de location avec un portail de services associés (recharge, parking…). L’objectif estde satisfaire tous les besoins de déplacements des clients en répondant à leurs différents cas d’usages (occasionnel ou régulier, familial ou amical, individuel ou partagé) en toute sérénité. L’application, qui s’adapte à l’utilisateur en luiproposant des actions rapides permet de disposer de l’objet de mobilité urbaine pour un minimum de 5 minutes etd’ajuster à tout moment son degré d’usage à plusieurs heures, sans engagement et tout compris. Personnalisable au gré des besoins de mobilité de chacun, les offres d’autopartage ou de location pourront aussi bien répondre à un besoin de 5 minutes, 5 heures, 5 jours, mais aussi des besoins plus permanents avec des offres de location sur 5 mois ou Location Longue Durée sur 5 ans.”

Voir également sur ce site : 

-L’AMI ONE vue par son designer extérieur (2/5)
-Le design intérieur et l’IHM de l’AMI ONE (3/5)
-Il y a dix ans, LIGNES/auto anticipait le retour du nom “AMI” ! (4/5)
-Les grands mères de l’AMI ONE vous saluent ! (5/5)

 

1 thought on “Citroën AMI ONE : quand la Deuche couche avec votre Smartphone ! (1/5)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *