Tout savoir sur le concept-car Lancia Pu+Ra HPE

Christophe Bonnaud

Lancia l’avait annoncé dès novembre dernier. Le nouveau langage formel des futurs produits de la marque « sera pur et radical, avec des volumes créés à partir de l’intersection de formes élémentaires et emblématiques, telles que le cercle et le triangle. » Des cercles et des droites. Des muscles aussi qui façonnent les ailes arrière, et du caractère surtout, pour celles de l’avant. Le nouveau langage formel prend vie avec ce concept-car Pu+Ra HPE qui, dixit le constructeur, « est le manifeste de la marque pour les 10 prochaines années. »

En 1 : des flancs totalement plats. En 2 : des ailes musclées sans arête. En 3 : l’inspiration Stratos !

Depuis l’annonce du retour de Lancia en Europe, les équipes italiennes ne cessent de faire référence à des icônes de la marque. Mais ces dernières sont tellement nombreuses qu’on pourrait aboutir à un assemblage incohérent car l’histoire de Lancia, c’est à la fois la Stratos et la Flaminia,  l’Ypsilon et l’Aurelia. Heureusement, le design a décidé de ne pas mettre toutes ces icones dans le mixer au moment de nous servir ce cocktail savoureux.

Sous cet angle, le concept est une vraie Lancia !

Lors de la présentation de la sculpture Pu+Ra Zero en novembre dernier, Jean-Pierre Ploué – responsable du design Stellantis Europe – nous avait expliquer comment rebâtir ce nouveau langage formel : « On reprend l’ADN, la valeur, les codes et surtout, pas de rétro design. Lancia restera toujours moderne. On utilise des éléments typiques de la marque, comme les feux ronds qui seront présents sur l’Ypsilon, alors que la face avant évoque clairement le ‘calice’ historique de Lancia. On a repris l’essentiel des codes pour en faire un design moderne et surtout, durable. » 

Les deux Lancia HPE comparées. Celle de 2023 reprend les stries (1) présentes sur le panneau arrière de celle née au milieu des années 1970 ainsi que le thème du fastback (2). Est-ce suffisant pour s’approprier le nom de HPE ? Le rétro-design est exclu, c’était la promesse du nouveau langage formel.

Voici donc les premiers indices fournis par ce nouveau manifeste Pu+Ra HPE (HPE pour High Performance Electric et non High Performance Estate comme à l’époque de la Beta) qui est la première concrétisation de l’avancée des travaux. Ils aboutiront à la commercialisation l’an prochain de l’Ypsilon, de la berline statutaire Gamma en 2026 (4,60 m de longueur) et de la Delta en 2028. Ces deux dernières seront 100% électriques, comme l’est le manifeste dévoilé aujourd’hui.

Le concept-car Citroën 19_19 de 2019 dessiné par Romain Gauvin ((à gauche – aujourd’hui chez Dacia) et supervisé par Frédéric Duvernier (à droite – aujourd’hui chez Lancia)

On doit ce design extérieur à Frédéric Duvernier, l’un des rares français de la petite équipe de designers Lancia qui est à 80 % italienne. Frédéric est connu pour son long passage chez Citroën où il fut responsable des concept-cars, notamment du très fameux 19_19 dessiné par Romain Gauvin pour le centenaire. Pour avoir rencontré récemment quelques personnes proches du design Citroën, le regret d’avoir dû laisser partir Frédéric Duvernier chez Lancia est palpable. Dans l’univers des nombreux designers qui œuvrent sur la planète, Frédéric Duvernier est à classer parmi les bons.

Jean-Pierre Ploué lors de la présentation de la sculpture Pu+Ra Zero en novembre dernier.

Relisez l’interview de Jean-Pierre Ploué et l’Italie ici : http://lignesauto.fr/?p=26611

Sans doute est-ce la raison pour laquelle le grand chef du design Stellantis Europe, Jean-Pierre Ploué, l’a kidnappé pour lui confier le design extérieur de Lancia. Jean-Pierre Ploué, rappelons-le, est le responsable du design de la marque italienne en plus de ses fonctions suscitées. Sacré cumul des mandats !

Autant l’écrire tout de suite : après avoir découvert le concept Pu+Ra HPE, on est sous le charme du design intérieur. Le design extérieur quant à lui, sans être aussi clivant que celui de la Peugeot Inception, est d’une pureté que l’on n’a pas observée depuis des lustres. Il n’y a ici aucune particule de crossover, pas le moindre déchaînement de biseaux, pas le moindre mensonge sur l’identité du produit : un coupé quatre places élégant, léger, pur et singulier.

Est-ce pour autant le nom de Lancia qui vient à l’esprit en découvrant ce concept ? Pas forcément évident, sauf de ¾ arrière où le dessin s’inspire du style racé de la Stratos. Pour le reste, nos comparatifs visuels sur ce site apportent des éléments de réponses.

De la mythique Stratos, la Pu+Ra HPE reprend le thème du pare-brise en forme de visière de casque et surtout celui de l’aileron arrière et ses feux ronds.

On passera sur la technique. On relève que l’autonomie de 700 km pour cette compacte (4,45 m de longueur, soit l’équivalent à cinq centimètres près de celle d’une DS4…) semble largement suffisante. Précisons également que l’interface virtuelle à bord, appelée S.A.L.A – pour Sound Air Light Augmentation – qui permet de gérer les fonctions audio, climatisation et éclairage par une seule commande physique ou par commande vocale, sera destinée en avant-première au modèle Lancia Ypsilon de 2024.

Lancia a donc l’honneur, comme DS en son temps avec la plateforme e-CMP de la DS3 Crossback de 2018, d’une exclusivité technologique destinée à moyen terme au groupe Stellantis. Pour une marque qui ne propose encore aucune gamme, c’est fort ! LIGNES/auto s’est toujours interrogé sur la prochaine concurrence des futures Delta et DS4. Toutes deux seront logées dans le pôle premium, toutes deux bénéficieront des mêmes architectures techniques et toutes deux seront 100 % électriques.

Même si elle fait pratiquement la longueur de la DS4 (en bas), la Lancia Pu+Ra HPE n’est en rien une représentation de la future Delta. Cette dernière lui empruntera pourtant son ADN de style.

Elles viseront le même marché, mais pas forcément la même clientèle. DS fera toujours appel aux métiers d’Art et au savoir-faire français, lorsque Lancia veut appliquer les codes spécifiques de l’ameublement italien à bord de ses prochains produits. Car en dehors du style et de l’aménagement intérieur, les deux voitures franco-italiennes seront, en filigrane, les mêmes.

Ce concept-car Pu+Ra HPE annonce des thèmes forts en style intérieur et en termes d’utilisation de matériaux durables, pour la plupart issus du mobilier intérieur. La collaboration avec la marque de mobilier haut de gamme italienne Cassina transparaît dans le concept HPE mais attention, Jean-Pierre Ploué nous expliquait en novembre dernier que « les designers de Lancia et de Cassina se voient, mais en aucun cas nos designers font dessiner des produits Cassina et inversement, les designers Cassina ne vont pas dessiner nos intérieurs. »

Pour illuminer l’habitacle où au contraire lui donner un aspect cosy, comme chez soi, le verre est opacifiant.

Le design intérieur est en phase avec les codes extérieurs grâce à l’utilisation de formes iconiques et simples qui s’éloignent du langage automobile typique. On retrouve ici le cercle, ubiquitaire, avec l’information qui l’envahit avec douceur.

Tout d’abord avec l’écran central qui fait office de planche de bord et s’incline à volonté (ci-dessus). Il rompt avec l’approche automobile et il est composé d’une seule pièce de verre rond. Visuellement, il se prolonge vers l’extérieur, avec un travail cosmétique sur le capot avant. Ce continuum entre le design intérieur et extérieur (ci-dessous) est rarement travaillé par les studios de design et ici, il prend forme avec élégance et créativité.

Le cercle est donc omniprésent et dessine la commande du système S.A.L.A. à l’avant mais aussi au niveau des passagers arrière. Enfin, on retrouve cette forme géométrique simple dans les contre-porte et surtout, dans l’inédit toit ouvrant à ouverture rotative.

Vous pourrez lire dans le second post dédié à ce concept-car que l’idée d’ouvrant rotatif a existé en France sur un projet de petite voiture…

Tout le vitrage est opacifiant. Il interagit avec la commande du système S.A.L.A. et joue le rôle de voiles ou de volets que l’on manipulerait dans son habitat. Le constructeur précise que « l’inspiration du mobilier italien est évidente dans les sièges avant, inspirés des fauteuils Cassina et traités comme deux fauteuils iconiques, uniques et indépendants, avec des proportions et un traitement coloré audacieux. » On adore.

Quant aux coloris, on se réjouit de voir les teintes osées – proposées à bord des Lancia Beta Coupé et HPE du milieu des années 1970 – magnifiquement réinterprétées.

Comment ne pas publier une photo de la banquette arrière de la Lancia Beta HPE des années 1970-1980 à l’occasion de la présentation de la HPE de 2023 ?! Magique !

Les panneaux de portes sont recouverts d’un matériau conçu à 50% de déchets de marbre broyés et intégrés à un tissu recyclé, imperméable que l’on verrait bien du coup traverser la cabine pour s’épanouir sur la carrosserie !

La plage arrière enveloppe les sièges d’une marqueterie de bois, chaleureuse et contemporaine, réalisée à partir de matière première recyclée. Tout l’arrière de la voiture et la partie inférieure de l’habitacle sont recouverts d’un nubuck velouté chaud et confortable, produit en Italie dans le cadre d’une chaîne d’approvisionnement certifiée sans tannage au chrome.

Après le manifeste Inception qui marquait la prise en main du design par Matthias Hossann pour une nouvelle ère Peugeot, c’est au tour de Lancia de clamer haut, fort et joliment son retour sur le marché européen. Ajoutons-y la Citroën Oli, côté Citroën. Voilà trois belles (et coûteuses) visions du futur automobile chez Stellantis.

A quoi ressemblera la prochaine Ypsilon ? Le concept-car Néa dessiné voici déjà 20 ans la suggérait et la signature en trois éléments a sans doute inspiré le concept d’aujourd’hui.

Mais dans ce festival de renaissance ou de mutation de certaines marques de Stellantis, on est toujours sans nouvelle de Fiat. François Leboine, ex-Renault, qui en est le responsable design doit piaffer d’impatience de montrer à son tour l’évolution de la marque italienne qui a d’ores et déjà gelé la « New-Panda ». Cette dernière sera bien plus imposante que l’iconique urbaine de 1980. Au même titre que la prochaine Lancia Ypsilon qui va elle aussi prendre du volume…

Relisez ici notre sujet inédit sur le futur style Lancia : http://lignesauto.fr/?p=27008



Next Post

The small Alpine reveals its name. LIGNES/auto gets out its crystal ball

The Alpine ‘dream garage’ unveiled in January 2021 (below) will take shape next year with the launch of the first model: the small urban Alpine. This second stage of the brand’s renaissance, following the presentation of the A110 in 2018, involves three models: the Alpine derivative of the electric Renault […]

Subscribe US Now