BMW iX : du concept à la série, de la suite dans les idées

BMW a révélé la version définitive de son SAV (Sport Activity Vehicle) 100% électrique qui sera commercialisé en fin d’année prochaine. Ce véhicule a le gabarit d’un X5, la hauteur d’un X6 et repose sur des roues aussi grandes que celles du X7. Première impression plutôt positive, avec un design qui se veut minimaliste, dixit BMW. Le gabarit semble contenu et le modèle de série est proche du concept-car

Avant de plonger dans une analyse de style certes superficielle car réalisée sur la base de photos, mais non dénuée de sens, précisons que ce nouveau venu dans la famille des BMW i disposera de quatre roues motrices, d’une puissance de 500 ch, d’une autonomie plutôt attrayante de près de 600 km et d’un 0 à 100 km/h en moins de 5 secondes. Outre cette chaine de traction évoluée, la BMW iX exploite les dernières innovations dans les domaines de l’électrification, de la conduite automatisée et de la connectivité.

Moins imposant que ce que l’on pouvait croire, le iX adopte un langage formel BMW évolué qui reprend également quelques thèmes bien connus comme on va le voir en le comparant au concept-car de 2018.

Le iX de série diffère principalement du concept-car par son équilibre des masses totalement différent (ci-dessus). Le concept, avec son pare-brise incliné et son habitacle repoussé vers l’arrière, semble plus dynamique. La voiture de série dispose d’une porte arrière au vitrage assez petit (2), imposant du même coup une troisième vitre très généreuse (1). Quant au porte-à-faux arrière, il est naturellement plus grand sur le véhicule de série (3).

La nouvelle identité BMW apparue sur le concept est en revanche totalement conservée. On devine néanmoins un capot bien plus sculpté (1), une calandre qui semble être remontée sur le capot (les phares sont sans doute redescendus un peu…), alors que pour casser la hauteur, le bas du bouclier de la voiture de série est peint en noir sur toute la largeur du véhicule (3). La calandre est complètement occultée. Son rôle est devenu “numérique” et elle fonctionne comme un panneau d’intelligence en intégrant les systèmes d’aide à la conduite. Elle s’est réinventée comme une interface high-tech innovante et multifonctionnelle.

Les optiques ainsi que les feux arrière sont les plus fins jamais implantés sur une BMW. Ce dessin est possible aujourd’hui avec la technologie disponible. Ce n’était pas le cas pour les Opel Calibra et Citroën XM de la fin des années 1980 qui ont pourtant osé proposer des optiques fines également…

Sous cet angle, ci-dessus, impossible de ne pas penser à une Audi, voire… une Citroën C4 Grand Tourer ! Le hayon est donc autoclave et coiffe le côté de caisse, comme sur le concept. Sous cet angle, les similitudes avec le concept sont nombreuses : volet arrière coiffant (3), enjoliveur de panneau de custode noir pour séparer le toit du côté de caisse (1), feux extrêmement fins (2), dessin du diffuseur et bouclier (4).

Les ouvrants ci-dessus ne disposent évidemment pas de la même cinématique. Les portes arrière du concept-car sont à ouverture antagoniste et le flanc ne possède pas de montant central. On trouve en série une architecture plus classique. A noter en série que les vitres latérales sont sans cadre.

A bord, on retrouve ci-dessus la même volonté de simplifier le dessin du tableau de bord. Seul l’écran vient se poser sur la planche. Noter le dessin du volant octogonal. A quand le retour du volant ovale de la Citroën SM ? Sur les prochaines DS ?

On retrouve également à bord le thème de la sellerie bicolore (ci-dessus), un thème qui, sur le concept-car, différenciait les teintes des places avant de celles des places arrière. Un thème déjà vu notamment sur le concept-car Peugeot HX1 (ici : http://lignesauto.fr/?p=4435)

Le groupe BMW s’efforce constamment de se réinventer. C’est un élément central de notre stratégie d’entreprise“, déclare Oliver Zipse, président du conseil d’administration de BMW AG. “La BMW iX exprime cette approche sous une forme extrêmement concentrée.” C’est en tous les cas une approche radicale, notamment à bord où l’esprit sportif de BMW laisse place à une convivialité plus en rapport avec le volume habitacle très généreux. Et ce, comme sur toutes les voitures électriques bénéficiant d’une plateforme dédiée.

La BMW iX montre comment nous pouvons donner aux nouvelles technologies un design très moderne et émotionnellement engageant. La voiture est technologiquement très complexe, mais cela semble très clair et simple“, déclare Adrian van Hooydonk, vice-président senior du groupe BMW Design (ci-dessous, au volant de la maquette). “La BMW iX offre un espace de vie important dans lequel les gens se sentiront à l’aise et où l’intelligence de la voiture sera toujours disponible sans devenir envahissante“.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est LOGOActus_BD-1024x367.jpg.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *