Tout sur le nouveau concept Renault Scénic Vision

DÉCOUVREZ LE CONCEPT SCÉNIC VISION AVEC LA VIDÉO LIGNES/auto :

BIENVENUE EN 2024

Le concept-car Scénic Vision porte en lui trois messages :
1-il dévoile le style de la prochaine génération de Scénic programmée en 2024, 100% électrique et reposant sur la plateforme de la récente berline Mégane E-TECH
2-l’habitacle inédit et prospectif (2028) de ce que pourrait être l’après “Open R”
3-la chaîne de traction électrique avec prolongateur d’autonomie sous la forme d’une pile à combustible à hydrogène (l’après 2030) qui autorise une autonomie de 800 kg avec un seul arrêt de quelques minutes pour remplir le réservoir d’hydrogène.

Ci-dessous, la morphologie du Scénic 2024 à 90% visible sur ce concept, ne fait plus appel à un design monocorps ou One Box, mais à une classique architecture avec un capot moteur plat (sur le concept, il cache le réservoir à hydrogène), un montant de pare-brise assez reculé et à un volume hatchback avec hayon arrière incliné.

La proue adopte un style très anguleux, avec des feux de jour qui interprètent le sigle Renault en demi-losange. La calandre est pleine puisqu’il s’agit d’une voiture 100% électrique mais elle s’agrémente de motifs qui glissent jusque sous le bandeau transparent.

Ci-dessus, le bandeau transparent qui traverse toute la largeur du Scénic (A) déborde sur la calandre. Le graphisme des logos est ainsi en partie recouvert avec les optiques.

Le prochain Scénic ne sera pas un monocorps : son capot est très plat, musclé et la baie de pare-brise est reculée comme sur une Mégane, voire une Peugeot 308 ! Mais l’empattement généreux du Scénic de 2024 (2,83 m soit 5 cm de plus que celui de la grande Citroën C5X) autorisera une belle habitabilité intérieure. Comme le dit Gilles Vidal, Scénic, ce n’est pas une silhouette, c’est une raison d’être…”

Ci-dessus, de 3/4 arrière, l’architecture redevient très classique avec un généreux becquet aérodynamique en partie supérieure, une vitre inclinée et une façade assez verticale aux volumes soignés. Le bouclier sur le concept rappelle le module graphique du concept-car Morphoz de 2020. Le dessin des feux arrière fait penser à celui de modèles concurrents. Cette signature lumineuse est pourtant inspirée par la forme du losange, emblème du constructeur.

Les portières et leurs bas de caisse (ci-dessus et ci-dessous) sont extrêmement bien travaillés. Le design mêle ici à la fois des volumes sculptés, sans arête (les ailes), et d’autres soutenus par des lignes qui s’estompent dans un volume. Compliqué à mettre en œuvre en emboutissage, ce thème a déjà été vu chez Peugeot, avec la E-Legend.

On devine sur cette vue rapprochée le travail de sculpture réalisé sur les flancs du concept et qui sera également appliqué au véhicule de série. On note que le Scénic de 2024, ni monocorps, ni SUV, emprunte à ce dernier univers les habillages de roues. Ils sont réalisés, comme 70% de la voiture, avec des matériaux recyclés et/ou recyclables et prennent en compte tout leur processus de fabrication pour tendre vers la neutralité carbone.

Ci-dessus, les stries lumineuses sur le panneau arrière indiquent le niveau de charge de la batterie. Le dessin graphique triangulaire du panneau arrière, à défaut d’originalité, apporte une simplification et offre une troisième vitre latérale de dimensions acceptables.

DESIGN : ce qu’il faut retenir

1- Capot musclé qui joue l’arrondi sur sa partie avant.
2- Calandre débordant jusque sous les optiques
3- Capot moteur débordant sur la rampe de phare, pas de joint visible, meilleure qualité visuelle

4- Barres de toit discrètes, rappelant la technique de soudure du pavillon de… la R16 !
5- Ailes travaillées tout en galbe, sans arête
6- Bas de caisse travaillé avec deux arêtes
7- Le logo Renault dans les roues reste vertical en roulant, comme sur… une Rolls-Royce

BIENVENUE EN 2028

A bord du concept-car, nous ne sommes plus dans le Scénic de 2024, mais nous voyageons jusqu’en 2028. Cet intérieur prospectif, toujours conçu avec le fil rouge de l’économie circulaire avec des matériaux recyclés et recyclables, apparaîtra tout ou en partie dans de futurs modèles.

On relève l’évolution sensible de la répartition des écrans. L’Open R cède ici sa place à un large écran positionné à la base du pare-brise. Il permet d’être dans l’horizon pour une vision plus agréable. Une caméra devant la voiture retransmet sur ce grand écran la vue de ce qui se passe devant, augmentant le champ de vision du conducteur.

Ci-dessous, on remarque l’écran au fond avec les deux petits écrans de rétrovision par caméra. Devant le conducteur, le poste de conduite accueille seulement six petits écrans sous la forme de Widgets programmables : quatre au centre, pivotant selon qu’ils sont utilisés par le conducteur ou le passager, et deux à gauche du conducteur.

Ci-dessous:
1- Grand écran à la base du pare-brise.
2- Widgets d’accès directs à certaines informations programmées.
3- Écran central et caméra filmant le conducteur pour discuter en visio avec les passagers arrière.

4- Deux “trackpads” de part et d’autre des deux branches du volant.
5- Deux Widgets programmables à gauche du volant.

Ci-dessous, vue par le haut, le poste de pilotage en forme “d’aile volante” (il y a du Northrop Grumman dans ce dessin du designer Vincent Turpin) est transparent et laisse apparaître la technique qui permet notamment d’orienter les écran Widgets. Cette transparence est une constante dans la conception du Scénic Vision, car tous les chiffres annoncés concernant le recyclage des matériaux et autres sont vérifiables et… transparents !

Ci-dessous : le panneau de porte est recouvert d’un matériau ‘dichroïques’ qui, en contact avec la lumière, transmet des variations de couleurs selon son environnement. On doit cette trouvaille à Éléonore Lebec, à l’origine des travaux de couleurs et matières sur ce concept, y compris de la… transparence (nous y revoilà !) de la poignée de maintien.

Ci-dessous, côté conducteur, la porte se dispense de poignée mais on devine en arrière du Widget, la transparence du médaillon qui laisse apparaître l’extracteur et purificateur d’air de l’habitacle.

Ci-dessous, puisqu’il s’agit d’une nouvelle génération de Scénic, bien que le style extérieur ne soit pas monocorps, l’habitabilité est très généreuse. Le plancher est réalisé en matériaux recyclés (bouteilles de lait et tuyauterie), alors qu’on note que les sièges sont implantés sur des plots centraux et non extériorisés. Un air de siège “pétale” de la Renault 9 de 1981 !

BIENVENUE EN 2030 ET PLUS…

Le concept-car Scénic Vision dévoile le style du prochain Scénic de 2024 et l’habitacle des Renault de 2028. Sa plateforme présente quant à elle une chaine de traction inédite, pour l’après 2030.

Si le Scénic de 2024 reposera sur la plateforme de la Mégane E-TECH 100% électrique, avec son moteur à l’avant, le soubassement du Scénic Vision est différent : le moteur électrique de 160 kW emprunté à la Mégane E-TECH, est contrairement à cette dernière, logé à l’arrière, et il est alimenté par des batteries de 40 kWh logées dans le plancher.

Le Scénic Vision adopte un prolongateur d’autonomie par le biais d’une pile à combustible de 15 kW alimentée par de l’hydrogène. Elle est logée à l’arrière, entre le moteur et les batteries. Le réservoir d’hydrogène prend place à l’avant du véhicule. Le Scénic Vision est une propulsion, alors que le Scénic électrique de 2024 est une traction.

Ci-dessus, la petite pile à combustible est logée avec ses accessoires en avant du train arrière et derrière le pack de batteries. Elle permet d’alimenter ces dernières et de prolonger l’autonomie du Scénic Vision jusqu’à 800km, avec un seul arrêt rapide pour remplir le réservoir d’hydrogène.

Dimensions du concept-car : longueur 4,49m, largeur 1,90 m, hauteur 1,59 m, empattement 2,83 m, poids 1700 kg.

A NE PAS MANQUER :

Dans l’auto-journal n°1109 en kiosque depuis ce vendredi 20 mai, l’interview de Gilles Vidal (directeur du design Renault) réalisé par LIGNES/auto.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est LOGOActus_BD-1024x367.jpg.