Interview de Frédéric Ngo : Aero, le pneu Goodyear qui roule et … vole ! (VIDEOS). FRENCH/ENGLISH

English translation at the end of the post

Frédéric Ngo est un designer qui broie du noir. Mais c’est bien pour lui, c’est son job. Il est modeleur numérique et physique au cœur du centre d’innovations de Goodyear, un centre implanté au Luxembourg et qui bosse pour l’Europe, mais aussi pour le Moyen Orient, l’Asie ou encore l’Afrique. A l’occasion du salon de Genève, nous l’avons rencontré pour qu’il nous parle du concept Aero, le premier pneu qui ne fait pas tourner que les têtes !

LIGNES/auto : Une hélice, une petite bande de roulement… C’est quoi ce concept Aero ?
Frédéric Ngo : « C’est un concept deux en un, destiné aux véhicules autonomes volants de demain. C’est à la fois un pneu pour la route mais aussi une hélice pour voler ! »

Vous vous substituez aux hélices d’un drone en fait ?
F.Ngo : « On a voulu utiliser ici notre expérience et nos connaissances dans les structures non pneumatiques pour proposer un produit qui est à la fois flexible pour rouler et solide pour jouer le rôle de l’hélice. »

Vous faites vieillir les concepts actuels des drones volants et roulants qui nécessitent une capsule interchangeable selon le mode de vol ou de roulage, comme le prototype Italdesign/Airbus ?
F.Ngo : « Notre concept simplifie grandement cette vision puisqu’on dispose d’un seul module pour voler ou rouler, sans contrainte et sans avoir justement à changer de module »

Expliquez-nous comment cela peut fonctionner ?
F.Ngo : « Une partie du système est fixée au module de transport. La structure du pneu/ hélice, elle, tourne autour de cette partie par lévitation magnétique ! Il n’y a ainsi aucune friction, aucune jonction physique entre le pneu et le moyeu. »

UNE VIDEO POUR TOUT COMPRENDRE :

Vous nous propulsez dans un futur très lointain, non ?
F.Ngo : « Ce concept initié par Goodyear est une réponse à l’évolution de la mobilité du futur. Mais elle n’est pas utopique. Pour autant, je ne peux pas vous dire quand on pourra commercialiser ce concept. Mais c’est une solution envisageable dans ce contexte d’évolution de notre mobilité quotidienne… »

Revenons sur terre et en 2019. C’est quoi le métier de designer chez un pneumaticien ?
F.Ngo : « Notre travail quotidien est de concevoir le design des bandes de roulement et des flancs pour tous les produits de notre gamme, qu’ils concernent les automobiles, les motos ou les poids-lourds. Le designer se focalise avant tout sur la bande de roulement, il interagit avec de nombreux départements, principalement avec les ingénieurs. »

Le designer a vraiment son mot à dire dans l’élaboration d’un pneumatique ?
F.Ngo. : « Absolument ! Le designer intervient même au tout début d’un programme et du processus de création. On vient alors avec notre propre vision du pneu, de sa bande de roulement et de ses flancs. Avec les connaissances et l’expérience que nous avons accumulées, nous sommes capables d’intervenir dès le lancement du projet avec des designs qui fonctionnent bien par rapport au cahier des charges. »

J’imagine que comme pour le produit automobile, une sélection est alors effectuée ?
F.Ngo. : « Oui. On développe notre projet en collaboration avec tous les services et on réalise les premières itérations avec nos propositions. Là, il y a évidemment un travail effectué avec tous les ingénieurs des matériaux, de la construction, production… On établit alors une sélection dans tous les dessins proposés pour opter pour les propositions qui ont le plus de potentiel et qui répondent au mieux à la demande initiale. »

Le design est une motivation d’achat très forte pour une voiture. C’est la même chose pour un pneu ?
F.Ngo. : « Le design d’un pneumatique est important pour la perception qu’en a le client. Le dessin de la bande de roulement mais aussi des flancs doit exprimer ses caractéristiques, comme la performance par exemple. »

Le pneu restera définitivement noir ?
F.Ngo. : « Là, il faudrait demander aux ingénieurs ! Mais regardez le concept-car que nous avons exposé sur le stand à l’occasion du salon de Genève. Cette ‘Golden Sahara 2’ est dotée de pneumatiques lumineux ! Goodyear avait alors créé à la charnière des années 1950/1960 un pneumatique transparent avec un matériau dédié, le Neothane. Le but était de créer un pneu pour ce concept-car qui embarquait les prémices de la voiture autonome. Notre produit assurait alors une sécurité maximale, il pouvait même clignoter lorsque la voiture changeait de direction !”

Vous travaillez pour des pneumatiques spécifiques pour les concept-cars ?
F.Ngo : « Cela fait partie de notre travail, oui. Le développement du pneumatique d’un concept-car est identique à celui du véhicule : il sert à développer des technologies envisageables pour l’avenir. »

Propos recueillis par Christophe Bonnaud. Salon de Genève 2019

ENGLISH VERSION

Frédéric Ngo is a designer who is brooding. But it’s good for him, it’s his job. He is a digital and physical modeller at the heart of Goodyear’s innovation centre, a centre based in Luxembourg that works for Europe, but also for the Middle East, Asia and Africa. At the Geneva Motor Show, we met him to talk to us about the Aero concept.

LIGNES/auto: A propeller, a small tread… What is this Aero concept ?
Frédéric Ngo: “It’s a two-in-one concept for tomorrow’s autonomous flying vehicles. It’s both a tire for the road and a propeller for flying! »

You’re replacing a drone’s propellers, actually ?
F.Ngo: “We wanted to use our experience and knowledge in non-pneumatic structures to offer a product that is both flexible to run and solid to play the role of the propeller. »

Are you going to kill the previous concepts of flying modules proposed by Italdesign and Airbus ?
F.Ngo: “Our concept greatly simplifies this vision since we have only one module to fly or drive, without constraint and without having to change modules”.

Explain to us how this can work ?
F. Ngo: “Part of the system is fixed to the transport module. The structure of the tire/propeller, on the other hand, rotates around this part by magnetic levitation ! There is no friction, no physical connection between the tire and the hub. »

You’re propelling us into a very distant future, aren’t you ?
F.Ngo: “This concept initiated by Goodyear is a response to the evolution of future mobility. But it is not utopian. However, I cannot tell you when we will be able to commercialize this concept. But it is a possible solution in this context of the evolution of our daily mobility…”

Let us come back to earth and in 2019. What is the job of a tyre designer in a tyre manufacturer ?
F.Ngo: “Our daily work is to design the treads and sidewalls for all the products in our range, whether they concern cars, motorcycles or trucks. The designer focuses primarily on the tread, interacting with many departments, mainly with engineers. »

Does the designer really have a say in the development of a tyre ?
F. Ngo. “Absolutely! The designer even intervenes at the very beginning of a program and the creative process. We then come up with our own vision of the tire, its tread and sidewalls. With the knowledge and experience we have accumulated, we are able to intervene from the beginning of the project with designs that work well in relation to the specifications. »

I imagine that as for the automotive product, a selection is then made ?
F. Ngo. “Yes, we develop our project in collaboration with all the departments and carry out the first iterations with our proposals. There, there is obviously work done with all the engineers in materials, construction, production… We then establish a selection in all the drawings proposed to choose the proposals that have the most potential and that best meet the initial demand. »

Design is a very strong motivation to buy a car. Is it the same for a tire ?
F. Ngo. “The design of a tyre is important for the customer’s perception of it. The design of the tread but also the sidewalls must express its characteristics, such as performance for example. »

The tire will definitely stay black ?
F. Ngo. “Now we should ask the engineers! But look at the concept car that we exhibited on the stand at the Geneva Motor Show. This “Golden Sahara 2″ is equipped with bright tires ! At the turn of the 1950s and 1960s, Goodyear created a transparent tyre with a dedicated material, Neothane. The aim was to create a tyre for this concept car that embarked on the beginnings of the autonomous car. Our product then ensured maximum safety, it could even flash when the car changed direction !”

Do you work for specific tires for concept cars ?
F. Ngo: “It is part of our work, yes. The development of the tyre of a concept car is identical to that of the vehicle: it serves to develop technologies that can be considered for the future. »

Interview by Christophe Bonnaud. Geneva Motor Show 2019

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *